Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220420005
Butte de la Garenne et marais de Monchy-Saint-Eloi/Laigneville

(n° régional : 60CLE116)

Commentaires généraux

La Butte de la Garenne et le marais de Monchy prennent place en rive droite de la vallée de l'Oise, entre Monchy-Saint-Eloi et Laigneville.

L’ensemble constitue une séquence de milieux secs à humides typique du tertiaire parisien septentrional ; une butte résiduelle de sable cuisien, détachée du plateau du Clermontois par l'érosion se raccorde au fond de vallée humide par le biais de versants raides.

Un banc de calcaire lutétien coiffe le sommet de la butte et affleure en haut des pentes. La mise à nu des roches est issue de l'entaillement de la butte, en bordure de la route nationale 16.

Les sols sont squelettiques sur les dalles calcaires et sur les affleurements sableux. Les affleurements de sable cuisien, sous les calcaires, génèrent des sols calcaro-sableux avec des colluvions calcaires en milieu de versant, et des sols sableux acides en bas de versant.

Ces conditions sont favorables au développement de végétations pelousaires pionnières. Les activités des lapins (grattements, broutements...) et l'érosion maintiennent ces stades pionniers.

En retrait derrière la corniche, des milieux forestiers thermocalcicoles plus ou moins évolués et des fruticées à prunelliers, cornouillers, troènes et viornes se sont développés suite l’abandon des pelouses. De très nombreux arbustes et arbres pionniers envahissent les sols à nu, en particulier les Arbres aux papillons (Buddleia davidii), les bouleaux et les robiniers.

L'exposition au sud permet le développement d'une flore et d'une faune au caractère thermocalcicole marqué, typiques des coteaux calcaires bien ensoleillés du Clermontois.

Le marais de Monchy s’étend sur les alluvions modernes de la Brêche, pour partie tourbeuses. Il est couvert de forêts humides marécageuses à aulnes, frênes et bouleaux pubescents. Des clairières et lisières humides à hautes herbes accueillent une flore typique des mégahorbiaies tourbeuses. Des fragments de végétations de bas-marais alcalins subsistent dans les layons et des espèces pionnières oligotrophiles peuvent apparaître dans les trouées sur le sol mis à nu par le passage des animaux par exemple.

Commentaires sur la délimitation

Les contours du site intègrent les milieux boisés et pelousaires qui abritent les habitats, la flore et la faune remarquables.

Les cultures et les zones urbanisées sont évitées.

Les zones humides incluses dans le périmètre sont délimitée à l’Est par des cultures et au sud-est par une zone artisanale.