Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013942
BOIS D'AILLY, DE BOVELLES ET LES CARRIÈRES DE PISSY

(n° régional : 80SAM104)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Situés dans le Sud-Amiénois, les « Bois de Bovelles », « d'Ailly », « du Mont Saint-Bernard » et « de la Bucaille » s'étendent sur les versants faiblement pentus de vallées sèches, s'inscrivant dans les craies blanches du Coniacien et du Santonien, ainsi que sur les limons de plateau.

Les végétations forestières correspondent à des hêtraies-chênaies, à des hêtraies-charmaies et à des chênaies-charmaies du Carpinion betuli (Lonicero-Carpinion et Mercurialo-Carpinion). La gestion sylvicole est menée en futaie (hêtres notamment) et en taillis sous futaie.

Certains secteurs thermophiles, riches en Sorbier à larges feuilles (Sorbus latifolia*) et en Sorbier alisier (Sorbus torminalis), peuvent être rattachés au Cephalanthero-Fagion sylvaticae type Sud-Amiénois. Quelques frênaies-érablières colonisent certaines pentes. Des plantations de résineux et de feuillus (Erables sycomores notamment) occupent plusieurs parties des bois qui composent le site.

Des reliques de pelouses calcicoles du Mesobromion erecti se maintiennent sur certaines lisières thermophiles, en bordure de la D 211 et au niveau du lieu-dit "les Carrières".

INTERET DES MILIEUX

Plusieurs habitats sont d'intérêt européen et inscrits, à ce titre, à la directive "Habitats" de l'Union Européenne :

- hêtraies thermocalcicoles du Cephalanthero-Fagion sylvaticae, alliance très rare dans le département de la Somme (essentiellement représentée dans le Sud-Amiénois, îlot thermophile s'expliquant par un déficit pluviométrique) ;

- les hêtraies-chênaies pédonculées atlantiques/subatlantiques à Jacinthe des bois du Hyacinthoido non-scriptae-Fagetum sylvaticae ;

- les pelouses calcicoles de l'Avenulo pratensis-Festucetum lemanii, relictuelles sur le site.

INTERET DES ESPECES

Plusieurs espèces végétales sont remarquables pour la Picardie :

- le Sorbier à larges feuilles (Sorbus latifolia*), espèce thermophile très rare et menacée en Picardie, qui atteint ici sa limite nord-occidentale d'aire de répartition pour la France ;

- le Monotrope glabre (Monotropa hypopitys subsp. hypophegea), espèce très rare en Picardie ;

- le Dompte-venin officinal (Vincetoxicum hirundinaria), espèce assez rare en Picardie ;

- la Céphalanthère à grandes fleurs (Cephalanthera damasonium), la Néottie nid-d'oiseau (Neottia nidus-avis) et l'Ophrys mouche (Ophrys insectifera), trois orchidées assez rares en Picardie ;

- la Goodyère rampante (Goodyera repens), orchidée appréciant les résineux, exceptionnelle en Picardie.

FACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

- Les intrants, issus de l'agriculture intensive des abords des bois, sont apportés par le vent et par les eaux de ruissellement vers les lisières forestières. Ces produits sont fortement préjudiciables à la flore en place.

- Le site fait l'objet d'une exploitation sylvicole parfois peu compatible avec le maintien d'une biodiversité optimale. Des plantations de résineux sont en particulier réalisées. Elles conduisent à dégrader les végétations forestières initiales.

N.B. : les espèces végétales dont le nom latin est suivi d'un astérisque sont légalement protégées.

Commentaires sur la délimitation

Le site englobe les Bois de Bovelles, d'Ailly, du Mont Saint-Bernard et de la Bucaille. Ces bois présentent un intérêt écologique important et accueillent une flore remarquable pour la Picardie. Les lisières thermocalcicoles et les pelouses relictuelles sont également des milieux d'intérêt élevé. Les cultures sont exclues autant que possible, hormis un liseré en contact direct avec le bois, qui joue un rôle de zone tampon (contre les intrants).