Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013967
LARRIS DE LA VALLÉE MALAMAIN À CLÉRY-SUR-SOMME ET BOUCHAVESNES-BERGEN

(n° régional : 80NEA109)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

La vallée sèche de Malamain est inscrite dans la craie blanche du Coniacien. Les versants pentus sont couverts par des pelouses calcicoles (Mesobromion) relictuelles, situées de part et d'autre du « Bois Madame », bois de pente exposé au nord et composé notamment de frênaies-érablières.

Les pelouses sont fortement ourléifiées (Centaureo nemoralis-Origanetum vulgaris) et apparaissent localement comme de la brachypodiaie dense (Trifolio-Geranietea). De nombreux fourrés de recolonisation (Tamo-Viburnetum lantanae) envahissent les derniers espaces de pelouses. Une carrière, située dans la partie est du site, entame l'espace occupé originellement par les pelouses. On y observe une végétation liée aux éboulis crayeux (Resedo luteae-Chaenorhinetum minoris).

INTERET DES MILIEUX

Les pelouses se rattachent à l'Avenulo pratensis-Festucetum lemanii, groupement végétal rare et menacé en Picardie et inscrit à la directive "Habitats" de l'Union Européenne. Ces milieux sont menacés par la disparition des pratiques agropastorales extensives et, corrélativement, les espèces qui y sont inféodées sont elles-mêmes rares et menacées.

Ces larris correspondent aux derniers espaces pelousaires de la région naturelle du Nord-Est Amiénois, qui est en grande partie cultivée. A ce titre, ce site constitue un refuge important pour les espèces calcicoles.

INTERET DES ESPECES

Les pelouses permettent le développement du Séséli libanotide (Seseli libanotis), espèce thermocalcicole assez rare en Picardie et exceptionnelle dans le département de la Somme (en dehors de la vallée de la Somme). Le site présente un intérêt particulier du fait de la présence de cette espèce.

Les pelouses abritent aussi la Cidarie rougeâtre (Catarhoe rubidata), géomètre remarquable pour la Picardie. Le site semble également le milieu de vie périphérique pour la Noctuelle du Thelypteris (Mamestra splendens), espèce en régression en Picardie. Cette espèce, inféodée aux marais à Lysimaques, provenait probablement de la haute vallée de la Somme.

FACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

- L'abandon des pratiques agricoles a entraîné l'évolution progressive de la végétation vers les ourlets et les manteaux calcicoles, faisant régresser les espèces remarquables des pelouses.

- L'ouverture d'une carrière a amoindri également les espaces occupés par les pelouses.

- Les intrants utilisés sur le plateau cultivé peuvent modifier la végétation sur le haut du versant, à cause du ruissellement et des apports des produits par le vent. Il s'ensuit une certaine eutrophisation des milieux, néfaste à la biodiversité.

Commentaires sur la délimitation

Le contour englobe le versant pentu de la Vallée Malamain qui porte des pelouses d'intérêt patrimonial notable, leurs fourrés attenants, ainsi que le Bois Madame qui est en connexion écologique directe avec les larris. Les cultures ont été exclues.