Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 240030289
ETANG DE MORUE

(n° régional : 00000138)

Commentaires généraux

Il s'agit d'un des rares grands étangs du haut Pays Fort. Il se situe à l'Ouest du territoire communal et est accessible par la RD 231. Il s'inscrit dans un paysage typique de la région naturelle, vallonné, associant des espaces agricoles ouverts, des zones bocagères et des espaces forestiers. Ce plan d'eau collecte toutefois des eaux de terres agricoles, ce qui lui apporte matières en suspension et éléments nutritifs. Il présente une vocation piscicole et est de ce fait pêché tous les 2 à 3 ans.

Sa richesse floristique est élevée, avec une centaine d'espèces végétales recensées et une quinzaine de plantes déterminantes. Il est associé à une lande humide à Bruyère quaternée (Erica tetralix), laquelle s’étend à l’Ouest du plan d’eau. Cette dernière semble tendre à s'assécher. Lors de l'inventaire bryologique de 2012 seules deux espèces de Sphaignes y ont été prélevées, ce qui est peu pour ce type de milieu. A noter, que l'un d'entre-elle, Sphagnum compactum, est plutôt liée aux bordures de landes humides ou aux zones les plus sèches, ce qui traduit bien ce phénomène d'assèchement. Aucune autre espèce patrimoniale de mousse n'a pu être observée sur le site lors de cet inventaire.

La Pilulaire, signalée par JC. Felzines en 1982 n’a toutefois pas été revue lors des observations récentes.

La diversité patrimoniale concerne principalement la végétation immergée, les ceintures périphériques associées à la baisse des eaux ainsi que les landes marécageuses acides des abords.

La gestion piscicole constitue probablement un facteur positif dans la préservation des caractéristiques biologiques de cette zone.

A signaler par ailleurs, la présence d’une belle station de Narcisse des poètes (Narcissus poeticus) non actualisée depuis 2015.

Des prospections ciblées pour inventorier les insectes ont été réalisées, mettant en évidence la présence de 4 espèces déterminantes dont un orthoptère, le Conocéphale des roseaux (Conocephalus dorsalis), qui est considéré comme en danger en région Centre. Un papillon au statut vulnérable, le Damier de la Succise (Euphydryas aurinia) a également été observé.

Commentaires sur la délimitation

Les limites de la zone suivent la digue au Nord, sa berge Est et les zones humides attenantes, la lande tourbeuse située à l'Ouest, la prairie et le bois de la queue d'étang. Les haies situées sur ces limites sont incluses à la zone car elles contribuent à la protection du plan d’eau contre les intrants d’origine agricole.