ZNIEFF 240006415
PELOUSES DES CHAUMES DU VERNILLER

(n° régional : 00000183)

Commentaires généraux

Ces pelouses se situent au Sud de la commune de Morthomiers et à l'Ouest de la Chapelle-Saint-Ursin. Elles occupent un ensemble de buttes et de coteaux dans un vaste triangle entre l'autoroute A71, l'implantation Luchaire et le centre du Subdray.

Il s'agit d'un des plus beaux ensembles de pelouses calcicoles de la région, avec plus d'une cinquantaine d’espèces déterminantes dont une quinzaine est protégée.

Ce site concentre un nombre important d'espèces très rares qui trouvent ici des conditions écologiques favorables. Citons notamment l'Armoise blanche (Artemisia alba) et la Violette naine (Viola pumila), connues seulement sur ce site en région, et la Marguerite à feuilles de graminées (Leucanthemum graminifolium) aussi connu des pelouses de la Périsse à Dun-sur-Auron. D'autres espèces très rares en région présentent de belles populations sur ce site, comme l'Anthyllide de montagne (Anthyllis montana), le Stippe penné (Stipa pennata) connues sur moins de cinq stations, ou encore l'Hysope (Hyssopus officinalis), la Violette des rochers (Viola rupestris), l'Inule des montagnes (Inula montana), la Sabline des chaumes (Arenaria controversa). Y a été récemment découverte une petite population d'Inule hérissée (Inula hirta, protégée régionalement et en danger critique d'extinction d'après la liste rouge régionale), dont les populations sont principalement localisées en région en vallée de l'Essonne, ce qui en fait une station atypique pour le Cher.

Ce cortège floristique traduit des conditions particulières pour ce site, au carrefour d'influences thermo-atlantiques, méditerranéennes et méditerranéo-montagnardes.

Cet ensemble est connu des naturalistes depuis le XIXème siècle au moins (E. Ripart signale Artemisia alba en 1869). Malgré sa réputation, il est malheureusement amputé par plusieurs emprises industrielles en raison de sa situation dans un espace devenu périurbain. Il faut dire que le passé industriel du site est ancien puisqu'il s'agit d'une des zones d'extraction de fer du Berry exploitée depuis la période gauloise jusqu'au XIXe siècle.

L'ensemble est traversé par une voie romaine dont le tracé est parfois floristiquement très riche ainsi que par une voie ferrée.

Il s'agit d'un site dont l'importance scientifique dépasse le niveau régional en raison de sa richesse spécifique, du nombre d'espèces thermophiles/héliophiles et de la présence de plusieurs taxons en limite nord de répartition.

Commentaires sur la délimitation

Le contour englobe tous les secteurs (plus ou moins fermés) qui abritent encore des pelouses en bon état de conservation. Il a été tracé sur photographie aérienne puis adapté à la carte IGN sur la base des observations de terrain. La délimitation comprend des parties "satellites" au niveau des coteaux de Morthomiers.