Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013428
VALLEE DES BARENTONS

(n° régional : 02MAR107)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

La vallée des Barentons est occupée par un marais alcalin tourbeux. Ce marais allongé s'étend sur plusieurs kilomètres et de vastes cultures l'entourent. Les roselières représentent les formations végétales dominantes.

De nombreux indicateurs floristiques montrent que ce site évolue rapidement, sous l'influence de processus d'assèchement et d'eutrophisation. Les boisements de saules connaissent actuellement une phase dynamique importante et les plantations de peupliers ainsi que la création de quelques étangs de loisirs contribuent à l'artificialisation du site.

La rivière des Barentons est colonisée par d'importants herbiers amphibies.

INTERET DES MILIEUX

Les marais alcalins sont des milieux en voie de disparition dans toutes les régions agricoles des plaines de l'Europe occidentale. Ils ont, le plus souvent, été supprimés par une mise en culture des sols tourbeux. La présence de ce site dans une région d'agriculture intensive est donc un élément remarquable à l'échelle de la Picardie.

Ce type de marais alcalin s'est constitué dans un passé relativement proche à l'échelle des temps géologiques (postglaciaire). A ce titre, il est un témoin géomorphologique rare dans la région.

Il est constitué, pour l'essentiel, de roselières et recèle plusieurs espèces végétales protégées. Il est aussi un lieu de reproduction indispensable pour certains rapaces, tel le Busard des roseaux, et certains passereaux paludicoles.

Le peuplement de Zannichellie des marais (Zannichellia palustris) qui colonise le ruisseau des Barentons est remarquable à l'échelle régionale, en raison de l'extrême densité de cette plante.

INTERET DES ESPECES

Ce site fut jadis connu pour la richesse de sa flore. Il recelait, il y a encore quelques décennies, une petite et discrète espèce d'Orchidée des marais alcalins : le Liparis de Loesel (Liparis loeselii*).

Plusieurs espèces protégées sont actuellement présentes sur ce site :

- le Séneçon des marais (Senecio paludosus*),

- le Peucédan des marais (Peucedanum palustre*),

- le Potamot rougeâtre (Potamogeton coloratus*),

- la Laîche filiforme (Carex lasiocarpa*).

Ces espèces sont caractéristiques des marais alcalins, milieux en voie de régression et d'altération dans de nombreuses régions de l'Europe occidentale.

D'autres plantes remarquables, rares ou en déclin important dans la moitié nord de la France, sont aussi observées :

- l'Hydrocotyle commune (Hydrocotyle vulgaris), petite plante rampante et discrète des roselières ;

- le Pigamon jaune (Thalictrum flavum) ;

- le Cladion marisque (Cladium mariscus).

A noter l'extraordinaire développement des herbiers aquatiques de Zannichelle des marais (Zannichellia palustris). Cette plante est probablement l'un des meilleurs indicateurs de l'eutrophisation du ruisseau des Barentons. La densité du peuplement de cette espèce représente un fait remarquable à l'échelle de la Picardie.

Le Busard des roseaux et plusieurs autres rapaces un peu moins rares nichent dans ce marais.

FACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

Ce marais étroit est fortement influencé par les apports d'intrants agricoles venant des cultures le bordant.

L'abaissement du niveau de la nappe superficielle est probablement un facteur aggravant de ce processus d'eutrophisation. Les espèces les plus exigeantes vis-à-vis des caractéristiques des marais alcalins tendent à disparaître face au dynamisme de certaines plantes, davantage adaptées à ces nouvelles conditions (Saules, Sureau noir, Ortie, Gaillet gratteron...).

Les plantations de peupliers tendent progressivement à remplacer les roselières, évolution qui accélère le processus d'assèchement.

L'apport de polluants d'origine agricole dans le ruisseau des Barentons est, probablement, à l'origine de l'extraordinaire développement de la Zannichellie des marais (Zannichellia palustris).

Quelques étangs ont été creusés. Sur au moins l'un d'entre eux, on trouve une station de Potamot rougeâtre (Potamogeton coloratus*), phénomène qui souligne que la dynamique végétale possède encore de bonnes potentialités.

N.B. : les espèces dont le nom latin est suivi d’un astérisque sont légalement protégées.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre englobe un marais linéaire installé le long du ruisseau des Barentons ainsi que les abords immédiats constitués de cultures et pâtures.