Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 210000685
PELOUSES ET BOIS DES COTEAUX D'AURE

(n° régional : 00000125)

Commentaires généraux

La ZNIEFF des coteaux d'Aure est éclatée en plusieurs secteurs localisés sur une série de versants crayeux situés au sud et au nord de la commune d'Aure dans le département des Ardennes. Elle est constituée par des pinèdes de pins sylvestres et de pins noirs, des accrues feuillues (ou bois de recolonisation classés ici sous l'appellation "autres bois décidus" du code Corine biotope), des broussailles et des pelouses. Ces dernières se rencontrent surtout en lisières, dans les clairières ou dans les bois clairs de pins sylvestres et, plus rarement, de pins noirs (Mont des Sarrazins, Noue Bauré, le Chirley et au sommet du Mont Bélier). La flore est caractéristique des pelouses sèches de Champagne crayeuse : les graminées dominent (brome dressé, fétuque ovine, brachypode penné, brize intermédiaire, dactyle aggloméré), accompagnées par la polygale du calcaire, la laîche glauque, la germandrée petit-chêne et la germandrée des montagnes, le séséli des montagnes, le théson couché, l'anémone pulsatille, la chlorette perfoliée, la globulaire, le lin à feuilles ténues, le muscari à toupet, le réséda raiponce, etc. De nombreuses orchidées s'y remarquent également : acéras homme pendu, ophrys mouche, orchis moustique, platanthère à fleurs verdâtres, orchis pyramidal, orchis pourpre et ophrys araignée inscrit sur la liste rouge des végétaux de Champagne-Ardenne. Les fruticées, qui résultent de l'embroussaillement de certaines pelouses, sont composées de nombreux arbustes (cornouiller sanguin, aubépine monogyne, troène, prunellier épineux, cerisier de Sainte-Lucie, églantier, rosier rouillé, rosier des haies, saule marsault, sureau noir, genévrier commun, etc.) et de quelques arbres (merisier, noisetier, bouleau blanc, orme champêtre) qui s'étoffent de plus en plus pour former des accrues forestières. Localement on peut rencontrer une forêt sèche sur pente, la hêtraie d'Aure, décrite pour la première fois en 1967 par J. Duvigneaud, avec du hêtre, du chêne sessile, de l'orme champêtre, du tilleul à grandes feuilles, du charme, du frêne et, dans la strate herbacée, l'ornithogale des pyrénées, la primevère officinale, le grémil pourpre-bleu (rare) et certaines espèces trangressives de la pelouse. On peut également observer sur le territoire de la ZNIEFF la petite spéculaire inscrite sur la liste rouge régionale.

L'entomofaune est très bien représentée avec plus de 50 espèces recensées et dont six font partie des listes rouges régionales des Lépidoptères et des Orthoptères : le fadet de la mélique, le flambé, le mercure (ou petit agreste, proche de la limite nord de son aire de répartition) pour les papillons, l'oedipode bleu (pour les criquets), le dectique verrucivore et le platycléis à taches blanches pour les sauterelles. On peut également recontrer sur le site la mante religieuse.

Certains mammifères ont été repérés sur le territoire de la ZNIEFF (chevreuils, renards, nombreux lièvres).

De plus, cet espace relativement boisé placé au sein d'un secteur très cultivé joue un grand rôle paysager.

La ZNIEFF est dans un bon état général, mais elle est menacée par la dynamique naturelle et par les plantations denses de résineux.

Commentaires sur la délimitation

Les limites suivent les limites topographiques des coteaux les plus intéressants du point de vue floristique.