Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013597
MASSIF FORESTIER DE LA HÉRELLE ET DE LA MORLIÈRE

(n° régional : 60PPI118)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le massif forestier de la Hérelle et de la Morlière représente le plus grand bois d'un seul tenant sur le plateau picard de l'Oise.

Il a été relativement épargné par les défrichements massifs des environs : les lieux-dits "Bois de Sérévillers", "Bois de l'Abbaye" et "Bois de la Morlière", en lisière du massif, témoignent encore des anciens défrichements des milieux sylvatiques.

La grande originalité de ce massif est liée à ses caractéristiques géopédologiques : développé sur une butte tertiaire résiduelle de sables de Bracheux (Thanétien), il présente une importante diversité de sylvofacies acidoclines à acidophiles.

Les boisements dominants sont des chênaies-charmaies, accompagnées de hêtraies, de tiliaies, notamment dans la partie nord, ou de bétulaies dans les secteurs les plus acides. Des clairières et des sous-bois clairs, sur les buttes de sables, envahis par les Fougères-aigle (Pteridium aquilinum) et les bouleaux, s'intercalent dans les peuplements plus denses développés sur des sols un peu plus riches. Des tapis d'Aspérules odorantes (Galium odoratum) et de Jacinthes (Hyacinthoides non-scripta) s'y épanouissent. Les éclaircies génèrent souvent des envahissements de ronces.

Les traitements sylvicoles sont essentiellement orientés vers les futaies, notamment issues de reconversions des taillis sous futaie. Des plantations de résineux ont été effectuées par place, notamment à l'ouest de Plainville.

En lisière subsistent de rares pâtures, parfois plantées de pommiers, notamment vers Mesnil-Saint-Firmin.

On y trouve également quelques carrières de sables.

A l'est du massif, dans la Vallée du Chaufour, se trouve un petit talus crayeux possédant une végétation de pelouses-ourlets et de fourrés calcicoles.

INTERET DES MILIEUX

Les clairières, les lisières et les bords de chemins permettent la présence d'espèces végétales assez rares à rares en Picardie, typiques des sols sableux.

Les pelouses-ourlets et les fourrés calcicoles de la Vallée du Chaufour abritent également plusieurs espèces végétales peu fréquentes à rares.

Les bois et les pâtures sont favorables à la présence de plusieurs espèces de rapaces.

Quelques mares et ornières de chemins permettent la reproduction des batraciens, dont plusieurs espèces sont remarquables.

INTERET DES ESPECES

Flore :

Les espèces forestières suivantes sont assez rares à rares en Picardie :

- la Myrtille (Vaccinium myrtillus),

- la Potentille argentée (Potentilla argentea),

- le Maïanthème à deux feuilles (Maïanthemum bifolium).

On trouve également le rare Poirier poirasse (Pyrus pyraster) dans les fourrés calcicoles de la Vallée du Chaufour.

Faune :

La Bondrée apivore, rapace insectivore inscrit à la directive "Oiseaux" de l'Union Européenne, fréquente les bois, les clairières et les pâtures.

Les ornières et les mares permettent la reproduction de la Grenouille agile (Rana dalmatina), du Triton alpestre (Triturus alpestris) et de l'Alyte accoucheur (Alytes obstetricans), qui sont menacés en Picardie ou dans le nord de la France.

FACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

Certaines lisières ont perdu une bonne part de leur intérêt à la fois paysager, biologique et cynégétique à la suite du retournement des pâtures et de la réduction du linéaire de haies.

Les plantations de résineux concourent également à banaliser le paysage et les cortèges floristiques et faunistiques des milieux sableux.

Commentaires sur la délimitation

Les contours du site englobent la totalité du massif forestier, ainsi que quelques marges étroites en lisière, dont les pâtures et haies relictuelles.