Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013939
LARRIS ET BOIS DE FLUY, BOIS VACHERIE À BOUGAINVILLE ET BOIS DE QUEVAUVILLERS

(n° régional : 80SAM108)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le site correspond au versant exposé globalement à l'ouest d'une vallée sèche, située dans le prolongement de la vallée du Saint-Landon, ainsi qu'à la bordure ouest du plateau de Fluy. Le versant s'inscrit dans les craies coniacienne et santonienne et il est entaillé par plusieurs petits vallons (au nord du « Bois Vacherie » et au niveau du lieu-dit "La Vallée à Cailloux »). Le site présente ainsi des oppositions de versants. Le plateau est couvert de limons et de formations résiduelles à silex.

Le site comprend les milieux suivants :

- des pelouses calcicoles (Mesobromion erecti), présentant des zones rases (Avenulo pratensis-Festucetum lemanii) entretenues par l'activité des lapins (notamment au lieu-dit "Le Chemin d'Ange"). Ces pelouses sont cependant globalement en voie d'ourléification (Trifolion medii) et d'embroussaillement (Prunetalia spinosae) ; enfin, des plantations de résineux remplacent dans certains secteurs les paysages pelousaires initiaux ;

- des boisements correspondant à des chênaies-charmaies-hêtraies du Carpinion betuli (comprenant des hêtraies à Jacinthe des bois du Hyacinthoido non-scriptae-Fagetum sylvaticae), des frênaies-acéraies de pente et des hêtraies thermophiles du Cephalanthero-Fagion sylvaticae type "Sud-Amiénois" (le déficit pluviométrique caractéristique du Sud-Amiénois explique cette thermophilie).

- des prairies mésophiles (Cynosurion cristati), des vergers, des rideaux (talus boisés) et quelques cultures ponctuent le site.

INTERET DES MILIEUX

Plusieurs habitats sont d'intérêt européen et inscrits, à ce titre, à la directive "Habitats" de l'Union Européenne :

- les pelouses calcicoles de l'Avenulo pratensis-Festucetum lemanii, milieux rares et menacés en Picardie ;

- les ourlets calcicoles du Bunio bulbocastani-Brachypodietum ;

- les hêtraies thermocalcicoles du Cephalanthero-Fagion sylvaticae ;

- les hêtraies-chênaies pédonculées atlantiques/subatlantiques à Jacinthe des bois du Hyacinthoido non-scriptae-Fagetum sylvaticae.

Les différents milieux représentés sur le site accueillent une flore et une faune remarquables pour la Picardie.

INTERET DES ESPECES

Flore :

- la Phalangère rameuse (Anthericum ramosum*) et le Polygala chevelu (Polygala comosa*), espèces thermophiles rares en Picardie ;

- l'Ophrys araignée (Ophrys sphegodes*), observée dans les années 1980, probablement disparue aujourd'hui du fait de l'extension de la carrière de Fluy ;

- l'Ail potager (Allium oleraceum), le Monotrope glabre (Monotropa hypopitys subsp. hypophegea) et l'Orobanche du gaillet (Orobanche caryophyllacea), espèces rares à très rares en Picardie ;

- le Chêne pubescent (Quercus pubescens), espèce qui atteint, dans le Sud-Amiénois, sa limite nord d'aire de répartition ;

- la Pulsatille commune (Pulsatilla vulgaris), espèce thermophile en régression en Picardie ;

- l'Epipactis brun rouge (Epipactis atrorubens), la Céphalanthère à grandes fleurs (Cephalanthera damasonium) et la Néottie nid-d'oiseau (Neottia nidus-avis), trois orchidées assez rares en Picardie ;

- le Bunium noix-de-terre (Bunium bulbocastanum), qui apprécie les pelouses-ourlets, est particulièrement bien représenté sur le site.

Faune :

Citons, pour ce qui concerne l'entomofaune, le Bombyx laineux (Eriogaster lanestris), rare en Picardie, et la Gnophode obscure (Gnophos obscuratus), connue dans moins de dix localités pour la Picardie.

Notons, en matière d'avifaune, la nidification de la Chouette chevêche (Athene noctua), espèce inscrite sur la liste des oiseaux nicheurs menacés de Picardie. Par ailleurs, le Busard Saint-Martin (Circus cyaneus), espèce inscrite à l'annexe I de la directive "Oiseaux" de l'Union Européenne, utilise le site comme terrain de chasse.

FACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

- Les importantes plantations de résineux ont été réalisées au détriment des milieux pelousaires initiaux, faisant disparaître les cortèges d'espèces inféodées aux pelouses.

- Du fait de la dynamique spontanée de boisement et de l'abandon des pratiques agropastorales, les pelouses sont peu à peu envahies par le Brachypode penné et les arbustes, phénomène préjudiciable à la biodiversité.

- L'extension de la carrière de craie se fait aux dépens des espaces pelousaires remarquables.

N.B. : les espèces végétales dont le nom latin est suivi d'un astérisque sont légalement protégées.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre intègre une mosaïque de pelouses calcicoles et de bois riches en espèces végétales notamment. Les fourrés de recolonisation, prairies, haies, vergers attenants sont également pris en compte dans la zone. Le périmètre exclut les cultures intensives du plateau picard qui entourent ces boisements.