Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013464
MARAIS DES HUREAUX

(n° régional : 02VAL104)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le marais des « Hureaux » se trouve dans la vallée de l’Ourcq. En étroite connexion, fonctionnelle et complémentaire, avec le massif forestier de Retz, ce site constitue l'un des derniers marais du complexe de vallées du Valois.

L’ensemble du marais est installé sur des alluvions quaternaires tourbeuses, alors que ses marges, aux versants peu pentus, sont constituées de colluvions de calcaires du Lutétien. La partie du site formée par une ancienne carrière de pierre, met à jour le banc de roche du Lutétien.

Globalement très asséchées, les roselières forment l’essentiel des groupements végétaux ouverts sur une grande superficie de la zone. De caractère méso-eutrophe, elles s’apparentent à un Solano-Phragmitetum, dans lequel subsiste des noyaux d’oligotrophie remarquables, de par leur cortège floristique. Des cariçaies du Caricetum ripario-acutiformis complètent cette mosaïque de milieux ouverts.

Les étangs de pêche, le canal et les fossés de curage, voire les drains, accueillent des groupements aquatiques variés :

- herbiers pionniers à Characées (Charetalia hispidae) ;

- herbiers du Lemnion gibbae, prompts à envahir les pièces d’eaux libres ;

- herbiers du Nymphaeion albae ;

- Groupements à Potamot pectiné (Potamogeton pectinatus), principalement dans le canal.

On trouve également toute une série de groupements mal caractérisés, du fait de leur jeunesse ou des perturbations qu’ils ont subies, comme les groupements à Callitriches, à Morrène aquatique (Hydrocharis morsus-ranae), à Utriculaire commune (Utricularia vulgaris*),…

Les parties non entretenues du marais évoluent vers un boisement à base de saules. Ce boisement est accéléré par la plantation de peupliers, souvent précédée par un drainage très profond. Les peupleraies représentent presque la moitié de la surface du site.

Au sud-est du canal, une ancienne zone de carrière permet la présence de pelouses calcaires et de cavités souterraines.

INTERET DES MILIEUX

- Roselières oligo-mésotrophes basiclines du Phragmition, en nette régression du fait de la populiculture ;

- Herbiers pionniers à Characées (Charetalia hispidae), inscrits à la directive "Habitats" de l'Union Européennes ;

- Herbiers du Nymphaeion albae avec, probablement, des fragments de Myryophyllo-Nupharetum, également inscrits à la directive "Habitats" ;

- Cavités potentiellement intéressantes pour l’hivernage des chauves-souris.

Ensemble présentant encore localement une structure de végétation favorable à l’avifaune paludicole.

INTERET DES ESPECES

Espèces palustres remarquables en Picardie :

- l’Aconit du Portugal (Aconitum napellus ssp. lusitanicum*), espèce exceptionnelle ;

- l’Utriculaire commune (Utricularia vulgaris*), exceptionnelle et en danger de disparition en Picardie ;

- la Morrène aquatique (Hydrocharis morsus-ranae), assez rare en Picardie ;

- le Myriophylle verticillé (Myriophyllum verticillatum), qui ne se rencontre plus de manière régulière que dans les grandes zones humides tourbeuses ;

- la Bouscarle de Cetti (Cettia cetti), fauvette paludicole discrète, rare à l’intérieur des terres.

Cortège d'espèces calcicoles intéressantes :

- le Gymnocarpion du calcaire (Gymnocarpium robertianum), fougère exceptionnelle en Picardie ;

- l’Epipactis brun rouge (Epipactis atrorubens), en régression en Picardie ;

- la Céphalanthère à grandes fleurs (Cephalanthera damasonium).

Le site a d’ores et déjà perdu une grande partie de sa flore remarquable, comme en atteste la disparition de Swertia perennis, de Carex dioica, de Carex limosa*, (…) cités par d’anciennes publications.

FACTEURS INFLUENCANT L’EVOLUTION DE LA ZONE

- Assèchement généralisé du marais par drainage, plantation de peupliers et création de plans d’eau, menaçant, à terme, les milieux oligotrophes paratourbeux.

- Minéralisation des horizons superficiels et de la tourbe, mis à l’air par le drainage sur plusieurs décimètres.

- Abandon de l’entretien du marais qui conduit au boisement spontané et à la disparition des espèces héliophiles.

N.B. : Les espèces végétales dont le nom latin est suivi d’un astérisque sont légalement protégées.

Commentaires sur la délimitation

Le site comprend le fond de la vallée de l'Ourcq en un endroit particulièrement tourbeux en rive droite de la rivière ainsi qu'une ancienne carrière de pierre en rive gauche. Les cultures et les zones urbanisées sont exclues.