Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 240009913
ETANG DE LA TUILERIE

(n° régional : 00000377)

Commentaires généraux

Cet étang, le second par la taille dans le département du Loiret, appartient au système d’alimentation du canal de Briare.

Installé sur un écoulement orienté Sud-Nord, il présente une longueur importante de près de 2,5 km. La queue très envasée est occupée par des saulaies plus ou moins denses, remplacées peu à peu à l’amont par des Chênaies-charmaies.

Sur le plan botanique, il se singularise par la présence :

- d’une importante saulaie inondée à Saule blanc (cette dernière s’est développée lors d’un assec prolongé),

- d'un battement de nappe important, ce qui permet l'expression en été des formations liées à l’étiage : gazons de Littorelle très étendus, Limoselle aquatique, plages à Gratiole officinale, grèves à Bidents,

- de plusieurs belles stations de Violette à feuilles de pêcher, Viola persicifolia.

Même si de nombreuses espèces végétales citées en 1969 n’ont pas été revues récemment (probablement en raison de l’extension de la végétation ligneuse et de l’atterrissement de la queue), ce site conserve un intérêt floristique élevé.

Du point de vue faunistique, ce plan d’eau est connu pour ses stationnements d'oiseaux d'eau (canards plongeurs, grèbes, oies, grues, ardéidés...) en période de migration et d'hivernage. Plusieurs espèces déterminantes de libellules sont également présentes dont le rare Agrion joli (Coenagrion pulchellum).

Sur toute la longueur de la rive Est, le boisement inondable préserve la rive de la fréquentation, assurant ainsi une bonne tranquillité pour la faune. Toutefois le développement de cette végétation a réduit de manière sensible la surface disponible pour les formations végétales liées à l’étiage et les ceintures herbacées.

Les travaux d’entretien de la digue ont fait disparaître les espèces calcicoles mentionnées sur ce site dans les années 80 et 90 (orchidées).

Commentaires sur la délimitation

Le contour est calé au Nord sur la digue, à l’Ouest sur le chemin, à l’Est sur la limite des boisements. Au Sud, il s'appuie sur les courbes de niveau qui définissent le niveau de plus hautes eaux et des ceintures herbacées.

Le périmètre de première génération, trop large, englobait des boisements mésophiles (Chênaies-charmaies) qui ont été retirés.