Logos SINP

ZNIEFF 210000716
MARAIS DE TRANLAIS A PROUILLY

(n° régional : 00000144)

Commentaires généraux

Le Marais de Tranlais à Prouilly est l'un des rares marais alcalins subsistant dans le Tadernois. Situé au pied d'un vallon très peu marqué situé au sud du village, il est lié à l'émergence de la nappe phréatique des sables de Châlons-sur-Vesle au contact des marnes imperméables du Thanétien. Le marais possède une très grande variété de groupements végétaux : la tourbière à choin noirâtre s'est développée dans les zones les plus mouillées du marais (partie sud), les espèces végétales caractéristiques appartiennent au Caricion davallianae (laîche de Davall, laîche écailleuse, laîche blonde, parnassie des marais, orchis des marais, orchis négligé), avec de nombreuses espèces du Molinion (épipactis des marais, gentiane pneumonanthe, orchis moucheron, cirse maraîcher, silaüs des prés, brachypode penné...). De façon fragmentaire, au niveau du fossé, on peut observer un groupement pionnier à grassette avec également le mouron délicat et la samole. Dans les zones moins hydromorphes, se développe la jonchaie à jonc à tépales obtus, avec l'oenanthe de Lachenal, l'épipactis des marais, la gentiane pneumonanthe, l'ophioglosse, etc. On note également l'abondance des roselières (phragmitaies, groupements à calamagrostis lancéolé) et des cladiaies, ainsi qu'une vaste surface à faciès à molinie dû à des incendies répétés. Le marais est ceinturé par les boisements (surtout aulnaie-frênaie et saulaies) dominés par l'aulne et le frêne, qu'accompagnent les bouleaux et le saule cendré.

Un papillon d'un intérêt exceptionnel et une libellule remarquable ont été observés sur la zone, il s'agit de l'azuré des mouillères ou protée, protégé sur le territoire national depuis 1993, figurant dans le livre rouge de la faune menacée en France (catégorie en danger d'extinction) et sur la liste rouge régionale des Lépidoptères et du cordulégastre annelé inscrit sur la liste rouge des Odonates de Champagne-Ardenne. Les oiseaux liés aux roselières y abondent (rousserole effarvate, locustelle tachetée). Le lézard vivipare y a également été observé.

C'est un des sites majeurs de la Marne, il a été proposé, avec neuf autres ZNIEFF dans le cadre de la directive Habitats (site n°29 : marais et pelouses du tertiaire au nord de Reims). Il est en bon état, mais une partie du site est perturbée par les incendies qui y ont eu lieu entraînant une diminution de la représentation des espèces végétales caractéristiques du marais et perturbant les populations des fourmis-hôtes de l'azuré des mouillères. Une décharge importante est située en partie nord du marais, celle-ci est à l'origine des nombreux incendies du marais.

Commentaires sur la délimitation

Les limites sont celles de la zone marécageuuse la plus riche.