Logos SINP

ZNIEFF 030120029
Massifs Lucifer et Dékou-Dékou

(n° régional : 00320000)

Commentaires généraux

La ZNIEFF de type II "Massifs de Lucifer et Dékou-Dékou" se situe dans le nord-ouest de la Guyane, sur les communes de Saint-laurent-du-maroni et Apatou. Ce massif est situé sur le bassin versant de La Mana. Son point culminant est 579 mètres sur le sommet de Dékou-Dékou.

Cette région de Paul Isnard, Massifs de Lucifer et de Dékou-Dékou, constitue avec les reliefs de la Sparouine, un ensemble montagneux isolé dans le nord-ouest de la Guyane.

La totalité de la zone est couverte de forêts. Dans les zones d'altitude prédominent les roches mères éruptives basiques (gabbros, série de Paramaca), la forêt est haute et belle, riche en arbres de grand diamètre, sur sols ferrallitiques argilo-sableux.

La partie nord de la ZNIEFF contraste avec les zones centrales (massifs de Lucifer et du Dékou-Dékou) par ses sols sableux et sa forêt sensiblement moins haute, moins riche en espèces et au sous-bois plus dense poussant sur un socle de schistes, de grès et de conglomérats de la série de Bonidoro. Il en est de même des forêts poussant sur socle cristallin (granite guyanais au sud-ouest et diorite quartzique au nord-est).

Les altitudes et les substrats variés permettent le développement d'une palette de faciès forestiers répondant aux différentes exigences climatiques et édaphiques telles que la forêt de moyenne altitude, riche en mousses et en épiphytes vasculaires ou encore la forêt sur affleurement de cuirasse sommitale.

Le sommet des massifs de roches basiques entre 500 et 600 mètres, en particulier la montagne Lucifer, est fréquemment recouvert d'une forêt basse sur cuirasse latéritique, riches en mousses et épiphytes vasculaires en raison de la persistance des brouillards dus à l'altitude. Elle présente des éléments floristiques originaux d'un intérêt tout particulier. Partout où affleure la cuirasse, la forêt sommitale présente une physionomie particulière liée à la minceur du sol : arbres petits et tortueux, lianes abondantes, plantes herbacées plus nombreuses en sous-bois.

Sur le plateau Lucifer, on note au centre, la présence de petites zones ouvertes marécageuses dont la flore est dominée par les Cyperaceae. Ce milieu original se retrouve sur les larges plateaux cuirassés où peuvent se former des mares temporaires, parfois permanentes.

Au sud, le massif du Dékou-Dékou, sur un socle de roches métamorphiques d’origines diverses, forme un relief beaucoup plus tourmenté que Lucifer, d'où une plus grande diversité de faciès forestiers.

Enfin, les vallées des criques sont occupées par des forêts marécageuses ou ripicoles typiques de ces milieux.

Sur les flancs du massif du Dékou-Dékou, la forêt cède la place en de nombreux endroits à de vastes cambrouses, formations végétales basses et très denses monospécifiques à bambous ou autres graminées.

La végétation secondaire des bords de pistes forestières, des lisières de chantiers aurifères sur alluvions fluviatiles, occupe désormais une place mineure dans le périmètre étudié, suite aux modifications du contour de cette ZNIEFF. Elle est toutefois particulièrement riche en espèces et comporte certains éléments biologiques remarquables.

De nombreuses espèces végétales déterminantes (plus d'une soixantaine) ont été recensées. Certaines sont endémiques de Guyane comme Inga nouragensis (Fabaceae), Byttneria morii (Malvaceae, Allophilus robustus (Sapindaceae), Rinorea pectino-squamata (Violaceae), Mapania assimilis subsp. guianensis (Cyperaceae), Ruellia schnellii (Acanthaceae). D’autres sont plus particulièrement inféodées aux habitats d'altitude : Asplenium pediculariifolium (Aspleniaceae), Dicranopygium pygmaeum (Cyclanthaceae), Adenophaedra grandifolia (Euphorbiaceae), Carapichea ligularis et Hillia parasitica (Rubiaceae), Witheringia solanacea (Solanaceae).

Parmi ces plantes rares s'illustrent aussi : Cayaponia jenmanii (Cucurbitaceae), Croton cajucara (Euphorbiaceae), Bocoa viridiflora (Fabaceae), Inga rhynchocalyx (Fabaceae), Nautilocalyx adenosiphon (Gesneriaceae), Guarea costata (Meliaceae), Selaginella diffusa (Selaginellaceae), Unonopsis glaucopetala (Annonaceae), Philodendron cremersii (Araceae), Blechnum occidentale (Blechnacae), Hirtella margae (Chrysobalanaceae), Couepia joaquinae (Chrysobalanaceae), Hemiscola latifolia (Cleomaceae), Helmontia cardiophylla (Cucurbitaceae), , Quiina macrophylla (Ochnaceae), Campyloneurum angustifolium (Polypodiaceae).

Quelques plantes, principalement des fougères, ne sont connues en Guyane française que de la région de Paul Isnard : Asplenium cristatum (Aspleniaceae), Hymenasplenium delitescens (Aspleniaceae), Tectaria trinitensis (Tectariaceae), Boehmeria ramiflora (Urticaceae), Leandra cremersii (Melastomataceae connue uniquement de ce site). Enfin, un arbre de la famille des Moraceae, non encore décrit, Poulsenia sp. nov. n’est connu à ce jour que des massifs de Lucifer et Dékou-Dékou, où il est toutefois abondant par endroits.

.

En effet, l'isolement de ce massif par rapport aux autres montagnes est un facteur favorable à la spéciation. Les sommets sont particulièrement remarquables de ce point de vue.

Concernant la faune, on y retrouve des grandes espèces de mammifères (Tapir, Atèle, Saki à face pâle, Pécari à lèvres blanches).

Plusieurs espèces déterminantes d'amphibiens (Anomaloglossus degranvillei, Leptodactylus heyeri, Pristimantis sp.2, Atelopus spumarius, Otophryne pyburni, Hypsiboas dentei, Allobates granti, Hamptophryne boliviana) et de reptiles (Xenodon werneri, Leptotyphlops collaris, Neusticurus rudis) sont inventoriées sur le massif.

Concernant l’avifaune, se remarque la présence d'espèces typiquement montagnardes comme le Pic or-olive, l’Oxyrhynque huppé, le Moucherolle à bavette blanche, le Tangara orangé ou encore l’Araponga blanc.

Des inventaires piscicoles mettent également en avant l'intérêt patrimonial de ce bassin versant, avec une dizaine d'espèces déterminantes, dont Harttiella lucifer et Guianacara owroewefi.

Classée en Réserve Biologique Intégrale, cette zone n'en demeure pas moins soumise à une forte pression des activités aurifères (existence de plusieurs titres miniers dont certains très anciens, exploitations alluvionnaires légales, exploration primaire, et surtout orpaillage illégal intense).

Commentaires sur la délimitation

La ZNIEFF est délimitée par la courbe de niveau des 200m du SCAN 50 2011.

Elle inclue les secteurs d'altitude supérieure à 200m (sud du massif Dékou-Dékou et nord du massif Lucifer).