Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 230009226
LA BASSE FORÊT D'EU

(n° régional : 7102)

Commentaires généraux

Cette ZNIEFF couvre l’ensemble du massif forestier de la Basse forêt d’Eu (qui fait partie de la forêt indivise d’Eu), ainsi que quelques hectares de prairies situées sur les marges Nord de la forêt.

Comme tout le massif d’Eu, la basse forêt fut très fortement exploitée du XVème au XVIIIème siècle, notamment pour alimenter les fours des verreries. A partir de 1825, elle fut l’objet d’un véritable aménagement sylvicole favorisant le régime de la futaie, ce qui nous permet aujourd’hui d’y admirer des arbres de plus de 200 ans.

Le taux d’humidité est important avec une pluviométrie moyenne annuelle de 900mm. La forêt culmine à 236m d’altitude. De nombreux vallons convergents découpent et dénivellent le Nord du massif. L'Yères y prend sa source mais sans former de ruisseau apparent, du moins de manière permanente.

Les sols se développent surtout sur des limons argileux dans les secteurs plans, sur des colluvions limono-argileuses et argile à silex dans les vallons ; la craie affleure rarement.

Les formations les plus répandues sont des hêtraies acidiphiles à neutrophiles, dirigées en futaie.

Les intérêts écologiques particuliers de ce massif sont, d’une part, les stations de fougères à affinité montagnarde (orophytes), très rares et légalement protégées : Oréoptéride des montagnes Oreopteris limbosperma, Gymnocarpion du Chêne Gymnocarpium dryopteris, Phégoptéride polypode Phegopteris connectilis ; d’autre part, les sources de l’Yères qui peuvent apparaître lors de forts épisodes pluvieux, au lieu-dit « Le Puits à Corbeaux ». Ce dernier site abrite, outre ces précédentes fougères protégées, une grande diversité floristique, ainsi que d’autres espèces exceptionnelles telles la Céphalanthère rose Cephalanthera rubra, la Lathrée écailleuse Lathraea squamaria et l’Actée en épi Actaea spicata qui bénéficient aussi d'une protection régionale.

Soulignons la présence de remarquables futaies mixtes de résineux et de hêtres, comportant, entres autres, des douglas centenaires atteignant 45m de haut et des mélèzes du Japon d’une exceptionnelle vigueur. Ces espèces résineuses ont été plantées au début du 20ème siècle en petits bouquets dans les vides des hêtraies, ce qui constitue une originalité par rapport aux autres massifs régionaux.

Les mousses n’ont pas fait l’objet d’inventaire précis mais de nombreuses espèces sont présentes du fait de la forte humidité ambiante.

La faune remarquable est caractérisée par des oiseaux (Pic noir, Bondrée apivore, Busard Saint-Martin), des mammifères (Grand Murin, Grand Rhinolophe, Murin de Bechstein, Murin de Natterer, Putois d’Europe, Hermine), des batraciens (Triton palmé, Triton alpestre, Triton ponctué), des insectes (carabes rares à affinité montagnarde, Lucane cerf-volant), liste non exhaustive. Il n’y a pas de population de Cerf ; le Chevreuil et le Sanglier sont des espèces courantes.

Une seule znieff de type I est définie sur ce massif mais elle couvre une superficie de 2174 ha soit 90% de la type II. Une partie de la forêt (source de l’Yères, versants calcaires) est classée dans le site Natura 2000 n°FR2300136 « La forêt d’Eu et les pelouses adjacentes ».

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible