Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 210001129
MARAIS DES ROMARINS A HAUTES-RIVIERES

(n° régional : 01770003)

Commentaires généraux

La ZNIEFF du Marais des Romarins est située au nord-est de la Neuville-aux-Haies sur le territoire des Hautes-Rivières, dans la Forêt Domaniale de Château-Régnault, à la limite de la frontière franco-belge. Elle fait partie de la grande ZNIEFF de type II du Plateau d'Hargnies. Le périmètre de la ZNIEFF initiale a été profondément modifié en 1999, la moitié sud de celle-ci ayant été enrésinée (épicéas). La moitié nord a été prolongée à l'ouest pour inclure la hêtraie qui lui fait suite.

Ce site fait exception au milieu des plantations résineuses, aussi bien du coté français que du coté belge. De plus cette zone de forêt feuillue est l'une des plus hautes des Ardennes et aussi l'une des dernières. Les conditions écologiques particulières du lieu (sol acide, source, climat froid et humide) permettent le développement d'une végétation très caractéristique de ce type de milieu (mise à part des plantations d'épicéas encore très localisées en limite nord de la zone) :

- hêtraie acidiphilee à strate inférieure très pauvre,

- chênaie sessiliflore à bouleau pubescent et bouleau verruqueux (tourbière boisée) avec le sorbier des oiseleurs, les ronces, deux fougères très abondantes, le polystic dilaté et le polystic spinuleux, la fougère aigle, la myrtille (très abondante), la canche flexueuse, le gaillet du Harz, etc.

- une zone de lande tourbeuse très acide (pH voisin de 4) à molinie, laîche vulgaire et linaigrette à feuilles étroites, bourdaine et saule à oreillettes avec des petites zones à sphaignes flottantes. Ce milieu de clairière correspond à une zone de nourrissage de la gélinotte pendant la période hivernale (février-mars). A la limite de la moliniaie et du bois tourbeux, on observe une fougère protégée en Champagne-Ardenne, l'osmonde royale.

Les oiseaux sont peu nombreux et typiques du milieu forestier, avec, dans la hêtraie, deux espèces un peu moins courantes, la gélinotte des bois et la chouette de Tengmalm (donnée ancienne). Le sizerin flammé et le grosbec casse noyaux s'y reproduisent.

La zone est très sensible et très fortement menacée par les pratiques sylvicoles (enrésinement systématique). Le marais est en voie d'assèchement en raison du sous-tirage réactivé par les deux fossés de la grande coupe de résineux située en aval (il semblerait qu'il y ait replantation d'épicéas sur les parties en voie d'assèchement) ; le piment royal a aussi disparu : c'est lui qui a donné son nom au site, le piment royal étant autrefois utilisé comme arbrisseau aromatique ("romarin").

Commentaires sur la délimitation

Une partie de la ZNIEFF (à l'est) est limitée à la frontière belge, le reste de la délimitation suit les limites naturelles de la zone la plus riche (marais et bois feuillu), ce site faisant exception au milieu des plantations résineuses environnantes.