Logos SINP

FR8201658 - Vallée de l'Eyrieux et ses affluents

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : octobre 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR8201658

Compilation : 31/12/1995

Mise à jour : 01/07/2016

Appelation du site : Vallée de l'Eyrieux et ses affluents

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/03/1999
  • pSIC : dernière évolution : 30/09/2016
  • SIC : Première publication au JO UE : 19/07/2006
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 12/12/2017
  • ZSC : premier arrêté : 05/11/2016
  • ZSC : Dernier arrêté : 05/11/2016
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 4,47922 (E 4°28'45'')
  • Latitude : 44,83300 (N 44°49'58'')
Superficie : 20 305 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 96 m.
  • Max : 1 332 m.
  • Moyenne : 605 m.
Régions biogéographiques :
Méditerranéenne : 80%

Continentale : 19%

REGION : RHÔNE-ALPES
DEPARTEMENT : Ardèche (99%)
COMMUNES : Accons, Ajoux, Albon-d'Ardèche, Beauchastel, Beauvène, Chalencon, Creysseilles, Dunière-sur-Eyrieux, Gilhac-et-Bruzac, Gluiras, Issamoulenc, Nonières, Ollières-sur-Eyrieux, Pranles, Saint-Barthélemy-le-Meil, Saint-Christol, Saint-Étienne-de-Serre, Saint-Fortunat-sur-Eyrieux, Saint-Genest-Lachamp, Saint-Julien-du-Gua, Saint-Julien-Labrousse, Saint-Julien-le-Roux, Saint-Laurent-du-Pape, Saint-Maurice-en-Chalencon, Saint-Michel-d'Aurance, Saint-Michel-de-Chabrillanoux, Saint-Pierreville, Saint-Sauveur-de-Montagut, Saint-Vincent-de-Durfort, Silhac, Vernoux-en-Vivarais, Voulte-sur-Rhône.

DEPARTEMENT : Drôme (1%)
COMMUNES : Étoile-sur-Rhône.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 51%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 22%
Pelouses sèches, Steppes 8%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 7%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 3%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 3%
Forêt artificielle en monoculture (ex: Plantations de peupliers ou d'Arbres exotiques) 3%
Zones de plantations d'arbres (incluant les Vergers, Vignes, Dehesas) 1%
Cultures céréalières extensives (incluant les cultures en rotation avec une jachère régulière) 1%
Forêts de résineux 0%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 0%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 0%

Autres caractéristiques du site

Le site FR8201658 « Vallée de l’Eyrieux et ses affluents » est inclus dans deux domaines biogéographiques : 81 % méditerranéen et 19 % continental. Le bassin versant de l’Eyrieux est entouré par le sillon rhodanien à l’est, les bordures du Massif central au sud-est et les monts du Vivarais à l’ouest. Cette fraction du département de l’Ardèche est caractérisée en premier lieu par sa teinte méditerranéenne atténuée, notamment à l’approche des limites nord, par les influences septentrionales. Le second facteur structurant n’est autre que la géologie. Le bassin est riche en roches métamorphiques et cristallines formées lors des remontées de magmas au début de l’ère secondaire. A l’Ere tertiaire, sous l’influence d’une très forte activité volcanique, des coulées de basaltes vont se répandre sur la partie occidentale de la zone et notamment au niveau des bassins de la Rimande, de l'Eysse et de la Saliouse (hors du site). Ces formations volcaniques restent très minoritaires à l’échelle d’un bassin largement dominé par les terrains cristallins et métamorphiques.
Le site est un secteur de transition climatique, qui fait l’originalité et la diversité des habitats naturels du bassin versant. Au regard de la forte hétérogénéité du site d’étude, sont distinguées au sein de cette entité 3 unités paysagères distinctes : les Boutières, la moyenne vallée de l’Eyrieux avec ses plateaux et ses pentes et la basse vallée de l’Eyrieux ou plaine alluvionnaire.
A l’interface de ces paysages, sur les pieds des versants se retrouvent de nombreux vallons humides s’échappant petit à petit vers la plaine. Si l’influence de l’homme se fait nettement ressentir, elle façonne aussi ce paysage et ne semble pas (pour l’heure) perturber outre mesure les équilibres spontanés.
Afin d’assurer le maintien voire la restauration des habitats et espèces de ce site, il convient de concilier davantage utilisation du territoire et milieu naturel. Ainsi, la réouverture et l’entretien de milieux prairiaux par une activité pastorale adaptée apparaît très pertinente d’un point de vue social, économique et écologique. De même, une meilleure connaissance et gestion de l’eau permettraient d’améliorer la qualité d’habitats pour de nombreuses espèces (poissons, invertébrés et mammifères semi-aquatiques).
Les populations d'écrevisses à pieds blanc nécessitent une attention particulière par rapport aux risques liés aux espèces invasives. 
La mise en place d’îlots de vieillissement contribuerait à diversifier les milieux forestiers, assez homogènes à ce jour du fait de l’exploitation récente sur la quasi-totalité des montagnes.
Ces différents points ont le même objectif : préserver la richesse biologique locale en prenant en compte les enjeux écologiques et en développant une économie locale adaptée et respectueuse de ces enjeux écologiques.

