Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220320022
LARRIS ET BOIS DES BOUILLÈRES À LAHOUSSOYE, BOIS D'ESCARDONNEUSE, BOIS DE PARMONT À FRÉCHENCOURT ET LARRIS DU MONT VILLERMONT À CORBIE

(n° régional : 80NEA107)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le site comprend deux coteaux :

- le « Mont Villermont », qui porte des pelouses calcicoles (Mesobromion), des pelouses-ourlets (Trifolion medii), des éboulis crayeux disposés sur le versant abrupt, exposé à l'ouest et s'inscrivant dans la craie blanche à silex du Coniacien ;

- le larris des Bouillères, situé le long de la route reliant Corbie à Lahoussoye, exposé à l'ouest et au sud-ouest, et s'inscrivant dans la craie blanche à silex du Santonien. Une carrière, où sont déposés des déchets, entame une petite partie de la base du coteau.

L'activité des lapins permet, sur les deux sites, de maintenir quelques zones de végétation rase ainsi que des banquettes cuniculines à Hélianthème nummulaire (Helianthemum nummularium). Les chevreuils entretiennent également la végétation sur le larris des Bouillères.

Le site comporte quatre bois disposés sur les limons de plateaux, sur les formations résiduelles à silex et sur la craie du Santonien : le « Bois d'Escardonneuse », le « Bois des Bouillères », le « Bois Madame » et le « Bois de Parmont ». Les boisements correspondent à des chênaies-charmaies (Mercurialo-Carpinenion) présentant des sylvofacies de hêtraies. Sur les pentes, s'observent des fragments du Mercurialo perennis-Aceretum campestris. Sur le plateau, la végétation tend vers des hêtraies du Hyacinthoido non-scriptae-Fagetum sylvaticae. Des prairies mésophiles pâturées (Cynosurion cristati), des talus herbeux, des jachères, des haies et des cultures composent le reste du paysage de la zone.

INTERET DES MILIEUX

Les pelouses, les ourlets, les éboulis crayeux et les bois accueillent plusieurs espèces remarquables pour la Picardie.

En particulier, les quatre bois hébergent la Scille à deux feuilles (Scilla bifolia), qui est une espèce continentale. Ceci confère une certaine originalité au site puisqu'il est situé au sein d'un territoire subatlantique.

Les végétations forestières du Hyacinthoido-Fagetum et du Mercurialo-Aceretum sont inscrites à la directive "Habitats" de l'Union Européenne.

Les pelouses calcicoles relèvent de l'Avenulo pratensis-Festucetum lemanii, groupement végétal rare et menacé en Picardie et également inscrit à la directive "Habitats" de l'Union Européenne.

INTERET DES ESPECES

Sur les larris, on trouve :

- le Pigamon mineur (Thalictrum minus*), qui apprécie les ourlets calcicoles ;

- le Thésion couché (Thesium humifusum), espèce thermophile assez rare en Picardie ;

- la Chlore perfolié (Blackstonia perfoliata), espèce assez rare en Picardie ;

- la Cotonnière pyramidale (Filago pyramidata), espèce très rare et vulnérable en Picardie ;

- la Raiponce grêle (Phyteuma orbiculare subsp. tenerum), espèce exceptionnelle en Picardie ;

- le Dectique verrucivore (Decticus verrucivorus), orthoptère thermomontagnard inféodé aux pelouses sèches et rases, exceptionnel en Picardie ;

- la Rainette arboricole (Hyla arborea), dont l'observation sur le coteau est originale ;

- les lycènes : l'Argus bleu-nacré (Polyommatus coridon) et l'Azuré bleu-céleste (Polyommatus bellargus), qui indiquent des pelouses calcicoles en bon état ;

- la Cicadelle Ledra aurita, connue dans peu de localités en Picardie.

Dans les bois, citons :

- la Scille à deux feuilles (Scilla bifolia), espèce assez rare en Picardie ;

- le Dompte-venin officinal (Vincetoxicum hirundinaria), assez rare en Picardie ;

- l'Ophrys mouche (Ophrys insectifera), orchidée assez rare en Picardie ;

- la Bondrée apivore (Pernis apivorus), espèce nicheuse inscrite à la directive "Oiseaux" de l'Union Européenne.

FACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

- Le ruissellement des intrants, utilisés sur les cultures environnantes, provoque une dégradation de la végétation en lisière des bois et sur la partie sommitale des larris.

- L'absence d'entretien de la végétation sur les larris se traduit par une densification de la végétation (brachypodiaies) et par un embroussaillement risquant de faire disparaître, à terme, la flore calcicole remarquable.

N.B. : les espèces végétales dont le nom est suivi d'un astérisque sont légalement protégées.

Commentaires sur la délimitation

Le site comprend deux zones :

- le larris du Mont Villermont à Corbie qui comprend des pelouses et des éboulis crayeux sur pente forte, d'intérêt patrimonial élevé,

- le larris de Bouillères à Lahoussoye d'intérêt écologique élevé et les bois attenants : bois des Bouillères, Bois d'Escardonneuse, Bois Madame et Bois de Parmont, qui accueillent des espèces remarquables et qui présentent un intérêt fonctionnel.

Les milieux interstitiels tels que prairies, haies et ourlets calcicoles sont inclus dans la zone.