Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013893
FALAISES MARITIMES ET ESTRAN ENTRE AULT ET MERS-LES-BAINS, BOIS DE ROMPVAL

(n° régional : 80LIT118)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Entre Ault et Mers-les-Bains, s’étend une côte rocheuse bordée par une falaise crayeuse sénonienne de 60 à 80 mètres d’altitude. Ce type d’habitat côtier, unique en Picardie, contribue à la diversité du littoral régional, déjà riche des estuaires de l’Authie et de la Somme, du massif dunaire du Marquenterre et des cordons de galets.

L'estran rocheux, presque horizontal (platier) supporte, contre la falaise, une accumulation de silex de formes variées qui proviennent de l’érosion de celle-ci. Les galets de cette côte alimentent pour partie (le reste provient des falaises du pays de Caux) le poulier de la baie de Somme. Ce platier est parcouru par des chenaux, orientés nord-ouest/sud-est, perpendiculaires au rivage, correspondant à une des directions tectoniques de la chaîne hercynienne. On observe également, sur le platier, un réseau de fissures (diaclases) orientées selon une direction nord-est/sud-ouest (parallèlement au rivage).

L’action abrasive intense à laquelle est soumise la partie supérieure de l’estran (étages supra-littoral et médio-littoral supérieur), par la houle et les courants de marées, empêche le développement de toute végétation dans cette zone. La faune marine intertidale (annélides, lamellibranches,...) est à l’origine d’une érosion d’origine biologique.

Au niveau des parois crayeuses s’observent des lits horizontaux de silex noirs aux formes variées et, par place, des niveaux à silex plus tabulaires, en plaquettes épaisses de quelques centimètres. En haut des falaises, des poches karstiques emplies d’argile sableuse à silex pénètrent dans la craie, fragmentée par le gel, notamment lors des périodes froides du Quaternaire. Certaines sont profondes de plusieurs mètres et se prolongent par des fissures, qui rendent la paroi fragile et facilitent des éboulements, après des périodes prolongées de gel ou de pluies.

Le site se caractérise également par la présence de valleuses, vallées sèches aujourd’hui suspendues par suite du recul de la côte. Les deux plus grandes valleuses débouchent sur les plages d’Ault et du « Bois de Cise ».

Une frange de pelouses aérohalines, soumises au vent et aux embruns, s’étend sur la partie sommitale de la falaise. En arrière, certains versants des valleuses et le versant nord de la vallée de la Bresle, entre Mers-les-Bains et Eu, sont occupés par des pelouses calcicoles du Mesobromion erecti, des prairies sèches amendées du Lolio-Cynosuretum cristati, des fourrés de recolonisation des Prunetalia spinosae et des cultures. De rares éboulis crayeux à Glaucium flavum s’observent.

Enfin, le « Bois de Rompval », arrière-littoral, dénote un caractère atlantique marqué. Il se compose de chênaies-charmaies acidomésophiles à fraîches du Hyacinthoido non-scriptae-Fagetum sylvaticae. Une originalité supplémentaire s'affirme avec l’allure courbée (en forme de drapeau) des arbres les plus exposés au phénomène d’anémomorphisme (mort des jeunes pousses, sous l’effet toxique des embruns salés apportés par le vent).

INTERET DES MILIEUX

Ce site accueille des milieux uniques en Picardie : estran rocheux, falaise crayeuse, pelouses aérohalines. La flore et la faune marines, propres aux côtes rocheuses nord-atlantiques, peuvent y être observés.

Les falaises permettent la nidification de plusieurs oiseaux remarquables et hébergent une végétation inscrite à la directive "Habitats", car menacée au niveau européen (Brassicetum oleraceae notamment). Les pelouses calcaires du Mesobromion erecti et les chênaies-charmaies du Hyacinthoido non-scriptae-Fagetum relèvent également de la directive "Habitats".

Outre sa valeur écologique exceptionnelle, le site présente également un intérêt tant paysager que géologique et géomorphologique indéniable.

INTERET DES ESPECES

Flore :

Parmi les espèces les plus remarquables, citons :

- le Géranium des forêts (Geranium sylvaticum*), espèce à affinités submontagnardes, très rare en Picardie ;

- le Séneçon à feuilles spatulées (Senecio helenitis subsp. helenitis*), espèce exceptionnelle en Picardie, inféodée ici à la forêt fraîche littorale ;

- le Chou sauvage (Brassica oleracea), qui forme de belles populations sur la falaise ;

- la Glaucière jaune (Glaucium flavum), qui se développe également au niveau des falaises et des éboulis crayeux ;

- la Silène maritime (Silene vulgaris subsp. maritima), espèce exceptionnelle et en danger en Picardie ;

- le Thésion couché (Thesium humifusum), espèce des pelouses calcicoles ;

- l’Ail des ours (Allium ursinum), espèce typique des bois frais ;

- le Calament à petites fleurs (Calamintha mentifolia subsp. spruneri), espèce thermophile rare en Picardie ;

- la Luzule des forêts (Luzula sylvatica), très rare dans le département de la Somme ;

- le Fragon piquant (Ruscus aculeatus), espèce méditerranéo-atlantique rare en Picardie, mais particulièrement abondante dans les parties boisées du site ;

- le Séneçon cinéraire (Senecio cineraria), espèce méditerranéenne, exceptionnelle en Picardie (espèce naturalisée).

Faune :

La faune marine est particulièrement riche et diversifiée, avec la nidification de plusieurs oiseaux remarquables :

- le Fulmar boréal (Fulmarus glacialis), qui se trouve ici sur son unique site de nidification pour la Picardie ;

- le Goéland argenté (Larus argentatus) occupe tous les étages de la paroi rocheuse. C’est un nicheur rare en Picardie.

FACTEURS INFLUENCANT L’EVOLUTION DE LA ZONE

- Sur le plateau, certaines prairies ont été retournées en faveur des cultures. La diffusion d’intrants et de produits phytosanitaires, depuis les cultures, entraîne la dégradation des lisières forestières ainsi que la végétation des prairies sur leurs marges.

- La falaise subit une érosion importante qui la fait reculer de quelques décimètres par an.

N.B. : les espèces végétales dont le nom latin est suivi d’un astérisque sont légalement protégées.

Commentaires sur la délimitation

Le site englobe les falaises maritimes et l'estran rocheux situé entre Ault et Mers-les-bains, à la limite de la Normandie. Il s'agit de l'unique exemple de côte rocheuse en Picardie. Le site comprend également des pelouses crayeuses aérohalines et un bois à caractère atlantique, qui présentent une grande valeur écologique. Le site est limité au nord comme au sud par des villes et à l'est par les cultures du plateau.