Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220220004
LARRIS DE LA VALLEE VACQUERIE A FONTAINE-BONNELEAU

(n° régional : 60PPI107)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

La Vallée Vacquerie est encaissée dans le plateau crayeux, au niveau des étages coniacien (craie blanche) et turonien (craie plus marneuse). Les sols rendziniformes, qui se développent sur les versants caillouteux et pentus, conviennent assez peu à l'emblavement. Ils sont en revanche valorisés, depuis des siècles, par le pâturage, même si les parcs à bovins ont aujourd'hui remplacé les parcours extensifs à ovins.

Sur les larris subsistent ainsi de véritables "forêts" de Genévriers : cette espèce n’étant pas broutée par les moutons, elle constitue un témoin caractéristique de ce type de pâturage multiséculaire. Les formations d'ourlets à Brachypode penné et les broussailles se substituent à la pelouse rase, là où celle-ci n'est plus pâturée. Cependant, à proximité des garennes, existent encore des espaces ras et caillouteux, favorisés par les activités des lapins.

Des limons à silex recouvrent les hauts de versants : les cultures viennent jusqu'à la convexité sommitale, partout où la charrue peut faire reculer l'arbre. Sur les espaces de plus forte pente, cependant, outre les larris, s'étendent des bois : hêtraies thermocalcicoles ; chênaies-charmaies acidoclines, sur limons ou frênaies-acéraies à Mercuriale sur craie en pente nord ; fourrés de recolonisation (fruticées à cornouillers, à prunelliers, viornes, troènes, églantiers...) sur les terres délaissées et plantations de pins.

Les anciennes terrasses culturales sur les versants, issues des époques de forte pression agricole sur le milieu, sont structurées par des haies en rideaux, disposées parallèlement aux courbes de niveau.

Dans le talweg, qui concentre les colluvions, les sols limono-argileux, plus frais, sont favorables à la présence de prairies permanentes. Elles sont quelquefois complantées de vieux pommiers à cidre.

Ces mosaïques de prés-vergers, de larris, de rideaux et de bois sont autant de témoins des paysages traditionnels du plateau picard occidental, caractéristiques des espaces ruraux adaptés au milieu.

INTERET DES MILIEUX

Les pelouses des larris, les lisières et les hêtraies thermocalcicoles sont les habitats qui concentrent l'essentiel des espèces remarquables. Du fait de la généralisation de l'abandon de l'élevage ovin-caprin extensif dans les plaines d'Europe du nord, les pelouses sont devenues des habitats rares et menacés et sont, de ce fait, inscrites à l'annexe I de la directive "Habitats" de l'Union Européenne.

La flore et la faune inféodées à ces prairies sèches sont, de facto, de plus en plus rares et menacées à des échelles régionales à internationales.

Les chênaies-charmaies acidoclines sur limons à silex renferment une flore complémentaire du cortège calcicole des larris avec plusieurs espèces peu communes.

Enfin, la mosaïque d'espaces prairiaux et de bois est favorable à la présence d'oiseaux remarquables.

INTERET DES ESPECES

Flore

Présence d'un cortège floristique caractéristique des pelouses et des lisières, avec plusieurs espèces assez rares en Picardie :

- la Globulaire ponctuée (Globularia bisnagarica),

- l'Ophrys mouche (Ophrys insectifera),

- le Tabouret perfolié (Thlaspi perfoliatum),

- la Pulsatille commune (Pulsatilla vulgaris).

Faune

Plusieurs espèces de rapaces nichent ou chassent sur le site (Epervier, Buse variable, Faucon crécerelle...). L'espèce la plus intéressante est la Bondrée apivore, inscrite à la directive "Oiseaux" de l'Union Européenne.

Concernant les Lépidoptères, une population conséquente d'Argus bleu-céleste (Lysandra coridon) est favorisée par la présence de l'Hippocrépide en ombelle, sa plante nourricière.

FACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

L'abandon de l'élevage ovin extensif entraîne un embroussaillement et un boisement progressifs des pelouses sèches. Il s'ensuit une perte de l'intérêt écologique des larris par la disparition de la flore et de la faune héliophiles et par la banalisation du paysage. Il en va de même pour les reboisements.

A fortiori, les retournements des milieux herbacés font disparaître leur originalité biologique.

Commentaires sur la délimitation

Cette zone regroupe les milieux les plus précieux de la vallée sèche, où se concentrent les habitats et les espèces les plus intéressantes : larris, lisières et bois thermocalcicoles, pâtures, haies en rideaux, bois de pente...

Les grandes cultures sur le plateau, sans intérêt biologique particulier, ont été évitées.

Le bois de "La Grande Forêt" et l'ensemble de la vallée Vacquerie, où la densité de milieux et d'espèces remarquables est moins marquée, sont par contre intégrés dans une ZNIEFF de type II qui englobe la Vallée de la Celle en amont de Conty.