Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 230030453
LE COTEAU OUEST DE LA CÔTE DE CAUMONT

(n° régional : 83010018)

Commentaires généraux

L'intérêt du site réside en la présence d'une végétation liée aux prairies et aux pelouses calcicoles sèches.

En haut de coteau, au Nord-Est de la ZNIEFF, il subsiste, sur une faible superficie, une flore liée à celle des pelouses calcicoles sèches. La végétation est dominée par le Brachypode penné. La diversité floristique y est relativement faible. Ce secteur commence à être colonisé par le Cornouiller sanguin.

Dans ce secteur, une petite tranchée conduit à un abri enterré. Le long de cette dernière, les parois peu colonisées par la végétation permettent l'installation de plantes remarquables : la Chlore perfoliée et le Séséli libanotide. Ces deux plantes, toutes deux considérées comme peu communes et déterminantes ZNIEFF, s'observent en faible effectif. Ces parois abritent aussi une flore plus diversifiée et plusieurs plantes liées aux pelouses pionnières.

En contre bas de cette pelouse, la flore regroupe de nombreuses plantes liées aux prairies mésophiles. Bien que le Brachypode penné soit toujours bien représenté, la proportion de graminées (Fromental élevé, Trisète jaunâtre, Dactyle aggloméré, etc.) est importante. Parmi les plantes à fleurs, la Grande marguerite et le Caille-lait blanc sont omniprésentes. La diversité des plantes à fleurs y est faible. Dans la zone qui s'étend depuis la mi-pente jusqu'au haut de pente, ces prairies sont peu menacées (processus "normal" de fermeture après abandon du pâturage).

Sous la mi-pente, à l'Ouest du chemin, des plantations récentes (frênes et pins) menacent directement et de manière plus irréversible ces prairies. Au même niveau, à l'Est du chemin, la pérennité de ces prairies est également fortement menacée par une colonisation importante de semis et de jeunes ligneux (Cornouiller sanguin, Pin sylvestre notamment). La Clématite des haies et la ronce forment de petits massifs denses par secteurs.

Le chemin, qui permet l'accès au boisement, est régulièrement fauché. Le maintien d'une végétation rase favorise la croissance de plusieurs pieds d'Orobanche à petites fleurs. Cette plante est considérée comme très rare en Haute-Normandie et menacée d'extinction. Les deux stations recensées regroupent un total de 9 pieds.

Au Nord de la ZNIEFF, une mare repose sur un léger replat. La présence de cette dernière permet de diversifier la flore. Peu profonde, cette mare possède des berges en pente très douce. La ceinture de végétation est principalement constituée de joncs. Quelques rares espèces, tel le Plantain-d'eau commun, viennent diversifier la ceinture végétale. La Glycérie flottante abonde par secteurs. Cette mare joue un rôle important pour la faune (amphibiens, insectes, etc.).

En ce qui concerne la faune, l'intérêt du site réside dans la présence d'insectes qui recherchent les prairies et les pelouses sèches comme le Grillon champêtre, le Demi-deuil, le Zygène de la filipendule ainsi qu'une espèce déterminante ZNIEFF, le Tabac d'Espagne, surtout cantonné à la lisière. Cette dernière espèce est considérée comme menacée en Haute-Normandie.

Une gestion adaptée de la ZNIEFF permettrait à court terme de restaurer des habitats propices à une diversité floristique et par conséquent faunistique. Le retour de plantes remarquables n'est pas à exclure.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible