Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 230030948
LA FOSSE AUX DAMES

(n° régional : 84030003)

Commentaires généraux

Le périmètre de la ZNIEFF inclut l'ensemble des milieux remarquables du site. Il est calé au Nord et à l'Est sur les berges de l'Iton (exclues). Au Sud, il est établi sur la rupture de pente du versant qui longe la ZNIEFF. A l'Ouest la limite est fixée au droit du pont.

La ZNIEFF se localise en aval de la confluence du Rouloir et du Sec Iton, en rive droite de l'Iton. L’intérêt de la ZNIEFF concerne le lit majeur de l'Iton, un versant boisé exposé Nord et la présence d'une résurgence.

L'intérêt géomorphologique de la ZNIEFF concerne la présence de la résurgence. Dans le sous-sol de la vallée, de nombreuses rivières souterraines sont alimentées par les infiltrations d'eau de surface en raison d'un important réseau karstique dans la craie. Ce réseau karstique donne naissance, entre le village de Glisolles et celui de la Bonneville-sur-Iton, à deux des principales résurgences de l'Iton : «la Fosse aux Dames» et l’étang des forges à la Bonneville-sur-Iton.

A l'Est de la résurgence, le lit majeur héberge une aulnaie alluviale. Cet habitat, ici en très bon état de conservation, est considéré comme habitat déterminant pour la création de ZNIEFF. Il est aussi inscrit à l'annexe I de la «directive Habitats» sous l'intitulé : Forêts alluviales à Alnus glutinosa et Fraxinus excelsior (Alno-Padion, Alnion incanae, Salicion albae) (91E0). Localisée au niveau topographique le plus bas de la ZNIEFF, elle est périodiquement inondée lors des crues annuelles (hivernales). L'exondation estivale permet le drainage et l'aération du sol, ce qui favorise le développement d'une flore caractéristique et diversifiée, comme la Cardamine amère (Cardamine amara), assez rare et déterminante ZNIEFF. Cette dernière se perçoit localement. De même, la Dorine à feuilles opposées (Chrysosplenium oppositifolium), assez rare, est particulièrement abondante dans la partie Ouest de l'aulnaie (station de 50-60 m²).

Au Nord de cette aulnaie, les berges de l'Iton sont colonisées par une bande étroite (5-7 m) de végétation dont la flore est essentiellement liée à celle des communautés à grandes laîches (magnocariçaies). En lisière du boisement, une bande plus étroite (environ 2 m) est colonisée par une flore liée à celle des communautés à Reine des prés. Cette formation (typique ici) est inscrite à l'annexe I de la «directive Habitats» sous l'intitulé : Mégaphorbiaies mésotrophes collinéennes (6430-1). Cette végétation regroupe de nombreuses plantes caractéristiques comme la Reine-des-prés (Filipendula ulmaria), l'Eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum), le Lythrum salicaire (Lythrum salicaria), la Lysimaque vulgaire (Lysimachia vulgaris), l'Angélique sauvage (Angelica sylvestris), la Scrophulaire auriculée (Scrophularia auriculata), le Populage des marais (Caltha palustris), la Menthe à feuilles rondes (Mentha suaveolens), l'Ortie dioïque (Urtica dioica), etc. Cette végétation héberge également le Pigamon Jaune (Thalictrum flavum), considéré comme assez rare et déterminant ZNIEFF. Cette espèce est répartie sur l'ensemble du linéaire au sein de plusieurs stations (0,5 à 1,5 m² en moyenne).

A l'Ouest de la résurgence, le lit majeur, topographiquement plus élevé et moins engorgé en eau, héberge une aulnaie-frênaie dont la strate arborée est dominée par le Frêne élevé. La strate arbustive y est lâche et peu diversifiée. Le sol est fréquemment couvert par de vastes tapis de Gléchome lierre-terrestre (Glechoma hederacea), d'Ortie dioïque (Urtica dioica), de Groseillier rouge (Ribes rubrum) et parfois de ronce (dans les secteurs plus ouverts).

Le cours de l'Iton permet le développement de plusieurs herbiers aquatiques, dont certains de Renoncule peltée (Ranunculus peltatus), plante considérée comme rare et déterminante ZNIEFF.

Cette portion de cours d'eau est notamment occupée par le Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo), considéré comme assez rare et déterminant ZNIEFF. Cette espèce fréquente les cours d'eau ensoleillés et de bonne qualité (bien oxygénés, peu ou pas pollués). Bien que l'espèce ne soit pas rare, elle reste localisée.

Au Sud (sur l'ensemble du linéaire), la ZNIEFF est bordée par un talus pentu exposé au Nord. La fraîcheur ambiante du boisement favorise le développement de plusieurs espèces de fougères dont certaines abondent sur le site comme la Doradille scolopendre (Asplenium scolopendrium) et le Polypode commun (Polypodium vulgare subsp. vulgare). Bien qu'il soit moins fréquemment observé, le Polystic à soies (Polystichum setiferum), peu commun, se répartit sur l'ensemble de la zone. Quelques pieds de Polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum) ont également été observés. Cette fougère est considérée comme assez rare et déterminante ZNIEFF. Autrefois assez commune, elle se raréfie actuellement.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible