Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 210020023
MARAIS LATERAUX DE LA RIVE DROITE DE LA VALLEE DE LA SEINE A DROUPT-SAINTE-MARIE ET SAINT-OULPH

(n° régional : 03750004)

Commentaires généraux

La ZNIEFF des marais latéraux à la vallée de la Seine est éclatée en trois parties et concerne les marais et bois humides du ruisseau de l'Armance (situés entre Méry-sur-Seine et Saint-Oulph), de la Croix Gironde (dans la commune de Droupt-Sainte-Marie) et du ruisseau de Rhuez (entre Droupt-Saint-Basle et Droupt-Sainte-Marie). Elle fait partie de la grande ZNIEFF de type II de la vallée de la Seine de la Chapelle-Saint-Luc à Romilly-sur-Seine. Elle est constituée de zones de marais (magnocariçaies, roselières et cladiaies localement assez développées), de plans d'eau récents avec des végétations aquatique et de bordure, de saulaies à saules cendrés et de boisements humides (aulnaies-frênaies). Récemment des peupleraies marécageuses ont été plantées. Ce milieu est exceptionnel : c'est un secteur de grosses sources alimentées par la nappe phréatique de la craie, avec des inondations hivernales parfois très tardives, créant de vastes "mares" et "étangs" temporaires jusqu'à la fin du printemps.

Les magnocariçaies sont constituées par la laîche des rives, la laîche faux-souchet, la laîche des marais, la laîche aiguë et la laîche raide (qui forme de grands touradons), le jonc à tépales obtus, la prêle des eaux, le pigamon jaune, le séneçon des marais, la salicaire, la véronique à écus, la lysimaque vulgaire, etc. Les phragmitaies sont souvent en mosaïque avec les cariçaies. Elles sont surtout composées par le roseau et le calamagrostis des marais, qu'accompagnent la massette à feuilles étroites et la massette à larges feuilles, la baldingère, l'iris faux-acore, le gaillet des marais, l'épilobe hirsute, etc. On peut y observer deux espèces protégées au niveau régional, la germandrée des marais (assez abondante à "la Croix Gironde") et la gesse des marais inscrite sur la liste rouge des végétaux de Champagne-Ardenne, en compagnie du peucédan des marais.

Une cladiaie peut se développer dans les zones les plus humides (queue d'étang plus ou moins atterrie à Droupt-Sainte-Marie et plus ponctuellement au sein des marais) et se caractérise par une végétation dominée par le marisque. Plusieurs marais ont été en partie plantés récemment de peupliers ("les Armances" à Saint-Oulph et "la Croix Gironde" à Droupt-Sainte-Marie).

Des étangs (certains étant de création récente) et les ruisseaux des Rhuez et de l'Armance ont une végétation riche et bien caractérisée : on y rencontre des groupements pionniers à Characées, des associations relevant du Nymphaeion, du Potamion (avec le potamot coloré inscrit sur la liste rouge régionale) et des groupements amphibies avec les scirpes (scirpe maritime et jonc des chaisiers), le butome en ombelle (qui occupe sur une station de Saint-Oulph une étendue spectaculaire), le plantain d'eau à feuilles lancéolées, le samole de Valérand et la laîche tardive (inscrits sur la liste rouge régionale).

Mais la grande richesse de la ZNIEFF est due à la présence de petits crustacés rarissimes liés aux mares temporaires, ce qui lui confère un intérêt exceptionnel. L'inventaire (effectué par N. Rabet et J. F. Cart) a permis de recenser notamment :

- Chirocephalus spinicaudatus, endémique du Bassin Parsisien, considéré comme éteint et redécouvert ici en 1999 (source de la "Croix Gironde"). Il s'agit de la seule station connue à ce jour.

- Diaptomus rostripes avec trois localisations en France en 1999,

- Lynceus brachyurus qui n'avait jamais été trouvé ici et présent dans deux stations en France,

- Hemidiaptomus amblyodon avec huit localisations en France en 1999, dont cinq nouvelles dans la vallée de la Seine. Un inventaire a également été effectué sur les mollusques (bivalves d'eau douce et gastéropodes) avec près d'une trentaine d'espèces inventoriées dont certaines peu communes.

Les batraciens sont également bien représentés avec deux espèces de la liste rouge régionale, le triton crêté (inscrits aux annexes II de la convention de Berne, aux annexes II et IV de la directive Habitats) et le pélodyte ponctué (abondant au niveau de la source de l'Armance) qui est un des batraciens les plus rares de la Champagne. Totalement protégés sur le territoire français, ils figurent également dans le livre rouge de la faune menacée en France (catégorie vulnérable).

La ZNIEFF est encore en bon état, mais elle est très menacée par les plantations de peupliers (appauvrissement floristique et faunistique), le drainage et la culture.

Commentaires sur la délimitation

Les limites de la ZNIEFF suivent les contours des trois petits marais latéraux à la vallée de la Seine.