Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 210020092
BOIS DE LA PAPETERIE A GONCOURT

(n° régional : 00000557)

Commentaires généraux

La ZNIEFF du Bois de la Papeterie est située au sud du village de Goncourt (département de la Haute-Marne), sur le sommet et les pentes (exposées à l'est et au sud) d'un vallon surplombant la vallée de la Meuse. D'une superficie de près de 70 hectares, elle regroupe essentiellement une chênaie-charmaie-hêtraie calcicole, une chênaie-charmaie mésotrophe à acidiphile et plus localement des groupements de rochers et d'anciennes lavières colonisées par la végétation et évoluant vers la hêtraie neutrophile.

Le chêne sessile domine une strate arborescente qui comprend aussi le charme, l'érable sycomore, l'alisier blanc, le tilleul à grandes feuilles et plus localement le hêtre, le merisier et le frêne. Le taillis est essentiellement constitué par le noisetier, l'érable champêtre, l'aubépine monogyne et l'orme de montagne. Sont également représentés le rosier des champs, le troène, le chèvrefeuille à balais, le groseillier des Alpes et le groseillier à maquereaux. Le tapis herbacé est composé par la pervenche, l'apérule odorante, l'anémone des bois (rare sur calcaire), le lamier jaune, qu'accompagnent le bois joli, la violette des bois, l'orge d'Europe, le gouet tacheté, la laîche des bois, la pulmonaire à fleurs obscures (médioeuropéenne proche de sa limite d'aire de répartition vers l'ouest), l'asaret d'Europe, le muguet... Une espèce protégée en Champagne-Ardenne s'y remarque, le lis martagon, assez commun dans les montagnes mais très rare ou nul en plaine. Dans la région il n'était connu auparavant que sur le plateau de Langres : cette nouvelle station constitue donc pour la Champagne la limite ouest de son aire de répartition.

Dans les zones acidiclines sur limons profonds se développe la chênaie-charmaie mésotrophe à acidiphile : certaines espèces apparaissent et prennent de l'importance, notamment la luzule blanchâtre (montagnarde rare en plaine), la luzule poilue, la germandrée scorodoine, la véronique officinale, la laîche pâle...

Au niveau de certains rochers apparaît une végétation ptéridophytique avec le cystoptéris fragile, le scolopendre et le polypode vulgaire.

Les anciennes lavières boisées recèlent la violette étonnante, inscrite sur la liste rouge des végétaux menacés de Champagne-Ardenne, l'épiaire droite, le bois joli et une végétation héliophile constituée par l'hippocrépide en ombelle, la digitale jaune, l'euphorbe petit-cyprès, le brachypode penné, etc.

Sans abriter d'espèces rares, l'avifaune est bien diversifiée : la forêt est fréquentée par de nombreux pics (pic mar, pic épeiche, pic noir), grives (grive musicienne et grive draine) et mésanges (mésanges bleue, charbonnière et nonnette). On y rencontre également toute l'année le pigeon ramier, la buse variable, la sitelle torchepot, le grimpereau des jardins, le pinson des arbres et, à la belle saison, la tourterelle des bois, le pipit des arbres, la fauvette à tête noire, le loriot... Le chevreuil, le sanglier, le renard, le chat sauvage, l'hermine et le blaireau fréquentent aussi le site.

La ZNIEFF est dans un bon état, elle est incluse dans la ZICO CA 10 de la directive Oiseaux.

Commentaires sur la délimitation

Les contours de la ZNIEFF au secteur du bois biologiquement le plus riche