Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 240008701
ETANG DE VALLAS (OU DE MONT-EVRAY)

(n° régional : 00000474)

Commentaires généraux

Cet étang et sa petite annexe se situent à un kilomètre au sud de Nouan-le-Fuzelier en plein cœur de la Sologne.

Il est situé dans un contexte principalement forestier, sur alluvions, et ses berges présentent un substrat sableux à limoneux.

En fin d'été, les berges exondées s'ornent d'une végétation de l'Elodo - Sparganion, surtout du sud-ouest à l'est de l'étang.

Sur plusieurs secteurs, on observe des tapis de Littorelle à une fleur (Littorella uniflora) ou de Pilulaire (Pilularia globulifera), toutes deux protégées en région Centre-Val de Loire. Elles sont accompagnées de six espèces de la flore déterminantes de ZNIEFF, et l'on pourra noter la présence du Jonc nain (Juncus pygmeus), en danger sur la liste rouge régionale.

Les autres habitats alentours abritent quelques espèces remarquables, telles que les orées de boisements frais ponctués d'Osmonde royale (Osmunda regalis), ou une végétation prairiale sur sols organiques avec le Carex à fruits velus (Carex lasiocarpa).

Au total, onze espèces floristiques déterminantes de ZNIEFF, dont trois protégées s'observent sur cette zone.

L'intérêt ornithologique, qui avait justifié la reconnaissance de ce site en ZNIEFF dans l'inventaire de première génération, a largement diminué et avait même été un argument pour la suppression de cette zone lors de la deuxième génération.

Cet étang ne présente toujours qu'un intérêt faunistique assez faible (Phragmite des jonc en nicheur probable et zone de chasse pour la Barbastelle, la Sérotine commune, la Noctule de Leisler, la Noctule commune et la Pipistrelle de Kuhl).

Dans le cadre de l'inventaire permanent, la ré-inscription de cette zone en ZNIEFF est justifiée par l'intérêt flore et habitat.

Commentaires sur la délimitation

Le tracé de cette zone s'inspire de la ZNIEFF de première génération, où l'annexe de l'étang et le boisement humide à l'est sont inclus.

Dans les cas où les chemins ou les limites parcellaires ne s'observent pas nettement, les contours s'appuient sur les limites des habitats observés suite à la cartographie du site. Ils sont ajustés d'après l'orthophotoplan de 2011.