Logos SINP

FR4100202 - Massif forestier de Longegoutte

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : septembre 2017.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 09/12/16 (à partir de la base : septembre 2015)

Organisme(s) responsable(s) de la gestion du site
Forêts relevant du régime forestier : Office National des Forêts. Tourbière de la Charme : Conservatoire des Sites Lorrains.
Document d'objectifs
Aucun document d'objectif
Mesures de conservation
Aménagement forestier et plans de gestion des réserves

Les actions déjà engagées sur le site :

A l'exception de quelques secteurs privés ou communaux (tourbières), ce massif bénéficie du régime forestier et appartient à l'Etat (forêt domaniale).

La Forêt Domaniale de Longegoutte fait l'objet depuis plus de 10 ans d'un programme de conservation en faveur de la protection du Grand Tétras et des tourbières. L’Office National des Forêts y a créé une Réserve Biologique Domaniale en 1988 (300 ha). L'acquisition d'une partie de la tourbière de la Charme par le Conservatoire des Sites Lorrains ainsi que la mise en place d'une Réserve Biologique Forestière à l'initiative de la commune de Thiéfosse complétent le dispositif de préservation et de gestion conservatoire.
Une sylviculture adaptée pour le maintien du Grand Tétras y est pratiquée. 
Il s'agit d'un chaînon secondaire peu fréquenté et faiblement équipé d'un point de vue touristique. Un certain nombre d'actions ont été mises en oeuvre afin de limiter les dérangements (réserve de chasse, organisation de la fréquentation sur la tourbière et fermeture de la circulation des véhicules à moteur sur une partie du massif).


Les orientations envisageables pour la gestion future :

Globalement les actions mises en oeuvre vont dans le sens d'une conservation et d’une amélioration du patrimoine naturel sur l'ensemble des parties sommitales du chaînon de Longegoutte .
En matière sylvicole, il serait important de pérenniser le traitement sylvicole pratiqué dans les forêts domaniales en privilégiant la régénération lente. D’autre part un certain allongement de l'âge d'exploitabilité des bois ou l’instauration d’îlots de vieux bois, serait souhaitable afin de permettre de conserver l'identité et la structure diversifiée des habitats forestiers.
Les tourbières essentiellement intra - forestières ne devraient pas nécessiter d’intervention particulière lorsqu’elles sont bien conservées, si ce n’est en cas d’envahissement récent par les ligneux. Les tourbières perturbées pourraient par contre faire l'objet de restaurations.
La conservation de ces tourbières repose essentiellement sur le maintien de leur fonctionnement hydrologique et sur une limitation des dégradations.