Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 110001546
ZONE HUMIDE DE CHAMARANDE A AUVERS-SAINT-GEORGES

(n° régional : 91038002)

Commentaires généraux

La zone humide s'étend le long de la rivière Juine, du parc du Château de Chamarande, jusqu'au sud d'Auvers-Saint-Georges, au delà d'un marais communal et au niveau d'anciennes peupleraies.

Les milieux humides sont variés, allant des formations pionnières présentes au niveau des berges des pièces d'eau, des roselières et cariçaies, jusqu'aux milieux boisés humides à tourbeux. Tous ces habitats sont d'un fort intérêt écologique car accueillent chacun des espèces bien caractéristiques.

10 espèces déterminantes sont actuellement recensées sur la ZNIEFF :

- Deux espèces végétales des milieux aquatiques : la Zannichellie des marais (Zannichellia palustris), rare et protégée en Ile-de-France et la Spirodèle à plusieurs racines (Spirodela polyrhiza), rare.

- Trois espèces d'oiseaux : la Bouscarle de Cetti (Cettia cetti) et le Râle d'eau (Rallus aquaticus) d'une part : plusieurs mâles chanteurs sont présent sur l'ensemble de la ZNIEFF. Les cariçaies et formations végétales palustres en bordure de rivière constituent en effet leurs habitats privilégiés, bien représentés ici en terme de surface, et présents essentiellement au niveau de secteurs interdits ou inaccessibles pour le public constituant alors des zones refuges de grande tranquillité. Le Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus), est présent principalement au niveau des roselières à Phragmites australis et Phalaris arundinacea, dans des secteurs plus sensibles en terme de dérangement. Sa stabilité sur la ZNIEFF est donc plus menacée.

- Cinq lépidoptères : la Noctuelle des roselières (Arenostola phragmitidis), menacée et protégée en Ile-de-France ; la Noctuelle de la Brouille (Sedina buettneri) et la Lithosie muscerde (Pelosia muscerda), toutes trois inféodées aux milieux humides ; l'Azuré bleu-céleste (Polyommatus bellargus) et le Demi-deuil (Melanargia galathea), deux espèces davantage inféodées aux milieux thermophiles ouverts. Elles trouvent sans doute ici des clairières plus sèches, ou une source d'alimentation importante.

Le cortège floristique et avifaunistique est globalement riche et diversifié sur la ZNIEFF, avec une bonne caractérisation et utilisation de tous les groupements végétaux (pièces d'eau, formations herbacées palustres, taillis boisés, milieux forestiers).

Parmi les espèces végétales, citons quelques espèces considérées comme rares ou assez rares en Ile-de-France : la Grande ciguë (Conium maculatum), le Laiteron des marais (Sonchus palustris), le Gaillet allongé (Galium palustre subsp. elongatum), la Véronique caténaire (Veronica catenata), le Saule pourpre (Salix purpurea), le Callitriche à crochets (Callitriche hamulata) ou la Cardamine amère (Cardamine amara).

Pour l'avifaune, les anciennes peupleraies constituent un important refuge : nidification du Pic noir dans les vieux troncs et Fauvettes paludicoles, Locustelle tachetée, Bruant des roseaux fréquentant la roselière sous-jacente.

A noter également la présence d'une Chauve-souris : la Noctule commune (Nyctalus noctula), dont la reproduction et/ou l'hivernage sur le site sont fort probable de part la présence de vieux arbres.

Les menaces principales pesant sur la ZNIEFF sont liées aux activités antérieures de gestion des zones humides (drainage, plantations, entretien trop important des berges…) qui ont du diminuer la richesse floristique. Cependant, des secteurs restant sous-prospectés pourraient encore révéler des espèces intéressantes.

Cette zone humide, de part sa superficie et sa relative tranquillité reste remarquable dans le secteur et abrite des espèces à préserver.

Géologie : Plaine alluviale sableuse sur sables stampiens. D'anciennes exploitations des colluvions ont mis à jour au S-E d'Auvers St Georges, les sables fossilifères de la base du Stampien, les " faluns d'Auvers St Georges ", le site est protégé et fermé.

Commentaires sur la délimitation

Limites utilisées : lisières boisées, routes, espaces artificialisés au nord (parc très entretenu du Château exclu de la ZNIEFF).

Une grande partie de la moitié sud du site, privée et inaccessible au public, présente d'après la carte IGN et les photos aériennes, une bonne superficie de boisements, sans doute humides, qui sont ici intégrés dans le périmètre. Une prospection plus fine de la moitié sud de la ZNIEFF serait cependant préférable, d'autant que les milieux ont l'air peu entretenus et pourraient être favorables à la Fougère des marais (Thelypteris paustris), AR et PR, bien présente sur la vallée de la Juine, mais non observée ici.