ZNIEFF 230009123
LES GRANDES CÔTES

(n° régional : 84010032)

Commentaires généraux

Exposés Sud/Sud Ouest, ces coteaux présentent des pelouses et des boisements calcicoles du type hêtraie, chênaie et notamment des faciès à Chêne pubescent (Quercus pubescens), formation thermophile rare dans la région. Sur les espaces plus ouverts, on remarquera des pelouses à Genévrier commun (Juniperus communis), une autre formation des milieux chauds et secs qui est issue de pratiques écopastorales anciennes.

Les espèces déterminantes sont typiques de ces milieux. On observe 19 plantes d’intérêt régional. Citons par exemple la Brunelle laciniée (Prunella laciniata) inscrite à la Liste Rouge des Plantes Vasculaires Menacées de Haute-Normandie (Collectif Botanique de Haute-Normandie - mai 2000) et la Goodyère rampante (Goodyera repens) qui pousse dans des faciès boisés à Pin sylvestre (Pinus sylvestris) en compagnie du Monotrope sucepin (Monotropa hypopitys). Ces trois espèces sont très rares en Haute-Normandie.

Parmi les Orchidées, on notera la présence de l’Ophrys Bourdon (Ophrys fuciflora), assez rare et protégée à l’échelon régional, et le rare Ophrys araignée (Ophrys sphegodes subsp. sphegodes). Une autre espèce protégée se rencontre sur les pelouses : le rare Aster linosyris (Aster linosyris).

La faune est riche et diversifiée. Par exemple, parmi les Lépidoptères, on notera la présence de 12 espèces déterminantes parmi lesquelles les exceptionnelles Aletia vitellina et Idaea humiliata, les très rares Scotopteryx luridata et Plebejus argus ou Azuré des Ajoncs.

Les milieux nécessitent une gestion (écopastoralisme par exemple) afin de lutter contre l’embroussaillement et pour conserver les espaces les plus intéressants de par leur patrimoine biologique.

La zone du Bois de la Ronce est représentée par un bois mixte de pente et de ravin. 7 espèces remarquables y ont été contactées dont 2 déterminantes de ZNIEFF, la Noctuelle négligée (Xestia castanea), une belle population de cette noctuelle nouvelle pour la Haute-Normandie a été contactée, sa chenille se développe sur différents plants et arbustes forestiers, et le Manteau bicolore (Eilema palliatella) très rare Arctiidae dont la chenille se développe sur le lichen des arbres.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible