ZNIEFF 230000233
LES PRAIRIES DU BOIS LE HOUX

(n° régional : 83160002)

Commentaires généraux

Le site du Bois le Houx se situe dans le lit majeur de la vallée de l’Epte., il consiste en une succession de milieux humides.

L’intérêt floristique du site consiste majoritairement en la présence du Pigamon jaune (Thalictrum flavum). Cette espèce est particulièrement abondante dans deux mégaphorbiaies situées à l’ouest de la zone. Ces mégaphorbiaies issues d’anciennes prairies de fauche abandonnées, sont dans un état d’embroussaillement avancé. De plus, des dégradations anciennes par dépôts d’ordures sont bien visibles et affectent la végétation (prolifération d’espèces nitrophiles). Enfin, l’abandon même des voies d’accès à ces zones laisse peu d’espoir quant à une éventuelle restauration. Nous notons toutefois la présence d’un cortège typique de ces milieux avec Filipendula ulmaria, Angelica sylvestris, Juncus inflexus, J. acutiflorus, Lychnis flos-cuculi.

Deux prairies pâturées humides ont été recensées au centre de la zone. L’intensité du pâturage est trop importante pour que se développe une flore diversifiée, nous notons néanmoins des espèces hygrophiles comme celles citées précédemment et des espèces plus prairiales comme Ranunculus repens, Holcus lanatus ou Poa annua. Aucune espèce déterminante n’a été recensée dans ce milieu.

Une vieille peupleraie est présente au sud de la zone. Une mégaphorbiaie s’épanouie à ses pieds avec Filipendula ulmaria, Angelica sylvestris, Cirsium palustris, Symphytum officinalis, Valeriana officinalis. Aucune espèce floristique déterminante n’a été recensée dans ce milieu, néanmoins, plusieurs gros Saules têtards bordent les chemins d’accès. Ces arbres, présentant de nombreuses crevasses, restent particulièrement importants pour l’entomofaune xylophage, comme le Lucane Cerf-volant (Lucanus cervus), inscrit à l’annexe 2 de la Directive Habitats, dont un spécimen a été observé dans les prairies au nord. Enfin, un odonate déterminant de ZNIEFF fut identifié au sein des chemins traversant la peupleraie : l’Agrion mignon (Coenagrion scitulum), peu fréquent en Normandie et probablement en chasse sur le milieu.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible