Logos SINP

ZNIEFF 220005028
ÉTANGS DE VERMAND, MARAIS DE CAULINCOURT ET COURS DE L'OMIGNON

(n° régional : 02VER102)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

L’Omignon prend sa source dans l’Aisne et court sur environ 24 km, jusqu’à sa confluence avec la Somme. Dans sa partie axonaise, l’Omignon traverse les deux marais de Vermand et de Caulincourt.

La vallée s’inscrit dans les craies blanches du Coniacien et du Santonien, tandis que le fond de vallée est couvert par des alluvions modernes.

Le fond du cours d’eau est graveleux et sablonneux sur quelques tronçons et les herbiers aquatiques à base de formes rhéophiles de Rubaniers (Sparganium sp. pl.), d’Ache nodiflore (Apium nodiflorum) et de Callitriches (Callitriche sp. pl.) sont bien développés. Des boisements rivulaires d’aulnes et de frênes bordent l’Omignon sur une partie de son cours.

Les marais de Vermand et de Caulincourt présentent une grande variété d’habitats aquatiques et amphibies :

- herbiers submergés à Cératophylle (Ceratophyllum demersum) et à divers Potamots (Potamogeton pl. sp.) ;

- herbiers nageants à Myriophylle verticillé (Myriophyllum verticillatum), du Myriophyllo-Nupharetum luteae ;

- herbiers flottants à Lenticule mineure (Lemna minor) ou à Lenticule à trois lobes (Lemna trisulca) ;

- herbiers flottants fragmentaires de l’Hydrocharition morsus-ranae ;

- végétation des sources aux eaux calcaires (Nasturtietea) ;

- roselières des vases minéralisées à massette et à roseau (Phragmition) ;

- végétation des vases temporairement exondées méso-eutrophes.

En fond de vallée, des peupleraies, des fourrés denses de saules et des mégaphorbiaies eutrophes complètent le site.

Sur les versants de la vallée, se trouvent des forêts mélangées de pentes riches en érables et en tilleuls.

INTERET DES MILIEUX

- Grande diversité des milieux aquatiques et amphibies, remarquables dans cette région agricole.

- Bonne capacité d’accueil du cours d’eau pour les poissons.

- Existence d’herbiers propices à la reproduction du Brochet (Esox lucius).

- Présence de fonds graveleux décolmatés, favorables à un peuplement salmonicole.

- Roselières permettant la reproduction d’espèces animales rares.

- Etangs constituant une halte migratoire et hivernale importante pour les oiseaux d’eau.

- Groupement des vases exondées (à Carex pseudocyperus), présentant des affinités avec une association subcontinentale rare (Cicuto virosae-Caricetum pseudocyperi) présente en vallée de la Somme.

INTERET DES ESPECES

Dans l’Omignon, présence d’espèces dont les populations sauvages sont vulnérables en France :

- la Lote de rivière (Lota lota) ;

- le Brochet (Esox lucius), reproducteur sur le site.

Dans les marais :

- la Morrène aquatique (Hydrocharis morsus-ranae), assez rare et en régression en Picardie ;

- la Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus), inscrite sur la liste rouge des oiseaux nicheurs de Picardie ;

- le Butor étoilé (Botaurus stellaris), menacé en France et en Europe, ;

- le Sympètre commun (Sympetrum vulgatum), en grande raréfaction en Picardie.

FACTEUR INFLUENCANT L’EVOLUTION DE LA ZONE

- Eutrophisation des milieux aquatiques, accélérant le processus d’envasement des étangs et éliminant la flore des eaux oligotrophes, au profit de nitrophiles banales.

- Abandon de l’utilisation des marais à des fins de production, faisant disparaître certains milieux dérivant des activités humaines (roselières, cariçaies pionnières,...).

- Envahissement des roselières par les saules.

- Colmatage du substrat du fond de l’Omignon, dû aux éléments fins arrachés au plateau agricole par les précipitations et défavorable aux espèces du cortège salmonicole.

Commentaires sur la délimitation

Le site s'articule autour du cours de l'Omignon, pris depuis sa source jusqu'à la confluence avec la Somme. Il intègre le lit mineur et deux marais attenants.