Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220120019
COURS SUPÉRIEUR DU PERON

(n° régional : 02MAR101)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le Péron s’écoule selon un axe nord-est/sud-ouest. Il traverse de grandes zones cultivées au milieu du plateau du Marlois.

Quelques pâtures et une petite zone humide, à l’amont de Chevrésis-Monceau, bordent le cours d’eau. Ses berges hautes donnent un caractère encaissé au Péron.

Un ruban linéaire de boisement très dense, constitué d’aulnes et de frênes, ombrage fortement le ruisseau et, de ce fait, la végétation aquatique est clairsemée, voire absente.

INTERET DES MILIEUX

L’intérêt majeur du Péron repose sur la présence, dans la zone des sources, de frayères à Truite fario (Salmo trutta fario) naturelles.

Les fortes pentes et la température fraîche des eaux des rus offrent des conditions favorables à l’installation d’un peuplement salmonicole. Le tri granulométrique présente un grand intérêt car il ménage de nombreuses zones susceptibles d’accueillir la Truite.

INTERET DES ESPECES

Dans le ruisseau :

- la Truite fario (Salmo trutta fario), témoin de la bonne qualité des eaux, lorsque sa présence est spontanée ;

- le Chabot (Cottus gobio), présent ici en forte biomasse.

FACTEURS INFLUENCANT L’EVOLUTION DE LA ZONE

- Le manque d’entretien du lit et les pratiques agricoles, sur les terres riveraines, favorise le colmatage du fond des ruisseaux. Les frayères potentielles à salmonidés deviennent ainsi impropres à la reproduction.

- La pollution des eaux contribue aux risques d’eutrophisation.

- Les faibles débits limitent la dynamique du cours d’eau et le décolmatage du substrat.

- La présence de nombreux obstacles (embâcles) restreint les migrations piscicoles.

Commentaires sur la délimitation

La zone comprend le lit mineur du Péron depuis ses sources jusqu'au pont de la vallée Grange à Chevrésis-Monceau.