Qualité et importance

Les nombreux corridors (axes de déplacement) terrestres et aquatiques font du site FR8201658 « Vallées de l’Eyrieux et de ses affluents » un véritable relai en Ardèche : l'Eyrieux et ses affluents possèdent de nombreuses zones de remous et de tourbillons (affouillements) favorisant certaines espèces aquatiques ; le long de la rivière, le dépôt de sable a rendu possible le boisement en forêt de bois blanc et les gorges exposent leurs falaises riches en espèces de reptiles.
L’Eyrieux dans sa vallée alluviale est un cours d’eau à connotation naturelle, qui ne comprend pas de digue, de canalisation ou d’épis récents. Son espace de bon fonctionnement ou de divagation pendant les évènements de crue n’est pas contraint par les ouvrages (seuils notamment), qui sont quasi-transparents lors de la montée des eaux. A noter que le maintien de cet espace de bon fonctionnement génère une diversité de milieux et d’espèces. 
La vallée de l’Eyrieux et ses contreforts affichent une dominance des végétations liées aux sols siliceux mais également de manière plus ponctuelle aux substrats basaltiques (massif de Chirouse par exemple). Bien que relativement homogène sur le plan géologique, l’étagement des végétations  est particulièrement marqué, allant des basses plaines de la vallée du Rhône (méso- et supra-méditerranéen) jusqu’aux plateaux ardéchois (montagnard inférieur). De même on constatera une forte variation des agencements écologiques : peuplements aquatiques, rivulaires, rocheux… Il en découle une forte diversité de formations végétales.
Les Boutières, représentées par des sommets doux qui s’amenuisent vers l’est en crêtes rocheuses déchiquetées, offrent un paysage très minéral. C’est le pays des pentes, résultant de l’action des cours d’eau sur le socle cristallin. Des serres (crêtes) plus ou moins larges compartimentent les vallées, les espaces alluviaux de fond de vallée sont étroits. Le territoire est occupé majoritairement par des milieux forestiers. Cela s’explique notamment du fait de l’abandon de l’agropastoralisme et de l’entretien des terrasses, qui ont induit la recolonisation de ces espaces par la végétation arbustive (landes à genêts, landes sèches européennes). Sur certains secteurs des Boutières, l’activité pastorale subsiste cependant, permettant le maintien de milieux ouverts, les sommets des serres sont encore bien pâturés et des pelouses remarquables y sont représentées. Les Boutières, par cette mosaïque de milieux ouverts et semi-ouverts, accueille une faune patrimoniale telle que le Bruant ortolan, le Lézard ocellé, le Lézard catalan, la Laineuse du prunellier, des papillons en forte régression sur le territoire national comme le Mercure ou l’Hermite qui semblent encore se maintenir localement.
L’Azuré du Serpolet est connu de plusieurs stations où l’Origan, sa plante hôte, et Myrmica sabuletti, sa fourmi hôte, ont des populations suffisantes pour son développement. L’un des lépidoptères les plus emblématiques du site pourrait être l’Azuré des Orpins.
La moitié des habitats naturels présents sur le site sont inscrits à l’annexe I de la Directive Habitats, soit 20 habitats représentant 47 % de la superficie du site.
Le site est remarquable par sa diversité faunistique. Tous les groupes sont représentés : de nombreux gîtes favorables aux chauves-souris (vieux arbres et bâtis) accueillent des colonies de Petit Rhinolophe, Murins de grande taille et de Pipistrelles. L’ensemble des cours d’eau permanents du site sont favorables à la Loutre d’Europe, au Castor mais également à de nombreux invertébrés (Cordulie à corps fin, Agrion de Mercure, Ecrevisse à pattes blanches), poissons (Barbeau méridional, Blageon, Toxostome, Bouvière), amphibiens (Sonneur à ventre jaune, Grenouille rousse, Grenouille agile, Alyte accoucheur) et reptiles (Couleuvre vipérine).
Le territoire est un lieu de transition bioclimatique par l’ouverture et l’orientation est/ouest de la vallée de l’Eyrieux sur le couloir rhodanien qui permet d’adjoindre au climat dominant continental des irradiations méridionales, notamment dans le secteur de la basse vallée de l’Eyrieux. La basse vallée de l’Eyrieux est en ce sens représentatif d’un secteur de transition climatique entre le climat méditerranéen et un climat plus tempéré. Ces discontinuités climatiques se retrouvent au sein des assemblages d’écosystèmes qui forment des mélanges originaux d’espèces rattachées à des secteurs biogéographiques différents. De nombreuses espèces méditerranéennes trouvent là leur limite nord d'aire de répartition. C’est le cas par exemple de la Cordulie splendide et du Ciste de pouzolz.

Vulnérabilité

Vulnérabilité : 

Le corridor constitué par la ripisylve doit être maintenu ou par endroit recréé.
Les cours d'eau nécessitent une amélioration de la qualité de l'eau.
Les poissons migrateurs doivent pouvoir circuler librement car l'Eyrieux est le siège de nombreuses frayères potentielles pour les aloses et les lamproies. 
Les landes, les prairies et pelouses doivent être maintenues en gardant le milieu ouvert par des pratiques adaptées.