ZNIEFF 250006482
LA HAGUE

(n° régional : 00110000)

Commentaires généraux

Située dans le nord-ouest Cotentin, la presqu'île granitique de la Hague présente une grande variété de milieux : falaises abruptes prolongées en mer par des îlots et des platiers rocheux, massifs dunaires et plages de sables et de galets, landes atlantiques et pelouses silicicoles, marais arrière-littoraux, vallons et ruisseaux, landes tourbeuses et bois. Les murets de pierres sèches ajoutent un cachet pittoresque à cet ensemble paysager exceptionnel, reconnu par le classement du site. Elle s’étend sur une quinzaine de communes, de Héauville au sud, à Gréville-Hague au nord-est.

Cette ZNIEFF est en connexion directe avec la ZNIEFF Marine de type 2 « le large de la Hague ». Deux zones Natura 2000 désignées au titre de la directive Habitats se superposent à ces deux ZNIEFF : FR2500084 « Récifs et landes de la Hague » et FR2500083 « Massif dunaire d'Héauville à Vauville », ainsi qu'une ZPS au titre de la Directive Oiseaux pour le site FR2512002 "Landes et dunes de la Hague".

Cette mosaïque de milieux naturels induit une flore et une faune marines et continentales extraordinairement variées et riches, comptant nombre d'espèces protégées au niveau régional (*) et national (**).

FLORE

L'estran rocheux adjacent aux falaises est d'une grande richesse algale, par le nombre et la variété des espèces rencontrées. Citons plus particulièrement l'Alarie verte (Alaria esculenta), la Bornétie articulée (Bornetia secundiflora), la Délesserie sanguine (Delesseria sanguinea), trois espèces rares au niveau régional. Elles n’ont pas été observées depuis 1997 (COSSON J.).

Les platiers rocheux sont entrecoupés de plages sableuses, colonisées par endroits par des herbiers de Zostère marine (Zostera marina*) bien représentés à la Mare aux Marchands (Herqueville/Beaumont Hague) et sur le platier rocheux du Caban dans le havre de Plainvic (Digulleville).

Les levées de galets, fréquentes, sont le domaine du Chou marin (Crambe maritima**), très abondant dans certains secteurs.

Sur les falaises soumises aux embruns, signalons la présence de la Doradille marine (Asplenium marinum*), fougère inféodée aux fissures ombragées, de l'Inule faux-crithme (Inula crithmoides*) ou encore de la forme couchée du Genêt à balais (Sarothamnus scoparius subsp. prostratus*).

Ces falaises sont surmontées de vastes landes dominées par les bruyères et les ajoncs, rappelant le caractère hyper-océanique du climat et la pauvreté des sols. Dès que l'on quitte le domaine purement marin, elles couvrent la majorité de l'espace littoral mais sont néanmoins diversifiées au gré des variations géologiques, topographiques et micro-climatiques. Ainsi, les landes sèches sont parsemées de pelouses rases siliceuses, renfermant notamment le Jonc capité (Juncus capitatus*), le Polycarpon à quatre feuilles (Polycarpon tetraphyllum*), la Romulée à petites fleurs (Romulea columnae*), l'Hélianthème à gouttes (Tuberaria guttata*), plusieurs espèces de trèfles dont celui de Boccone (Trifolium bocconi*), et enfin la petite Centaurée fausse-scille (Centaurium scilloides**) dont la Hague constitue l'unique zone de présence en Basse-Normandie.

Dans le fond des vallons, l'humidité permet le développement de landes hygrophiles à tourbeuses abritant, entre autres, le Rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia**) et le Scirpe cespiteux (Scirpus cespitosus ssp. germanicus*).

Ce site abrite également la Fougère des montagnes (Oreopteris limbosperma), l'Ophrys abeille (Ophrys apifera), le Choin noirâtre (Schoenus nigricans), l'Asperge prostrée (Asparagus officinalis subsp prostratus*), l'Avoine pubescente (Avenula pubescens), l'Orchis négligé (Dactylorhiza praetermissa), le Bec de grue maritime (Erodium maritimum*), la Grande douve (Ranunculus lingua**), l'Hélianthème à gouttes (Tuberaria guttata), l'Armérie (Armeria alliacea), la Patience des marais (Rumex palustris), le Gallium mollugo ssp neglectum, et la Potentille d'Angleterre (Potentilla anglica*).

Dans la partie sud de la zone, les falaises laissent place à un vaste massif dunaire, comptant parmi les plus puissants de notre littoral. Il regroupe la succession végétale caractéristique des dunes atlantiques depuis le haut de plage jusqu'aux dunes boisées.

