Logos SINP

ZNIEFF 210001006
FORET DOMANIALE DE VAL D'AJOU ET CAMP MILITAIRE DE BRIENNE

(n° régional : 00840000)

Commentaires généraux

La vaste ZNIEFF II de près de 1 000 hectares de la forêt Domaniale de Val d'Ajou et du camp militaire de Brienne est constituée par un ensemble de bois, prairies, pelouses et marais installé sur les alluvions calcaires des terrasses de l'Aube, situé à l'est du village de Brienne-le-Château. Le camp militaire (entrepôt de munitions) présente un intérêt biologique exceptionnel puisqu'il constitue l'un des derniers exemples présentant un complexe de différents milieux sur grèves calcaires. Il s'agit de la dernière zone naturelle aussi étendue et aussi bien conservée de la plaine de Brienne, aujourd'hui totalement dévolue à l'agriculture intensive.

Les types forestiers représentés sont l'aulnaie marécageuse, l'aulnaie-frênaie inondable (boisement typique de vallée alluviale) et la chênaie-charmaie calcicole mésophile. De nombreuses essences s'y rencontrent, notamment le frêne oxyphylle (arbre méridional très rare dans l'Aube) et l'orme lisse, inscrits sur la liste rouge des végétaux menacés de Champagne-Ardenne, le chêne pédonculé, l'aulne, le sycomore, le tilleul à feuilles cordées, etc.

La forêt est entrecoupée de secteurs marécageux à végétation typique de grandes herbes et de carex (laîche des renards, laîche des marais, laîche des rives, laîche raide, laîche aiguë) avec notamment le polystic des marais, la germandrée des marais, le laiteron des marais, le samole de Valérand, etc.

Localement le marécage fait place à des bas-marais à flore extrêmement riche avec l'orchis des marais (seule station de l'Aube aujourd'hui connue), la parnassie des marais, le saule rampant, l'œnanthe de Lachenal, l'hydrocotyle, la gentiane pulmonairee, le gaillet boréal, etc.

Les prairies naturelles et les pelouses renferment de nombreuses espèces peu courantes caractéristiques de ces milieux, notamment la violette élevée (dans les prairies de fauche), espèce d'origine continentale protégée au niveau national, très rare en France, en régression spectaculaire et très menacée dans la région, la renoncule à segments étroits (dans la moliniaie) protégée en Champagne-Ardenne, certaines orchidées (ophrys abeille, ophrys frelon, orchis moustique, orchis pyramidal, listère ovale, platanthère à deux feuilles, etc.). Une douzaine d'espèces végétales rares à très rares se rencontrent sur le site, huit bénéficient d'une protection nationale ou régionale et sept sont inscrites dans la liste rouge des végétaux de Champagne-Ardenne.

De nombreux oiseaux sont favorisés par la mosaïque de milieux différents présent dans la ZNIEFF et trouvent là nourriture ou possibilité de nidification, notamment les oiseaux d'eau attirés par les nombreux petits étangs du secteur (foulque macroule, grèbe huppé, fuligule morillon, fuligule milouin, canard siffleur), de nombreuses espèces de grives (grive mauvis, grive draine, grive musicienne), le pic mar, la pie-grièche grise (nicheur peu commun dont la population a chuté de manière catastrophique), le tarier pâtre, ces deux derniers inscrits sur la liste rouge régionale des oiseaux (dans la catégorie "en danger" pour la première), le martin pêcheur, le héron cendré, etc.

Le site présente également un grand intérêt paysager au sein de la plaine très cultivée de Brienne. La ZNIEFF est située dans le Parc Régional Naturel de la Forêt d'Orient et elle fait partie des zones humides protégées par la convention de Ramsar. Le périmètre de la ZNIEFF initiale (identifiée par le Muséum National d'Histoire Naturel comme susceptible d'être intégrée au réseau Natura 2000 au titre de la directive Habitats) a subi une petite modification : une légère extension a été effectuée pour englober les milieux intéressants qui subsistent de la ZNIEFF dite des Prés d'Origny et des Gros Prés, aujourd'hui supprimée, celle-ci ayant été détruite par une mise en culture ou en prairie intensive. Elle est dans un bon état général.

Commentaires sur la délimitation

Une grande partie des limites suit la délimitation du camp militaire entouré de grillages très élevés, la plaine de Brienne étant presque en totalité cultivée. L'extrémité sud de la ZNIEFF est limitée à la forêt et un diverticule à l'est englobe des prairies d'un grand inérêt.