Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013410
COTEAU DU ROC POTTIER À PERNANT

(n° régional : 02SOI132)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le site couvre un petit éperon à l’ouest de Pernant, une sinuosité du plateau dominant la vallée de l’Aisne.

La série géologique rencontrée est classique pour le Soissonnais :

- plateau couvert de limons récents ;

- rebord du plateau subhorizontal, constitué d’un mélange de limons et de produits de dégradation des couches sous-jacentes de Lutétien dolomitisé, couvert par des pelouses calcicoles ;

- corniche lutétienne, bien dégagée par endroit, laissant apparaître la roche ;

- versant concave du plateau sur sables cuisiens, plus ou moins colluvionnés, couverts par d’anciennes pelouses embroussaillées au-dessus de Pernant et par une hêtraie en pente nord.

L’essentiel de l’éperon est couvert par des pelouses calcaires de deux types : une forme du Mesobromion (à rattacher au Festuco lemanii-Anthyllidetum vulnerariae) et des formes plus jeunes, voire régressives, plus riches en thérophytes proches de l’Alysso-Sedion, notamment dans les zones grattées par les lapins et en rebord de corniche. Entre ces deux types biens marqués, une frange de pelouses, sur les calcaires dolomitisés, se rapproche des pelouses du Koelerio-Phleion.

En périphérie des pelouses, se trouvent des plantations de Pin noir et des fourrés de recolonisation à base de Prunelliers et de Cornouillers sanguins.

On notera la présence d’un souterrain refuge, creusé au sein du banc de calcaire Lutétien.

INTERET DES MILIEUX

Variété très intéressante de types pelousaires :

- pelouses du Koelerio-Phleion, très rares en Picardie, originales au niveau national, et, ici, au cortège floristique assez peu saturé ;

- pelouses de l’Alysso-Sedion, relictuelles en Picardie, limitées aux sites où un rajeunissement naturel (érosion, lapins) permet leur maintien ;

- pelouses du Mesobromion, milieu riche en orchidées, en grande régression en Picardie ;

- pelouses interstitielles des fourrés de recolonisation, stade plus âgé du précédent type, caractérisé par la dominance du Brachypode penné, avec persistance de nombreuses espèces remarquables.

Un type forestier intéressant : une hêtraie de pente nord à caractère légèrement montagnard, tendance atténuée, dans cette partie occidentale du Soissonnais, par des influences atlantiques notables.

INTERET DES ESPECES

Sur les pelouses, tous types confondus, on trouve :

- le Barbon pied-de-poule (Botriochloa ischaemum*), assez abondant sur les parties dolomitisées du site ;

- le Lin à feuilles ténues (Linum tenuifolium), assez rare dans la région, dont les populations sont vulnérables, du fait de la régression de son habitat ;

- la Bugrane gluante (Ononis natrix), souvent dans les parties écorchées des pelouses ;

- l’Orobanche de la germandrée (Orobanche teucrii), parasitant ici la Germandrée petit-chêne (Teucrium chamaedrys) ;

- la Fléole de Boehmer (Phleum phleoides), typique des pelouses calcaro-sableuses ;

- le Fluoré (Colias australis), papillon dont la chenille se nourrit sur l’Hippocrépide en ombelle (Hippocrepis comosa).

Les fourrés et lisières thermophiles accueillent également la Coronelle lisse (Coronella austriaca), une couleuvre discrète et rare en Picardie.

FACTEUR INFLUENCANT L’EVOLUTION DES MILIEUX

Les pelouses sont menacées par :

- l’embroussaillement, qui fait disparaître les espèces les plus héliophiles ;

- la plantation de résineux, qui semble aujourd’hui se ralentir sur le site ;

- la surfréquentation et la pratique des sports mécaniques ;

- la stabilisation des sols (dans les zones où des pelouses à thérophytes peuvent se développer), liée à l’abandon des pratiques pastorales et à la diminution des populations de lapins.

Les milieux forestiers ne semblent pas évoluer rapidement. Leur gestion actuelle semble garantir leur conservation.

NB : Les espèces végétales dont le nom est suivi d’un astérisque sont légalement protégées.

Commentaires sur la délimitation

Le site est défini par l'éperon dominant Pernant, qui comprend à la fois la pelouse sommitale et les fourrés et forêts qui couvrent les pentes. On exclut les cultures à l'ouest et au nord ainsi que le village à l'est.