Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 240030155
BOIS DU RUISSEAU DES CHEZEAUX

(n° régional : 00000945)

Commentaires généraux

Ce massif forestier traversé par le vallon du Ruisseau des Chézeaux se situe à environ 1,5 km au nord-est de Saint-Gaultier. Il se situe en rive droite de la vallée de la Creuse. Il s’étend sur les communes de Saint-Gaultier, Rivarennes et Nuret-le-Ferron.

La zone comprend un ensemble de bois acidiphiles (sur le plateau), calcicoles (sur les versants), ainsi que le ruisseau des Chézeaux (rivière à truites) jusqu'à sa confluence avec la Creuse (longueur 3 km).

Ce ruisseau traverse une vallée sauvage à l'écart de l'agriculture céréalière.

L'intérêt du site réside dans la présence de Hêtraies calcicoles mésophiles où l'on rencontre des espèces comme le Lys martagon (Lilium martagon), de chênaies-charmaies plus fraîches avec des espèces comme le Faux Pigamon (Thalictrella thalictroides), et de lisières calcicoles avec par exemple le Limodore avorté (Limodorum abortivum) ou le Trèfle moyen (Trifolium medium). Il existe aussi çà et là des lambeaux de pelouses qui ont tendance à se fermer.

On retiendra par ailleurs la présence de trois végétaux particulièrement rares : Carex digitata, Hordelymus europaeus et Lilium martagon, (les deux derniers sont protégés en région Centre). Ces trois espèces sont essentiellement localisées dans les vallées de la Creuse et de l'Indre.

Au total plus de 30 espèces végétales déterminantes, dont 10 protégées, ont été observées dans cette zone remarquable au plan régional.

Les eaux du ruisseau des Chézeaux, petit affluent de la rivière Creuse, sont alcalines ; des précipitations calcaires y sont observables. La production piscicole et macrobenthique est importante, il s'agit d'un véritable ruisseau à truites fario : reproduction et développement de truitelles. Il possède une population naturelle de truites avec des individus de toutes les classes d'âge. Des frayères à truite sont présentes de manière régulière de la source à la confluence. Par contre, il offre une capacité limitée pour les adultes de truites fario qui dévalent en partie dans la Creuse (rôle de réservoir biologique). Une chute de 4 m, à la confluence, empêche les géniteurs (de truite) de remonter depuis la Creuse pour se reproduire dans ce ruisseau. La population est donc génétiquement isolée. Mis en réserve de pêche depuis plus de 5 ans, il bénéficie d'une gestion de type patrimonial depuis une dizaine d'années.

Une population d'Ecrevisses à pieds blancs était suivie dans ce ruisseau, jusqu'à sa disparition totale en 1995. ce ruisseau est parfois sujet à du braconnage.

Le site possède également un intérêt faunistique par ses nombreuses espèces déterminantes qu'il accueille. En effet, il abrite quatre espèces déterminantes de papillons, dont la Bacchante (Lopinga achine) espèce protégée et menacée, quatre de libellules, dont l'Agrion de mercure, également protégé, quatre d'orthoptères, dont le Conocéphale des roseaux (Conocephalus dorsalis) et le Criquet tricolore (Paracinema tricolor), tous deux menacés. On peut noter aussi la présence de la Loutre et de la Cistude d'Europe.

Commentaires sur la délimitation

Le contour suit les limites du boisement et les chemins. Il englobe un ensemble de bois calcicoles à acidiphiles, développés autour du vallon du Ruisseau des Chézeaux. Ce ruisseau est pris en compte jusqu'à sa confluence avec la Creuse.