Logos SINP

ZNIEFF 210014786
PELOUSES CALCAIRES ET PRAIRIES DE FAUCHE DE COURTHIEZY

(n° régional : 00000447)

Commentaires généraux

La ZNIEFF regroupant les pelouses calcaires des Saradans et les prairies de fauche de la Croix de la Reine est éclatée en deux sites proches situés au sud et à l'est de Courthiézy, entre Reims et Chateau-Thierry, dans le département de la Marne.

La pelouse des Saradans est une des rares pelouses subsistant encore en Brie champenoise, les prairies (fraîches dans les zones basses, plus mésophiles dans les zones hautes), établies sur des limons plus ou moins hydromorphes recouvrant le plateau calcaire, représentent un milieu très rare dans le secteur.

Les autres habitats de la ZNIEFF sont :

- des forêts secondaires de recolonisation à la Croix Reine et aux Saradans, avec une strate arborescente essentiellement composée de frêne, charme, chêne pédonculé et érable sycomore, une strate arbustive dans laquelle se remarquent le noisetier, la viorne obier, les groseilliers (rouge et à maquereaux), les aubépines (épineuse et monogyne). La strate herbacée est notamment constiruée par l'ornithogale des Pyrénées, l'anémone des bois, le muguet, le millet diffus, la moschatelline et sur les pentes, la jacinthe des bois, la mercuriale vivace, la parisette, la listère ovale et la sanicle d'Europe.

- des fruticées (se développant aux dépens des milieux herbacés) à genévrier commun, prunellier épineux, cornouiller sanguin, troène, viorne mancienne, cytise faux ébénier...

- des vergers (donnant un aspect localement bocager).

Le site renferme de très nombreuses orchidées avec une espèce inscrite sur la liste rouge des végétaux menacés de Champagne-Ardenne, l'orchis brûlé, dont c'est l'une des trois seules stations actuellement répertoriées dans le département. Elle est accompagnée par l'orchis mâle, l'orchis moucheron, l'orchis militaire, l'orchis pourpre, l'ophrys mouche, l'ophrys abeille, l'ophrys frelon, la platanthère des montagnes et la platanthère à deux feuilles. Dans les zones plus fraîches se rencontrent également l'orchis à larges feuilles et l'orchis tacheté. On peut aussi observer dans la pelouse, la gentiane germanique, le lin à feuilles ténues, l'hippocrépide chevelu, la brunelle à grandes fleurs, la brunelle découpée, le serpolet, l'ornithogale en ombelle, la laîche glauque, la brize intermédiaire et le brome dressé. La prairie est caractérisée par l'avoine élevée, la houlque laineuse, le lychnis fleur de coucou, le salsifis des prés, la saxifrage granulée, le colchique, le crépis bisannuel, la cardamine des prés, le myosotis des marais, etc.

La vipère aspic et le lézard des souches s'y observent : totalement protégés en France depuis 1993, le lézard des souches est aussi inscrit à l'annexe IV de la directive Habitats, à l'annexe II de la convention de Berne, sur la liste rouge régionale et dans le livre rouge de la faune menacée en France.

La population avienne est variée : certains oiseaux ont été relevés lors de l'étude d'impact de la commune de Dormans (liste non exhaustive). On remarque, dans les milieux ouverts ou broussailleux, le pouillot véloce, la linotte mélodieuse et le pipit des arbres (lieu-dit "les Coqs"), l'alouette des prés, le bruant jaune, la caille des blés, le bruant proyer... Le pic épeiche, le coucou, le geai, le pinson des arbres fréquentent les milieux plus boisés. Dans les vergers, les haies et les lisières forestières se rencontrent le bouvreuil pivoine, la grive musicienne, la mésange charbonnière, l'accenteur mouchet, le grimpereau des jardins, etc. Certains rapaces survolent le site à la recherche de nourriture (buse variale, milan noir, épervier d'Europe).

Les mammifères recensés sur le site sont le chevreuil (très nombreuses traces), le lapin de garenne, le lièvre commun, le blaireau, le renard ("les Saradans"), plus rarement la martre et la fouine.

C'est une station fragile, menacée d'une part par l'intensification des activités agricoles (pour les prairies) et d'autre part par la dynamique naturelle de la végétation (pour les pelouses).

Commentaires sur la délimitation

La ZNIEFF est éclatée en deux sites : Leur délimitation est fonction des limites naturelles des milieux les plus intéressants pour le secteur sud et suit le contour d'un coteau très pentu pour la zone plus au nord.