FR2600987 - Milieux humides, forêts, pelouses et habitats à Chauves-souris du Morvan

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : décembre 2020.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 21/01/2021 (à partir de la base : octobre 2019)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2600987

Compilation : 31/05/1995

Mise à jour : 31/05/2010

Appelation du site : Milieux humides, forêts, pelouses et habitats à Chauves-souris du Morvan

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2002
  • pSIC : dernière évolution : 27/07/2020
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/12/04
  • ZSC : premier arrêté : 29/10/2014
  • ZSC : Dernier arrêté : 29/10/2014
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 3,98611 (E 3�59'09'')
  • Latitude : 47,26778 (N 47�16'04'')
Superficie : 13 541 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 275 m.
  • Max : 535 m.
  • Moyenne : 415 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : BOURGOGNE
DEPARTEMENT : Côte-d'Or (20%)
COMMUNES : Arnay-le-Duc, Champeau-en-Morvan, Foissy, Marcilly-Ogny, Mimeure, Motte-Ternant, Saint-Andeux, Saint-Germain-de-Modéon, Saint-Prix-lès-Arnay, Saulieu, Sussey, Thoisy-la-Berchère, Vic-sous-Thil, Villargoix.

DEPARTEMENT : Nièvre (60%)
COMMUNES : Alligny-en-Morvan, Alluy, Arleuf, Biches, Brassy, Brinay, Chaumot, Chitry-les-Mines, Corancy, Corbigny, Dun-les-Places, Fâchin, Gâcogne, Gien-sur-Cure, Glux-en-Glenne, Larochemillay, Lavault-de-Frétoy, Lormes, Marigny-l'Église, Marigny-sur-Yonne, Montsauche-les-Settons, Moux-en-Morvan, Pazy, Planchez, Saint-Agnan, Saint-André-en-Morvan, Saint-Brisson, Vauclaix, Villapourçon.

DEPARTEMENT : Saône-et-Loire (5%)
COMMUNES : Grande-Verrière, Roussillon-en-Morvan, Saint-Léger-sous-Beuvray, Saint-Prix.

DEPARTEMENT : Yonne (15%)
COMMUNES : Avallon, Chastellux-sur-Cure, Domecy-sur-Cure, Foissy-lès-Vézelay, Fontenay-près-Vézelay, Magny, Pierre-Perthuis, Pontaubert, Quarré-les-Tombes, Saint-Brancher, Saint-Léger-Vauban, Saint-Père.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 31%
Forêts caducifoliées 28%
Forêts de résineux 24%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 10%
Pelouses sèches, Steppes 5%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 2%

Autres caractéristiques du site

Le Morvan forme un îlot granitique au sein d’une Bourgogne essentiellement calcaire. Il est constitué d’un horst granitique (remontée du socle hercynien) formé lors de la surrection de la chaîne  alpine  pendant  le  tertiaire  et  dégagé  de  ses  couches  sédimentaires  par  l’érosion.  La roche  mère  y  est essentiellement  cristalline  avec  localement  des  restes  de  formation sédimentaire et métamorphique. 
 
Au nord, le socle granitique rencontre les dépressions calcaires  des  marges  de  la  Terre  Plaine.  La  limite  du  Morvan  se  reconnaît  sur  la  Cure  et  le Cousin à la disparition des gorges et à l’évasement du profil des vallées. Le  contact  entre  le  socle  granitique  et  les  terrains  sédimentaires calcaires est marqué par un système de failles globalement orientées sud-ouest / nord est.

Le relief est constitué d'une succession de petites vallées et de croupes boisées. Les fonds des vallées sont  parcourus par des ruisseaux et leur réseau de petits affluents amont et parfois occupées par des prairies très humides situées sur des sols très imperméables et argileux. Ces sols très acides et hydromorphes ont permis le maintien de conditions favorables au développement de tourbières. Présence d'étangs permanents avec un fort développement de ceintures périphériques, spécialement en queue d'étang.

Qualité et importance

Les tourbières, implantées sur les versants et fonds des vallons marécageux présentent tous les stades dynamiques d'évolution. De nombreuses espèces spécialisées, rares et protégées en Bourgogne sont présentes dont quatre espèces de lycopodes (Lycopode à feuilles de genévrier, inondé, en massue et sélagine). Certaines espèces atlantiques atteignent ici leur limite Est de répartition (Wahlenbergie, Bruyère à quatre angles), d'autres sont des vestiges des dernières glaciations (Canneberge, Linaigrette, Lycopodes, Fadet des tourbières). La couche de tourbe plus ou moins épaisse déterminant la présence de quelques espèces telles que le Fluteau nageant (Luronium natans), une petite plante herbacée en forte régression.
Ces tourbières inscrites à l'inventaire des tourbières de France sont des stations complémentaires du réseau présent dans le Massif Central.

Les habitats forestiers son représentés notamment la rare Hêtraie montagnarde à Luzule blanchâtre, rencontrée en Bourgogne seulement dans le Haut Morvan et les forêts de ravins sur éboulis grossiers à Tilleul, Erable, Frêne et Orme. Au sein des peuplements, on rencontre des milieux très localisés comme des ourlets rocheux, des Boulaie à Sphaignes et à Lycopodes, des Aulnaies tourbeuses à Fougère des marais ou des Aulnaie-frênaies.
Les forêts présentes sur les versants jouent quant à elle un rôle fonctionnel primordial pour le maintien des complexes humides et de la qualité de l'eau ; elles occupent la majeure partie des bassins versants des cours d'eau.

