ZNIEFF 230030946
LA VALLÉE DU ROULOIR À CONCHES-EN-OUCHE

(n° régional : 84030005)

Commentaires généraux

Le périmètre de la ZNIEFF inclut l'ensemble des milieux remarquables du site. Il est calé au Sud et à l'Est sur le Chemin Communal n°31. Le long de cet axe, la chaussée est exclue de la ZNIEFF, l'accotement Ouest est compris. Le Moulin l'Abbé et ses dépendances sont exclus du périmètre. Au Nord-Est, le périmètre est fixé sur la route qui relie le Chemin Communal n°31 et le Moulin Neuf (chaussée exclue, accotement inclus). Au Nord-Ouest, le périmètre de la ZNIEFF est établi sur la voie ferrée. A l'Ouest, la limite est placée sur l'enceinte de la propriété privée et la lisière du boisement.

L'intérêt de la ZNIEFF concerne le cours du Rouloir, les habitats humides attenants et le boisement localisé au sein de la butte.

Le Rouloir est un cours d'eau de 1ère catégorie principalement peuplé de truites fario autochtones. Ces eaux claires, profondes et souvent rapides favorisent le développement de plantes aquatiques dont le Callitriche à crochets (Callitriche hamulata), plante considérée comme très rare et déterminante ZNIEFF en Haute-Normandie. Cette rivière est bordée par trois moulins (en amont, en aval et au Sud-Est de la ZNIEFF) qui sont toujours en service. L'activité anthropique liée à cet exercice a favorisé la création de fossés et de canaux, qui permettent le développement de plantes aquatiques liées aux cours d'eau lents ou stagnants.

Le lit majeur du Rouloir héberge une mosaïque d'habitats humides (remontée de nappe) dont la plupart sont en bon état de conservation. Au sein des milieux ouverts, la végétation concerne essentiellement une flore liée aux roselières (prédominance du roseau commun). Les rives du Rouloir, des fossés et certaines zones régulièrement inondées sont colonisées par une flore liée aux magnocariçaies et aux végétations des lisières humides à grandes herbes. En 2005, une plante du genre Petasites a été inventoriée au sein de la ZNIEFF. Il existe deux espèces en Normandie : le Pétasite odorant (Petasites pyrenaicus), assez rare et le Pétasite officinal (Petasites hybridus), très rare et déterminant. Au vu des habitats présents, il est plus probable qu'il s'agit de la seconde espèce. Cependant, nos prospections n'ont pas permis de vérifier cette hypothèse.

Au sein des plantations de peupliers, la strate herbacée concerne le plus essentiellement une flore liée aux mégaphorbiaies et aux magnocariçaies. A l'Est, le long de la chaussée, le sol plus exondé est colonisé par des plantes liées aux milieux forestiers frais à humides. La présence de quelques muret et talus y permet le développement de plusieurs stations de Scolopendre. Une station de Dompte-venin (peu commun) y a également été recensée.

Au Nord-Ouest de la ZNIEFF, un boisement est localisé sur une butte. La nature de ses peuplements est liée au substrat et aux activités anthropiques (coupes, plantations, etc.). La Chênaie sessiliflore et la Chênaie-hêtraie à houx constituent les formations principales recensées dans ce secteur. Du fait des activités sylvicoles, ces formations concernent souvent des boisements jeunes. Bien que le boisement soit localement dégradé par l’enrésinement (plantation de sapin, à l'est), il subsiste de nombreux secteurs en bon état de conservation. Ainsi, le bois abrite une espèce peu fréquente en Haute-Normandie : le Polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum), considéré comme assez rare et déterminant. Cette fougère, autrefois assez commune, se raréfie actuellement.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible