Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 250002594
CLUSE DE LA FOSSE ARTHOUR ET BOIS DE ROUELLE

(n° régional : 00010002)

Commentaires généraux

A la Fosse Arthour, la formation ordovicienne du Grès armoricain constitue une saillie culminant à 221 m., où la rivière la Sonce pénètre du nord au sud au gré d'une faille. Il s'agit d'un exemple typique de cluse dans les grés armoricains, avec les éboulis quaternaires associés. Le site se prolonge au sud par une lande mésophile à paratourbeuse et des prairies tourbeuses.

FLORE

La flore rupestre de la cluse de la Fosse Arthour est très riche. Elle renferme de nombreuses espèces rares et/ou protégées au niveau régional (*) ou national (**). Citons l'Hyménophyllum de Tonbridge (Hymenophyllum tunbridgense**), la Bruyère ciliée (Erica ciliaris*), la Teesdalie à tige nue (Teesdalia nudicaulis), le Phégopteris faux-Polypode (Phegopteris connectilis*), la Laîche blanchâtre (Carex curta), le Polypode hêtre (Phegopteris connectilis*)...

Il convient de mentionner également la richesse de la bryoflore avec deux hépatiques rares, Lepidozia cupressina* et Douinia ovata*; et une mousse également rare, Andreaea rothii*.

La lande occupe des superficies très réduites mais présente une diversité floristique intéressante. La Bruyère ciliée (Erica ciliaris*) y est bien représentée. On note également plusieurs espèces peu courantes telles le Jonc raide (Juncus squarrosus), le Genêt anglais (Genista anglica) et la Linaigrette à feuilles étroites (Eriophorum angustifolium)...

Les prairies tourbeuses en lisière du bois de Rouellé présentent également une grande richesse spécifique. Elles abritent en particulier la Violette des marais (Viola palustris) et le Millepertuis des marais (Hypericum elodes).

FAUNE

L'étude de l'entomofaune a révélé quelques papillons peu communs, tels le Grand Mars changeant (Apatura iris), l'Azuré du Trèfle (Everes argiades) ainsi que des odonates comme le Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo) et l'Agrion à larges pattes (Platycnemis pennipes)...

L'étude ornithologique a révélé la présence d'espèces nicheuses et/ou hivernantes rares tel que le Martin pêcheur (Alcedo atthis), le Pic noir (Dryocopus martius), l'Alouette lulu (Lullula arborea), le Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) et le Bec croisé des sapins (Loxia curvirostra).

Commentaires sur la délimitation

Interrelation d'écosystèmes variés engendrant une diversité biologique remarquable, révélée par la présence d'espèces végétales rares et/ou protégées.