Les pelouses montagnardes assez sèches ainsi que les prairies paratourbeuses accueillent l'Arnica des montagnes. En France, cette plante occupe surtout l'étage subalpin et toutes les populations sont en régression depuis le siècle dernier. Dans le nord du site on trouve également des pelouses calcaires.

Les prairies humides et tourbeuses occupant les bas-fonds contiennent des cortèges floristiques remarquables par la présence d'espèces en limite de répartition géographique Est rencontrées en Bourgogne seulement dans le Morvan.

Les rivières sont des cours d'eau rapides, bien oxygénés colonisés par des groupements végétaux spécialisés à base de Renoncule flottante. La faune aquatique est de grand intérêt (Ecrevisse à pieds blancs, Chabot).

Sur ce site sont également présents des étangs oligotrophes sur substrats sablonneux dont la végétation porte la marque de conditions submontagnardes et subatlantiques.

Le site héberge des populations de chauves-souris principalement en mise bas et prend en compte leurs gîtes et leurs territoires de chasse : forêt, praries bocagères, ripisylves notamment. Six espèces d'intérêt européen sont présentes dont le Petit rhinolophe, le Grand rhinolophe, le Vespertilion à oreilles échancrées et le Grand murin. La Barbastelle d'Europe est aussi notée sur le site. 
L’entité de Chitry-les-Mines comprend la plus grande colonie de reproduction de Grand Murin de l’ancienne région Bourgogne. Les ripisylves bordant l’Yonne servent de route de vol pour les chauves-souris. Le bocage constitue des habitats de chasse favorables. Les prairies permanentes et réseaux de haies de la vallée de l’Yonne et de ces affluents, ainsi que des haies jouxtant les cultures sur l’entité de Brinay constituent les principaux habitats de chasse.  

Vulnérabilité

Les Ecrevisses à pieds blancs et  la faune piscicole présente dans ces ruisseaux nécessitent des eaux froides, rapides et bien oxygénées ; Les pollutions, la rectification des cours d'eau, la création d'étangs, les curages, les enrochements  ou la concurrence d'espèces non indigènes comme les Ecrevisses américaines ont fait régresser ces espèces.

Une tendance actuelle vers l'intensification des activités agricoles (drainage, amendements, herbicides, chaulage, plantations de sapins de noël) occasionne une régression des habitats naturels des prairies et de la qualité des milieux aquatiques.
A contrario et à grande échelle, l'abandon des pratiques agricoles sur les prairies tourbeuses ou sur les pelouses sèches est préjudiciable à ces milieux (embuissonnement).

On observe également une tendance générale de substitution des forêts de feuillus par des résineux et l'utilisation d'herbicides sur ces plantations pose localement des problèmes. 
Lorsqu'ils sont réalisés avec des techniques lourdes, les boisements détruisent directement les milieux les plus humides : risques d'ensablement, dégradation directe lors du débardage, baisse de la stabilité des berges et des caches liée aux systèmes racinaires des résineux introduits.

Le maintien de massifs forestiers feuillus garantie la préservation du  patrimoine naturel de ces milieux, mais également des milieux humides associés ; certaines espèces de mousses sont particulièrement sensibles à la mise en lumière brutale. 
Les pelouses localisées sur les corniches sont soumises à un piétinement de plus en plus accru.
L' extension des zones urbanisées, des zones de vignoble et des carrières (fluorine) vers les espaces en pelouses serait contradictoire avec le maintien des milieux.
Les pelouses de même que les landes sont également soumises actuellement au problème de déprise agricole d'où un appauvrissement de ces milieux.
Il existe également une forte fréquentation de certaines localités touristiques.
Le maintien de la qualité de l'eau est essentielle particulièrement en aval des stations d'épuration. 

Les chauves-souris sont très sensibles au dérangement pendant la période de mise bas ou d'hibernation. Les dérangements liés à une surfréquentation humaine répétée des lieux de vie (travaux, aménagement touristique, spéléologie, reprise d'exploitation de carrières…) peuvent entraîner la mortalité de chauves-souris ou leur déplacement vers d'autres sites plus paisibles. La disparition des gîtes ou leur modification est également une des causes du déclin des chauves-souris (travaux condamnant l'accès par les chauves-souris comme la pose de grillage dans les clochers d'églises, fermeture de mines ou carrières souterraines, rénovation de ponts et d'ouvrages d'art, coupe d'arbres creux…). L'illumination des édifices publics perturbe la sortie des individus des colonies de mise bas, et l'éclairage public peut également affecter les insectes consommés par certaines espèces.              
Les pratiques agricoles liées à l'élevage bovin encore en vigueur sont garantes du maintien des milieux prairiaux et de leur milieux annexe comme les haies, les boqueteaux et les mares.

Les milieux aquatiques offrent des habitats favorables au développement des insectes, source d'alimentation d'un cortège d'espèces dont les chauves-souris. Des pratiques agricoles et sylvicoles extensives sont garantes de leur maintien et de la bonne qualité des eaux.