Logos SINP

ZNIEFF 210020044
VALLEE DE L'ANCRE DE CHENNEGY A THUISY

(n° régional : 00000526)

Commentaires généraux

La ZNIEFF constituée par la vallée de l'Ancre entre les villages de Chennegy et de Thuisy est située dans le pays d'Othe. L'Ancre, affluent de la rivière de la Vanne, fait l'objet ici d'un Arrêté de Protection de Biotope (depuis le 19/09/89) sur les trois kilomètres de son cours situé entre l'ancien moulin de la commune de Chennegy (à l'amont du ruisseau) et le premier pont de Thuisy (à l'aval). Il fait partie du domaine privé et est classé en première catégorie. La végétation de la vallée, encore bien préservée, est constituée par :

- des prairies mésophiles, caractérisées par l'abondance des graminées (avoine élevée, dactyle aggloméré, fétuque roseau, trisète dorée, houlque laineuse, etc.) et par le trèfle des prés, le trèfle blanc, la renoncule âcre, la renoncule rampante, le plantain lancéolé, la gesse des prés, le gaillet vrai, la centaurée jacée, la scabieuse colombaire, la laîche hérissée...

- dans les zones plus humides, des groupements relevant des roselières (phagmitaie bien développée, phalaridaie et petite glycériaie à glycérie aquatique, baldingère, roseau, salicaire, renouée amphibie, patience aquatique, iris faux-acore, grande consoude, populage des marais, gaillet des marais), des magnocariçaies (à laîche des marais et laîche paniculée), des filipendulaies et clairières à hautes herbes (avec la reine des prés, l'angélique sauvage, l'eupatoire chanvrine, la valériane rampante, l'épilobe hirsute, l'ortie dioïque, le liseron des haies, le galéopsis tétrahit, le scirpe des bois, etc.)

- la ripisylve de l'Ancre, bien développée (avec le frêne élevé, l'aulne glutineux, l'érable champêtre, le noisetier, le sureau noir, le fusain d'Europe, le saule blanc, le saule fragile, le bouleau verruqueux) qui s'étoffe et tend vers l'aulnaie-frênaie (surtout vers l'amont du ruisseau, au sud de la ZNIEFF), la chênaie-frênaie alluviale (autres bois décidus de la typologie CORINE biotopes) et l'aulnaie à grandes laîches. Quelques peupleraies (à peuplier blanc et peuplier grisard) et jeunes plantations de frênes s'y rencontrent également.

La faune y est bien diversifiée, notamment piscicole avec une belle population de truite fario (abondance des truites de plus de 23 cm) accompagnée par le chabot (inscrit à l'annexe II de la directive Habitats), le vairon, la loche franche, etc.

Les insectes sont également bien représentés, plus particulièrement les Orthoptères (criquet duettiste, criquet des clairières, conocéphales bigarré, decticelle bariolée, decticelle cendrée, grande sauterelle verte), les Odonates (libellule déprimée, orthétrum réticulé, caloptérix vierge, caloptéryx éclatant, agrion à larges pattes, petite nymphe au corps de feu, agrion élégant, agrion jouvencelle, agrion porte-coupe) et les Lépidoptères (petite tortue, citron, carte géographique, myrtil, belle dame, sylvaine, procris).

Les amphibiens fréquentent le site régulièrement : on peut y observer la salamandre tachetée (inscrite sur la liste rouge régionale), le triton alpestre (figuant dans le livre rouge de la faune menacée en France, catégorie vulnérable), le triton ponctué, le triton palmé, le crapaud commun, la grenouille agile (tous étant protégés en France), les grenouilles vertes et rousses. Les reptiles sont représentés par le lézard des souches, totalement protégé en France depuis 1993, inscrit à l'annexe IV de la directive Habitatds, à l'annexe II de la convention de Berne, sur la liste rouge régionale et dans le livre rouge), l'orvet et la couleuvre à collier.

Les oiseaux ne comportent pas de raretés et sont communs dans la région : on y rencontre la rousserolle effarvatte (dans les roselières), le troglodyte mignon, la tourterelle des bois, le pic épeiche, le pigeon ramier, la grive musicienne, le pouillot véloce, la linotte mélodieuse, etc.

La ZNIEFF est en bon état, mais a tendance à se fermer par la dynamique naturelle. Le ruisseau possède des eaux de bonne qualité.

Commentaires sur la délimitation

Les contours de la ZNIEFF suivent les limites des milieux les plus riches de la vallée et exluent donc les terres agricoles les plus artificialisées.