Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 210002015
LE MONT D'HAURS ET LE VERSANT GAUCHE DE LA VALLEE DE LA HOUILLE.

(n° régional : 01960003)

Commentaires généraux

La ZNIEFF de type I du Mont d'Haurs et du versant gauche de la vallée de la Houille fait partie de la vaste ZNIEFF II de la pointe de Givet située à l'extrémité septentrionale du département des Ardennes, dans la région naturelle de la Calestienne. Elle comprend les fortifications du Mont d'Haurs, le Mont de Fromelennes, le vaste plateau mamelonné des Terres d'Haurs et du Bois Cadet et les pentes raides qui plongent dans la vallée de la Houille. Les contours ont été modifiés au nord de la ZNIEFF pour prendre en compte, d'une part la Roche vers le Moulin Boreux (rocher magnifique avec une flore exceptionnelle) et d'autre part la falaise et l'escarpement près de la Tour Grégoire. L'intérêt du site est lié à la qualité de l'écosystème : étendue et conservation, populations importantes d'espèces en voie de raréfaction ou de disparition aussi bien animales que végétales.

Une grande partie de la zone est recouverte par des pelouses mésophiles qui se rapportent au Mésobromion. En dehors des camps militaires de Champagne, ces pelouses sont les plus étendues et les mieux conservées de toute la région. Leur variété en orchidées est remarquable : orchis grenouille, moucheron, bouc, bouffon, tacheté et mâle, ophrys singe, abeille, frelon et mouche, listère ovale, acéras homme-pendu, platanthère des montagnes et platanthère à deux feuilles. Les broussailles, qui recouvrent de plus en plus les pelouses, sont largement dominées par l'aubépine monogyne et le prunellier épineux. Des bois feuillus et résineux (accrues ou plantations) s'y remarquent également. Les escarpements et les dalles rocheuses permettent l'installation de groupements particuliers riches en fougères ou sur les dalles d'une flore typique à base d'orpins.

Une douzaine d'espèces rares ou/et protégées peuvent s'observer sur le site : six bénéficient d'une protection régionale, l'armoise blanche (notamment au niveau de la Roche et des escarpements de la Tour Grégoire, récemment pris en compte dans la ZNIEFF), l'aster linosyris (dont l'aire de répartition en France est très discontinue), la phalangère à fleurs de lis, l'orchis singe, l'orobanche de la germandrée et le lin français. Ils sont tous inscrits sur la liste rouge des végétaux de Champagne-Ardenne, de même que la cuscute du thym, l'orchis grenouille, l'antennaire pied-de-chat et, localisée au niveau de la Roche, la fétuque des rochers (fétuque d'Europe centrale, Festuca pallens, en limite d'aire de répartition). Certaines pinèdes renferment le rare chêne chevelu naturalisé.

L'intérêt entomologique est remarquable avec 95 espèces différentes recensées dont 11 inscrites sur les listes rouges régionales. Il s'agit notamment de papillons (l'azuré de la croisette, dont la plante-hôte, la gentiane croisette est particulièrement bien représentée au niveau des Terres d'Haurs et du Bois Cadet, l'agreste, l'hespérie de l'alchemille et le flambé qui est ici à sa limite d'aire de répartition vers le nord), des criquets et sauterelles (avec par exemple le criquet marginé, la decticelle des bruyères, le platycléis à taches blanches, etc.). La mante religieuse, d'origine méridionale, est située ici à sa limite d'aire de répartition septentrionale.

Le Fort du Mont d'Haurs abrite une population importante de lézard des murailles et la coronelle lisse inscrite sur la liste rouge régionale des reptiles. Aux Terres d'Haurs se remarque la vipère péliade, partiellement protégée sur le territoire national depuis1993, inscrite à l'annexe III de la convention de Berne, figurant dans le livre rouge de la faune menacée en France et sur la liste rouge des reptiles de Champagne-Ardenne (catégorie "en danger de disparition").

Les oiseaux y sont bien diversifiés avec plus de 50 espèces recensée dont notamment l'alouette lulu et l'engoulevent d'Europe qui nichent sur le site, l'hirondelle des cheminées et l'hirondelles des fenêtres au niveau des fortifications, etc.

Certaines petites grottes et les remparts (fissures, diaclases, galeries) sont fréquentés par plusieurs chauves-souris : le grand rhinolophe, le grand murin, le vespertilion à oreilles échancrées (totalement protégés en France et figurant dans les annexes II et IV de la directive Habitats, l'annexe II de la convention de Berne et dans le livre rouge de la faune menacée en France). Ils sont également inscrits sur la liste rouge régionale des mammifères, de même que le murin à moustaches.

L'intérêt de la ZNIEFF est également géologique avec la présence de la coupe du Givétien dont l'étage est complet (assise des Trois-Fontaines, assise du Mont d'Haurs, assise de Fromelennes) et présente de nombreux faciès à Polypiers. Le Mont de Fromelennes présente un intérêt géologique complémentaire à celui du Mont d'Haurs (contact entre le Givétien supérieur et le Frasnien).

Les fortifications font partie des sites classés selon la loi de 1930, le site retranché fait partie des sites inscrits. La ZNIEFF fait partie de la Réserve Naturelle de la pointe de Givet (en cours d'officialisation). Elle a été proposée avec sept autres ZNIEFF dans le cadre de la directive Habitats (site n° 1 : pelouses, rochers et buxaie de la pointe de Givet). Le site est dans un assez bon état mais il faut souligner la rapidité d'embroussaillement de certains secteurs (de nombreuses zones encore en pelouses il y a 10 ans sont aujourd'hui totalement recouvertes par les fruticées) et la tendance à l'envahissement par le brachypode des zones les plus mésophiles de la pelouse. Certaines activités humaines s'y font ressentir (surfréquentation, feux) et peuvent gêner l'avifaune nicheuse et certains mammifères.

Commentaires sur la délimitation

Les contours de la ZNIEFF suivent les limites naturelles de la zone la plus riche.