Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013440
FORET DU REGNAVAL, BOIS DE LESCHELLES ET DE L'EPAISSENOUX

(n° régional : 02THI103)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le site correspond à une forêt assez vaste, s'étendant sur les flancs et le plateau de la rive droite de la rivière Oise. La zone de plateau repose sur des limons lœssiques. Dans les vallons donnant regard sur l'Oise, affleurent les argiles calcaro-marneuses du Turonien inférieur. Plusieurs ruisseaux, formant des vallons bien marqués, drainent cette zone.

La forêt est essentiellement constituée d'une chênaie-charmaie, et de ses variantes édaphiques, gérée majoritairement en futaie jardinée (sauf le bois de Leschelles, géré en taillis sous futaie).

Présence de différents types forestiers :

- une chênaie-charmaie enrichie en Frêne ;

- une chênaie-frênaie calcaricole ;

- une frênaie avec passage à l'aulnaie-frênaie, colluviale et alluviale ;

- une terrasse alluviale à Orme lisse (Ulmus laevis*).

On observe quelques plantations de peupliers et résineux.

Le bocage de la Thiérache, bien conservé, entoure cette forêt.

INTERET DES MILIEUX

La forêt à Jacinthe (Hyacinthoides non-scripta), espèce caractéristique du domaine atlantique fait la transition vers le domaine centre-européen, comme en témoigne la présence de plusieurs espèces continentales ou submontagnardes : la Nivéole (Leucojum vernum*) et le Séneçon de Fuchs (Senecio ovatus).

On note également la présence de groupements à Dorines (Chrysosplenium pl. sp.), caractéristiques des sources et des zones de bourbiers, milieux assez rares à l'échelle de la région et devenant plus fréquents dans les départements situés à l'est. Des fragments de forêt alluviale à Orme lisse (Ulmus laevis*) sont présents. C’est un milieu en voie de raréfaction importante dans tout l'ouest de l'Europe (inscrit à la directive « Habitats »).Le cortège floristique des banquettes alluviales est caractéristique et rappelle ceux des Ardennes et de la Lorraine.

Les ruisseaux forestiers présentent de bonnes caractéristiques (débit relativement constant, pente, fond caillouteux graveleux), des zones de frayères à Truite (Salmo trutta fario), à Chabot (Cottus gobio) et à Lamproie de Planer (Lampetra planeri). Ce type de milieu est devenu très rare en Picardie, du fait de l'altération fréquente des milieux aquatiques.

Le fait que cette forêt soit vaste se révèle une caractéristique essentielle de l'habitat de différents autres vertébrés : rapaces, pics.

Ce grand ensemble forestier est situé en transition entre le système prairial de la vallée de l'Oise et le bocage de plateau de la Thiérache herbagère. De nombreux vertébrés entretiennent des liens trophiques entre ces différents secteurs.

INTERETS DES ESPECES

Plusieurs stations de plantes protégées en Picardie :

- la Nivéole (Leucojum vernum*),

- la Clandestine écailleuse (Lathraea squamaria*),

- la Dorine à feuilles alternes (Chrysosplenium alternifolium*),

- l'Orme lisse (Ulmus laevis*).

Cortège remarquable d'espèces subcontinentales à submontagnardes :

- la Nivéole ;

- la Dorine à feuilles alternes ;

- la Renouée bistorte (Polygonum bistorta) ;

- le Séneçon de Fuchs (Senecio ovatus).

Cette forêt est située sur la frange nord-est de la distribution de la Jacinthe et sur la marge ouest de la répartition de la Nivéole.

Présence de la Truite fario (Salmo trutta fario) et de deux espèces inscrites à la directive "Habitats" de l'Union Européenne : le Chabot (Cottus gobio) et la Lamproie de Planer (Lampetra planeri).

Avifaune caractéristique des forêts feuillues médio-européennes, avec plusieurs espèces rares en Picardie : le Pic mar, la Bondrée apivore et le Faucon hobereau.

FACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

L'activité sylvicole est le principal agent d'évolution de la forêt. La gestion orientée vers le taillis sous futaie et la futaie jardinée est adaptée au maintien de la diversité floristique. Les coupes rases, suivies de plantations, de peupliers, de résineux ou de feuillus précieux, sont des options sylvicoles peu adaptées à la problématique moderne de sauvegarde de la biodiversité. Ces plantations sont, à ce jour, peu étendues.

Les travaux forestiers (ouverture de chemins) réalisés avec des engins lourds, sont une cause très sérieuse de destructions ou d'altérations profondes des stations de plantes rares ou protégées (en 1996, cas d'une station d’Anemone ranunculoides).

N.B. : les espèces dont le nom latin est suivi d’un astérisque sont légalement protégées.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre englobe une vaste zone forestière située sur les flancs de la rive droite de la rivière Oise et intègre quelques prairies pâturées et petites zones de cultures.