Logos SINP

ZNIEFF 220013814
LES LARRIS ET LE BOIS COMMUN

(n° régional : 60CLE112)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le massif boisé des Laris et du Bois commun est situé au sud de Foulangues, en bordure méridionale du Clermontois, au contact avec le plateau de Thelle.

La structure géologique comprend les sables cuisiens sur les versants, surmontés des épais calcaires lutétiens.

Un gradient d’exposition, entre le sud-ouest et le nord-ouest, favorise une variété d’ambiances microclimatiques, propice au développement de végétations relativement variées.

Une ancienne exploitation des coteaux par le pâturage est encore perceptible au travers de vestiges végétaux que sont les vieux Genévriers sénescents. A la suite de l’abandon du pâturage, ils sont progressivement étouffés par la recolonisation forestière. Seuls, quelques ourlets et fragments de pelouses calcicoles subsistent entre les fruticées.

Quelques lisières thermophiles, du Berberidion, et bois thermocalcicoles, du Cephalanthero-Fagion, se développent dans la partie sud, la mieux ensoleillée.

Les boisements de pente froide sont dominés par les hêtres, les frênes, les érables, et les tilleuls...

Quelques plantations de pins ont été effectuées sur les anciens larris.

INTERET DES MILIEUX

Parmi les plus remarquables, les forêts calcicoles thermophiles ou de pente sont des milieux de grand intérêt.

Ils abritent de nombreuses espèces végétales et animales rares et menacées. L’originalité du site est de présenter plusieurs ambiances microclimatiques.

Les parois d'une ancienne carrière de pierre, dans le banc lutétien, permettent le développement d’une végétation saxicole (notamment de fougères) remarquable.

INTERET DES ESPECES

Plusieurs espèces végétales, assez rares à exceptionnelles (et menacées pour la plupart) en Picardie, sont présentes, notamment les suivantes :

- le Cétérach officinal (Ceterach officinarum), fougère très rare des rochers calcaires ;

- la très rare Actée en épi ou Herbe de Saint-Christophe (Actea spicata), typique des bois feuillus de pente nord sur calcaire ;

- la Néottie nid-d'oiseau (Neottia nidus avis) ;

- le Dompte-venin officinal (Vincetoxicum hirundinaria) ;

- l'Hellébore fétide (Helleborus foetidus) ;

- l’Epiaire des Alpes (Stachys alpina) ;

- la Cardère poilue (Dipsacus pilosus), en bordure du site au contact avec le marais proche de Foulangues ;

- le Daphné lauréole (Daphne laureola).

Faune :

Le Pic noir (Dryocopus martius), inscrit en annexe I de la directive "Oiseaux" de l'Union Européenne, fréquente en particulier les grandes hêtraies. Il provient probablement du proche Bois de Mello.

La Grenouille agile (Rana dalmatina) est inscrite en annexe IV de la directive Habitats de l’Union Européenne.

FACTEURS INFLUENCANT L’EVOLUTION DE LA ZONE

L’abandon du pâturage sur les larris, depuis plusieurs dizaines d’années, a entraîné un reboisement naturel et progressif du milieu, très peu contenu par l’action des trop rares lapins et des chevreuils.

Il en découle une banalisation à la fois biologique, cynégétique et paysagère de ces anciens espaces ouverts, certainement façonnés autrefois par un pâturage séculaire.

Quelques coupes circonstanciées des buissons envahissants seraient souhaitables, en dehors de la saison de reproduction, afin de recréer, de-ci de-là, de petites clairières et lisières pour les espèces héliophiles.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre englobe les bois et les lisières les plus remarquables sur le plan biologique. Les cultures sont évitées, hormis un fin liseré périphérique faisant office de zone-tampon.