Logos SINP

ZNIEFF 210008914
PRAIRIES DE LA ROSIERE, DE VANNY ET DES VINGT FAUCHEES A AUTRY

(n° régional : 00000234)

Commentaires généraux

La ZNIEFF des prairies d'Autry occupe une superficie de 325 hectares dans la vallée de la rivière de la Dormoise et de son afluent, le Sugnons qui se jettent tous les deux dans l'Aisne. Elle est représentative d'un type prairial autrefois répandu dans les vallées des départements de la Marne et des Ardennes : la prairie fraîche de fauche (mais souvent pâturée maintenant).

On en distingue de nombreux types en liaison avec le type de sol et le degré d'hydromorphie : prairies humides (Bromion racemosi), prairies plus mésophiles alluviales (Arrhenatherion elatioris), prairies humides maigres à molinie (Molinion caeruleae), prairies atlantiques acidophiles (Nardo-Galion), prairies pâturées. L'intérêt de la ZNIEFF est réhaussé par la présence d'un patit étang, de roselières, de peuplements à grandes laîches (laîche vésiculeuse, laîche à bec, laîche des renards), de saulaies à saule blanc et d'aulnaies-frênaies inondables. La flore recèle de nombreuses espèces rares ou protégées : au niveau régional pour la germandrée des marais, le pâturin des marais, l'ail anguleux (rare en France où il se localise dans quelques grandes vallées de l'est), le genêt d'Angleterre (proche de sa limite absolue de répartition vers le nord-est) et l'inule des fleuves, très menacée. Deux espèces bénéficient d'une protection nationale, la gratiole officinale (en très forte régression et très menacée) et la violette élevée (en régression spectaculaire et très menacée). A part la germandrée des marais, elles sont toutes inscrites sur la liste rouge des végétaux menacés de Champagne-Ardenne, en compagnie d'une petite fougère, l'ophioglosse, d'une graminée atlantique proche de sa limite d'aire de répartition, la gaudinie fragile, d'une orchidée, l'orchis incarnat, de l'euphorbe glauque, de la stellaire des marais, de la samole, de l'hottonie des marais, de la ratoncule naine et de l'orme lisse.

L'entomofaune est variée : les papîllons sont bien représentés par près de 60 espèces différentes recencées et parmi elles six espèces rares et une espèce protégée, l'azuré du serpolet (rare ou vulnérable dans toute l'Europe, à distribution très fragmentée en France et rare dans le nord du pays), inscrit à l'annexe II de la convention de Berne, aux annexes II et IV de la directive Habitats, dans le livre rouge de la faune menacée en France et sur la liste rouge des insectes de Champagne-Ardenne, en compagnie de l'hespérie du faux-buis, du damier du plantain, du mélitée des digitales, du fadet de la mélique et du thécla du coudrier. Les libellules sont également bien représentées et sur les 22 espèces recensées, 6 sont rares en Champagne-Ardenne : l'agrion de Mercure protégé en France depuis 1993, inscrit sur le livre rouge de la faune menacée de France, dans les annexes II de la Convention de Berne et de la directive Habitats), l'agrion gracieux, le gomphe vulgaire, l'aeschne printanière, l'orthetrum bleuissant et l'orthetrum brun. Ils sont tous inscrits sur la liste rouge des insectes de Champagne-Ardenne.

Cette ZNIEFF, plutôt bocagère et d'assez grande taille, présente une faune vertèbrée très intéressante. Outre les champs, prairies, bois et bosquets, un petit étang privé permet la présence de certains oiseaux aquatiques (canard colvert, poule d'eau, foulque macroule) et de quelques espèces d'amphibiens intéressantes comme le triton crêté (en régression en France et dans l'ensemble des pays d'Europe, inscrit aux annexes II et IV de la directive Habitats et à l'annexe II de la convention de Berne), la rainette verte arboricole (en déclin partout en Europe et surtout dans le nord et le nord-est de la France, inscrite à l'annexe IV de la directive Habitats et à l'annexe II de la convention de Berne), le crapaud accoucheur (en déclin, inscrit à l'annexe IV de la directive Habitats et à l'annexe II de la convention de Berne) et le pélodyte ponctué (vulnérable et rare en Champagne-Ardenne, inscrit à l'annexe III de la convention de Berne). Tous les trois sont protégés en France depuis 1993, figurent sur le livre rouge de la faune menacée en France et sont inscrits, avec la salamandre tachetée, le crapaud commun, la grenouille rousse et la grenouille agile également présents, sur la liste rouge des amphibiens de Champagne-Ardenne.

La faune avienne est très diversifiée : ainsi sur les 45 espèces présentes sur le site, sept sont inscrites sur la liste rouge régionale des oideaux : il s'agit du râle des genêts (nicheur très rare et en régression), du busard des roseaux (nicheur rare et en régression), du vanneau huppé (nicheur rare en fort déclin), de l'alouette des champs (dont les effectifs ont subi une diminution sensible en Europe ces vingts dernières années), du tarier pâtre, de la rousserole verderolle et de la pie-grièche écorcheur.

Quatre espèces de chauves-souris (entièrement protégées depuis 1981) fréquentent le site : la pipistrelle commune, le murin de Daubenton, le murin à moustaches et le vespertilion à oreilles échancrées inscrit sur l'annexe II de la convention de Berne, sur les annexes II et IV de la directive Habitats et dans le livre rouge de la faune menacée en France dans la catégorie "vulnérable".

La ZNIEFF a été proposée pour la directive Habitats (prairies d'Autry) et pour la directive Oiseaux (vallée de l'Aisne). Le site est très menacé par les activités agricoles et humaines : mises en cultures (maïs, blé) écartées aujourd'hui de la nouvelle délimitation, plantations de peupliers, enrichissement de plus en plus conséquent des prairies par amendements (avec appauvrissement de la diversité floristique). La zone nouvellement délimitée est en bon état.

Commentaires sur la délimitation

Les contours de la ZNIEFF suivent les limites entre les prairies les plus riches et les mileux forestiers ou les milieux agricoles plus artificialisés.