Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013791
BOIS DES BOULEAUX ET LA REMISE DES CHÊNES (VALLÉE DE LA BOSSE)

(n° régional : 60PDT111)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Les Bois des Bouleaux et de la Remise des Chênes sont situés en limite orientale du plateau crayeux du Pays de Thelle, dans l'axe de la Vallée de la Bosse. Cette dernière s'étire selon un axe méridien, au sud de Crouy-en-Thelle.

Les boisements sont essentiellement constitués de taillis sous futaie de charmes et de chênes, mêlés à des hêtres, des merisiers, des tilleuls, et des frênes. Sur les versants crayeux aux sols les plus minces rendziniformes et orientés au sud, dominent les taillis clairs et pré-bois thermocalcicoles à Chêne pubescent (Cephalanthero-Fagion introgressé d’éléments du Quercion pubescentis et du Berberidion).

Les bermes des chemins et les lisières, internes (clairières) ou externes, permettent le maintien de quelques éléments pelousaires (Mesobromion) plus ou moins ourléifiés (Centaureo nemoralis-Origanetum vulgare). Des fourrés de recolonisation à noisetiers et à cytises, prunelliers, aubépines, troènes, bouleaux et cornouillers les remplacent progressivement.

Sur des affleurements localement plus marneux (présence ponctuelle d’Aulnes glutineux) ou frais sur les versants au nord-ouest, s'étendent des frênaies-chênaies à Mercuriale (Mercurialo-Carpinenion).

Des chênaies-charmaies neutro-acidoclines atlantiques/subatlantiques à Jacinthe (Lonicero-Carpinenion) se développent sur les hauts de versants sur des limons plus acides.

INTERET DES MILIEUX

Les boisements thermocalcicoles permettent la présence d’une flore remarquable. Les lisières et les boisements thermocalcicoles sont, en effet, rares sur le plateau crayeux du Pays de Thelle, et constituent d'importants îlots de diversité au sein des openfields.

Ils abritent ainsi plusieurs espèces végétales d'un grand intérêt.

INTERET DES ESPECES

Les espèces végétales remarquables suivantes, dont de nombreuses orchidées, sont assez rares à rares (et souvent menacées) en Picardie:

- le Chêne pubescent (Quercus pubescens),

- l’hybride Orchis X angusticuris,

- le Thésion couché (Thesium humifusum),

- l’Ophrys bourdon (Ophrys fuciflora),

- l’Ophrys mouche (Ophrys insectifera),

- l’Epipactis rouge foncé (Epipactis atrorubens),

- la Céphalanthère à grandes fleurs (Cephalanthera damasonium),

- la Chlore perfoliée (Blackstonia perfoliata),

- l’Orchis singe (Orchis simia),

- l’Ibéride amer (Iberis amara).

Quelques Lézards des murailles (Lacerta muralis), rares en Picardie, ont colonisé les bermes et les abords rocailleux d'une ancienne carrière de craie.

FACTEURS INFLUENCANT L’EVOLUTION DE LA ZONE

L’absence d’entretien des derniers éléments de pelouses et d’ourlets entraîne une fermeture progressive du milieu par boisement spontané, très peu contrecarrée par l’action des trop rares lapins et des chevreuils. Il s’ensuit une banalisation à la fois biologique, cynégétique et paysagère de ces anciens espaces ouverts originaux et précieux.

La mise en culture et la disparition des haies sur les marges, réduisent l'intérêt tant biologique que paysager et cynégétique des lisières, importants espaces de transition entre les bois et les grandes cultures.

Commentaires sur la délimitation

Les contours du site englobent les milieux les plus intéressants pour la flore et la faune. Les cultures sont évitées.