Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 210020106
VALLEE DE LA SUIZE, COMBE EMERY ET COMBE DE LA LOGE AU NORD DE VILLIERS-SUR-SUIZE

(n° régional : 05110004)

Commentaires généraux

La ZNIEFF de la vallée de la Suize, de la Combe Emery et de la Combe de la Loge, d'une superficie de 163 hectares, est située entre Crenay et Villiers-sur-Suize, dans le département de la Haute-Marne, à une quinzaine de kilomètres au sud de Chaumont. Elle fait partie de la grande ZNIEFF de type II des coteaux et de la vallée de la Suize entre Chaumont et Villiers-sur-Suize. Elle est constituée par la vallée de la Suize et ses versants, eux-mêmes entaillés par plusieurs petites combes qui s'ouvrent sur la vallée. Elle regroupe des milieux très variés : des boisements sur les versants (près de la moitié de la superficie totale), des prairies pâturées ou fauchées, hygrophiles à mésophiles (40% de la superficie) dans la vallée, plus localement des pelouses xérophiles à hygrophiles et un petit marais tufeux de fond de combe.

Les arbres les plus communément rencontrés sont le hêtre, le charme, le chêne sessile, le chêne pédonculé, l'érable sycomore, l'érable plane et l'érable champêtre. La strate arbustive comprend le cornouiller sanguin, le cornouiller mâle, le troène, la lauréole, le bois joli, la viorne mancienne... Le tapis herbacé est constitué par la laîche des montagnes, la mélitte à feuilles de mélisse, l'hellébore fétide et diverses orchidées, notamment le céphalanthère à larges feuilles, l'épipactis de Müller, la néottie nid d'oiseau, la listère ovale et la platanthère à feuilles verdâtres. Les lisières sont très intéressantes, on peut y observer le trèfle rougeâtre, la vesce à feuilles ténues, la réglisse sauvage, le bugle de Genève, la valériane officinale des collines, l'ancholie vulgaire, le séséli libanotis ainsi que certaines espèces transgressives des pelouses.

La végétation des pelouses est intéressante à plus d'un titre : les graminées sont l'élément dominant (brome dressé, brize intermédiaire, brachypode penné, fétuque de Leman, koelérie à crêtes). D'autres espèces sont également bien représentées, notamment la laîche de Haller, la globulaire, le séséli des montagnes, le lin à feuilles ténues, l'hippocrépide chevelu, la petite piloselle, l'anthyllide vulnéraire et le serpolet. Ils sont accompagnés par l'orobanche du thym, inscrit sur la liste rouge des végétaux de Champagne-Ardenne, l'anémone pulsatille, le polygala du calcaire, la petite sanguisorbe, la germandrée petit-chêne, la germandrée des montagnes, le cytise pédonculé, l'hélianthème jaune, la potentille printanière, l'œillet des chartreux, le caille-lait jaune... Certaines orchidées s'y remarquent : acéras homme pendu, orchis mâle, orchis pourpre, orchis moucheron, ophrys frelon, platanthère à feuilles verdâtres.

Au fond de la Combe Emery se remarque un petit marais tufeux, avec encroûtements calcaires. Il est constitué par une moliniaie à ophioglosse et une parvocariçaie à linaigrette. Les laîches y sont bien représentées par la laîche tomenteuse, la laîche de Davall, la laîche faux panic, la laîche à nombreuses racines. On y observe aussi la sanguisorbe officinale, le silaüs des prés, l'orchis de Fuchs, la valériane dioïque, ainsi qu'une petite curiosité, l'hybride entre le cirse acaule et le cirse maraîcher. La flore recèle une espèce protégée, la linaigrette à larges feuilles, également inscrite, de même que l'orchis incarnat et l'ophioglosse, sur la liste rouge régionale (en très forte régression et pratiquement disparue de la plaine française). Ce marais est l'un des derniers marais tufeux typiques du nord du plateau de Langres. La prairie de la vallée est également marécageuse par endroits et présente en partie une flore analogue. Les zones les plus typiques hébergent la raiponce orbiculaire et une variété rare de scabieuse, la scabieuse des prés.

L'avifaune est intéressante à plus d'un titre ; sur les 48 espèces inventoriées, deux font partie de la liste rouge des oiseaux nicheurs de Champagne-Ardenne : le milan noir et la pie-grièche écorcheur.

La forêt est fréquentée par le grosbec casse-noyaux, le geai des chênes, le roitelet huppé, le troglodyte mignon, le pinson des arbres, la grive musicienne, la grive draine, la sittelle torchepot, de nombreuses mésanges et des passereaux divers (bouvreuil pivoine, pipit des arbres, pouillot véloce, pouillot fitis, fauvette à tête noire, tourterelle des bois, pigeon ramier...). Les zones embroussaillées accueillent le troglodyte mignon, l'accenteur mouchet, la fauvette babillarde, la linotte mélodieuse et les milieux ouverts attirent la fauvette grisette, la grive litorne, l'alouette des champs, la bergeronnette grise, le bruant proyer, etc. Le martin pêcheur fréquente la Suize et les petits rus adjacents. Outre le milan noir, divers rapaces nichent aussi sur le site : il s'agit de la buse, du faucon crécerelle et de l'épervier d'Europe.

La vipère aspic y a été observée, de même que certains mammifères : chevreuil, sanglier, renard, blaireau, chat sauvage, martre et fouine.

Le site, en bon état, ne semble pas réellement menacé.

Commentaires sur la délimitation

La délimitation suit les limites naturelles de la partie la plus typique et la plus riche de la vallée de la Suize, avec une grande biodiversité. La vallée est plus cultivée en amont de la ZNIEFF. La végétation des bois des plateaux est assez banale et n'a également pas été retenue dans le périmètre.