Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013924
VALLÉE DE LA VIMEUSE

(n° régional : 80VIM110)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Attenante à la vallée de la Bresle, au niveau de Gamaches, la vallée de la Vimeuse comprend plusieurs milieux d'intérêts écologique et paysager élevés : des pelouses calcicoles (Mesobromion erecti) en partie pâturées ; des bois de pente (Fraxino-Carpinion) ; des prairies humides (Mentho-Juncion), en fond de vallée ; des secteurs bocagers (prairies mésophiles pâturées, vergers, haies) et le lit mineur de la Vimeuse.

Les coteaux s'inscrivent dans la craie blanche du Turonien et du Coniacien, et sont globalement exposés au sud et au sud-est. Les pelouses calcicoles les plus remarquables se trouvent au niveau des lieux-dits "Côte d'Harcelaines", "les Avergnes" (Harcelaines, Frettemeule, Maisnières) et "Beau-Regard" (Hélicourt). Ces pelouses sont, pour certaines (notamment « Côte d'Harcelaines »), pâturées par des bovins. Celles qui ne sont plus entretenues voient se développer des ourlets calcicoles (Centaureo nemoralis-Origanetum vulgaris, Calamintho spruneri-Brachypodietum pinnati) et des fourrés de recolonisation (Tamo communis-Viburnetum lantanae). Des fourrés de Genévriers communs (Juniperus communis) témoignent de l'exploitation pastorale qui était mise en œuvre, dans le passé, sur ces coteaux.

La Vimeuse s'étend selon un axe globalement nord-est/sud-ouest. Son cours est cependant très sinueux et a conservé un caractère naturel, sauf au niveau des biefs de moulins, où le cours est suspendu. La rivière, bordée de saules et de frênes taillés en têtards, sillonne au travers de secteurs prairiaux (Cynosurion cristati, Mentho-Juncion, Nasturtietea). La forte pente du lit mineur assure des conditions favorables au décolmatage des substrats disposés dans le fond.

INTERET DES MILIEUX

- Les coteaux sont caractérisés par une atlanticité accentuée, particulièrement marquée au niveau des ourlets, avec l'apparition de l'association végétale du Calamintho spruneri-Brachypodietum pinnati, groupement endémique picardo-normand et thermoatlantique. Ce caractère atlantique, au niveau des habitats calcicoles, est particulièrement remarquable.

- Les pelouses calcicoles se rattachent à l'Avenulo pratensis-Festucetum lemanii subass. blackstonietosum perfoliatae, groupement végétal rare et en forte régression en Picardie. La sous-association présente sur le site est caractéristique d'un climat atlantique atténué.

- Les fourrés à Genévriers communs (Juniperus communis) sont rares en Picardie.

Ces trois formations végétales sont d'intérêt européen et sont inscrites, à ce titre, à la directive "Habitats" de l'Union Européenne.

- Les prairies humides (Pulicario dysentericae-Juncetum inflexi) sont peu communes et en régression en Picardie.

- Le bocage est relativement bien conservé.

- La Vimeuse, de par sa pente élevée et sa température fraîche, offre des conditions écologiques favorables à l'implantation et au développement de la faune salmonicole. Les substrats sont relativement diversifiés et permettent l'expression d'une bonne proportion de zones de production (radiers/plats). Les zones de frayères à salmonidés sont peu fréquentes, car le substrat semble un peu grossier. Cependant, lorsqu'elles existent, elles sont de bonne qualité (Buigny-les-Gamaches, Maisnières, Gamaches). La Vimeuse pourrait constituer, en raison de sa proximité avec la Bresle, une rivière de croissance et de reproduction pour les espèces piscicoles de la Bresle (salmonidés).

INTERET DES ESPECES

Flore :

La flore des pelouses est diversifiée et présente quelques originalités, liées à l'atlanticité (hygrométrie accrue), avec, notamment, la présence de l'Orchis brûlé (Orchis ustulata*), espèce exceptionnelle en Picardie, en régression sur le site, à la suite de l'utilisation d'amendements, et de la Spiranthe d'automne (Spiranthes spiralis*), très rare en Picardie.

D'autres espèces remarquables sont notées sur les pelouses avec, entre autres, l'Ophrys frelon (Ophrys fuciflora) et la Chlore perfoliée (Blackstonia perfoliata).

Dans les prairies humides se développe le Dactylorhize négligé (Dactylorhiza praetermissa*), espèce assez rare en Picardie.

Au niveau des lisières forestières, il est possible d'observer le Calament des bois (Calamintha menthifolia), rare en Picardie.

Faune :

L'entomofaune, particulièrement riche, accueille notamment, pour les lépidoptères : la Zygène de Carniole (Zygaena carniolica), l'Hespérie des Sanguisorbes (Spialia sertorius) et la Turquoise de la Sarcille (Adscita statices). Pour les odonates, citons le Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo), espèce des eaux courantes, assez rare en Picardie.

L'avifaune nicheuse remarquable est représentée par la Chouette chevêche (Athene noctua), espèce menacée au niveau national, inscrite à ce titre, sur la liste des oiseaux nicheurs menacés en Picardie, et le Faucon hobereau (Falco subbuteo), nicheur assez rare en Picardie.

En ce qui concerne la batrachofaune, citons l'Alyte accoucheur (Alytes obstetricans), assez rare en Picardie.

Enfin, la faune piscicole, présentant un grand intérêt, est représentée par l'Anguille (Anguilla anguilla) et la Truite fario (Salmo trutta fario), laquelle présente, localement, certains individus autochtones.

FACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

- Au niveau des coteaux abandonnés, on assiste à une évolution de la végétation pelousaire vers des ourlets denses et des fourrés arbustifs. Cette évolution spontanée constitue une menace pour la végétation et la faune remarquables des pelouses calcicoles.

- Sur les coteaux pâturés, l'utilisation d'engrais et le surpâturage occasionnent une modification de la composition de la végétation, entraînant la régression des espèces oligotrophes, typiques des pelouses (notamment des espèces remarquables telles que l'Orchis brûlé).

- Le manque d'entretien léger de la Vimeuse, au niveau des têtes de bassin principalement, ainsi que les pratiques agricoles, ont tendance à favoriser le colmatage des substrats (ruissellement, piétinement). Ceci est préjudiciable, particulièrement au niveau des zones de frayères (encore en bon état pour certaines). La pollution diffuse contribue à une eutrophisation des milieux. Enfin, le cloisonnement de la Vimeuse, dès Gamaches, limite la diversification et la remontée des salmonidés vers leurs zones de frayères.

N.B. : les espèces végétales dont le nom latin est suivi d'un astérisque sont légalement protégées.

Commentaires sur la délimitation

La zone couvre la vallée de la Vimeuse (fond de la vallée et coteaux) entre Frettemeule et la confluence avec la Bresle à Gamaches. Les différents milieux présentent un intérêt écologique remarquable : pelouses calcicoles, prairies humides, bocage, lit mineur de la Vimeuse. Le versant sud-est de la vallée, peu pentu, est essentiellement cultivé et n'est donc pas intégré à la zone.