Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220005043
PLAN D'EAU ET HAUTE VALLEE DE L'AILETTE

(n° régional : 02LAN124)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le site comprend essentiellement le plan d’eau de l’Ailette, ainsi qu’une partie des vallées de la Bièvre et de l’Ailette et leurs prairies adjacentes. Des alluvions modernes constituent la base de tous les sols du site.

Le plan d’eau est une retenue collinaire crée au début des années 80 par barrage des vallées de la Bièvre et de l’Ailette au niveau de leur confluence.

Les milieux dominant de la zone sont les milieux aquatiques, les herbiers enracinés à nénuphars et les herbiers flottants à Naïade et à Myriophylle. Les franges du plan d’eau sont occupées par des fragments de roselière, de typhaie et de cariçaie (Phragmition et Caricion rostratae fragmentaire). Les prairies de la vallée de l’Ailette présentent un gradient d’hygrométrie lié à la pente des versants. Pour l’essentiel, elles se rattachent au Cynosurion cristati et au Mentho-Juncion inflexi. Certaines parties, les plus humides, sont ponctuellement paratourbeuses.

Des saulaies temporairement inondées persistent en vallée de la Bièvre. Ailleurs, ce sont des fragments d’aulnaie-frênaie qui occupent les bords boisés.

Le niveau du plan d’eau est contrôlé pour assurer l’écrêtage des crues et le soutient du débit de l’Ailette en été.

Le plan d’eau est voué aux loisirs durant les mois d’été : sports nautiques, baignade, pêche,...

INTERET DES MILIEUX

- Herbiers aquatiques à Grande Naïde (Najas marina), rares en Picardie mais particulièrement bien développés sur le site;

- Plan d’eau vaste, l’un des plus importants pour le stationnement et l’hivernage de l’avifaune aquatique en Picardie.

- Milieu aquatique marqué par de fortes influences montagnardes, habitat d’invertébrés rares.

- Prairies localement humides, habitat d’espèces remarquables.

- Franges humides des étangs, refuge pour une faune et une flore intéressante.

INTERET DES ESPECES

Milieux aquatiques :

- la Groenlandie dense (Groenlandia densa), rare en Picardie,

- le Potamot perfolié (Potamogeton perfoliatus), appréciant les eaux bien minéralisées,

- le Brochet (Esox lucius), dont les populations sauvages sont menacées en France,

- l’éphémère Caenis lactea, espèce médio-européenne à distribution boréo-alpine, rare en France,

- le Leste fiancé (Lestes sponsa), rare en Picardie.

Prairies :

- le Cirse anglais (Cirsium dissectum), inféodé aux prairies tourbeuses et très rare en Picardie,

- la Saxifrage granulée (Saxifraga granulata), présent dans les parties rases et sableuses des prairies.

Franges humides :

- le Laiteron des marais (Sonchus palustris), assez rare en Picardie mais en expansion géographique,

- le Muscardin (Muscardinus avellanarius), petit rongeur qui fait son nid dans les ronces ou les clématites.

En hiver, le plan d’eau accueille des effectifs importants de canards de surface et de canards plongeurs, de hérons (dont le très rare Butor étoilé (Botaurus stellaris) menacé en Europe).

FACTEURS INFLUENCANT L’EVOLUTION DE LA ZONE

- Forte fréquentation du site en été, ce qui empêche la nidification de certaines espèces d’oiseaux.

- Forte implantation d’aménagements sur les rives, limitant les zones de quiétude et les milieux de transition.

- Embroussaillement des prairies.

- Eutrophisation des eaux.

Commentaires sur la délimitation

Le site est constitué du plan d'eau de l'Ailette et d'une bande de berges à sa périphérie. Les prairies situées de part et d'autre de l'Ailette à l'amont du plan d'eau sont intégrées.