Au niveau de la dune fixée, mentionnons le recensement là encore de l'Asperge prostrée (Asparagus officinalis subsp. prostratus*), mais aussi de l’Œillet de France (Dianthus gallicus**), de la Garance voyageuse (Rubia peregrina*), de la Véronique en épi (Veronica spicata*), et d'un petit champignon caractéristique de ce milieu, Le Tulostome des brumes (Tulostoma brumale).

Ces dunes fixées sont parsemées par nombre de dépressions humides dont certaines sont permanentes, constituant ainsi de véritables mares telles qu'à Vauville s'étendant sur environ 2 000 m de long et 500 m de large. Ces dépressions abritent une flore hygrophile spécialisée. Parmi les espèces les plus remarquables, mentionnons la Laîche ponctuée (Carex punctata*), la Littorelle uniflore (Littorella uniflora**), le Cératophylle submergé (Ceratophyllum submersum*), la Pyrole des dunes (Pyrola rotundifolia**), la Renoncule grande douve (Ranunculus lingua**), la Germandrée des marais (Teucrium scordium subsp. scordioides*) et la Sagine noueuse (Sagina nodosa*). A noter enfin la présence de la Gesse de mer (Lathyrus japonicus subsp. maritimus **) sur ce site.

Les bryophytes et les lichens comptent quelques espèces intéressantes dont Gongylanthus ericetorum (hépatique), Hypogymnia tubulosa (lichen), et Hylocomium armoricum, mousse typique des berges de ruisseaux oligotrophes non pollués dont le nombre de stations bas-normandes est très limité.

FAUNE

Plusieurs spécificités biologiques caractérisent le site. L'estran rocheux, combiné aux eaux très brassées, génère une faune d'une grande richesse.

Parmi les invertébrés marins intéressants, citons une méduse peu commune, Lucernaria quadricornis ; une cnidaire au polype brillamment coloré, Corynactis viridis ; et un échinoderme crinoïde, Antedon bifida.

Les mollusques gastéropodes marins sont également nombreux sur cet estran rocheux. Parmi eux, mentionnons l'Oreille de Saint-Pierre (Haliotis tuberculata), la Porcelaine puce (Trivia monacha) et sa cousine Trivia arctica, et Fissurella reticulata.

De nombreux poissons sont inféodés à cet estran rocheux. Signalons plus particulièrement deux espèces intéressantes : le Nérophis lumbricoïde (Nerophis lumbriciformis) et la Syngnathe aiguille (Syngnathus acus).

Au niveau entomologique, les connaissances acquises concernent principalement les habitats dunaires et marécageux qui abritent de nombreuses espèces peu communes.

Parmi les odonates, citons l'Agrion vert (Erythromma viridulum).

Une espèce rare d'orthoptère est également observée sur ce site : l'Œdipode turquoise (Oedipoda caerulescens).

Les coléoptères sont très nombreux, tant sur les secteurs dunaires que dans les prairies humides et les mares. Parmi eux, trois espèces peu communes ont été observées : Onthophagus similis, Aphodius sabulicola et Acupalpus elegans.

L'arachnofaune a également ses représentants, avec notamment l'Argyronète (Argyroneta aquatica) présente dans les mares.

Les papillons diurnes et nocturnes sont aussi très nombreux dans cette zone et leur inventaire a permis d'en observer de très intéressants tels la Sésie de l'Œillet marin (Bembecia muscaeformis), espèce découverte en 1992 qui n'avait jamais été signalée dans la Manche, le petit Nacré (Issoria lathonia), l'Hespérie de la sanguisorbe (Spialia sertorius), le Sphinx de l'euphorbe (Hyles euphorbiae), l'Argus bleu céleste (Lysandra bellargus), le petit Minime (Pachygastria trifolii), l'Ecaille de l'Ortie (Spilosoma urticae), la Noctuelle de la massette (Nonagria typhae), la Noctuelle du rubanier (Archanara sparganii), les noctuidés Mythimna straminea et Mythimna impura, Arenostola phragmitidis et Chilodes maritimus, le Géomètre Xanthorhoe biriviata, la Hausse-queue fourchue (Clostera anachoreta), la Litosie clampanule (Eilema lurideola), le nolidé Meganola albula,...

Les marais arrière-littoraux retiennent un grand nombre d'amphibiens dont certains sont rares, comme le Triton ponctué (Triturus vulgaris), le Triton à crête (Triturus cristatus), le Triton marbré (Triturus marmoratus), le Triton de Blasius (Triturus Blasii) - très rare hybride entre les Tritons à crête et marbré -, le Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus), le Crapaud calamite (Bufo calamita)...Des reptiles sont aussi présents, dont la rare Vipère péliade (Vipera berus).

Sur le plan ornithologique, la grande richesse du site découle également de la variété et de la qualité des milieux naturels et de la constante complémentarité entre les domaines marin et continental.

Les falaises et îlots rocheux retiennent nombre d'oiseaux nicheurs particulièrement intéressants comme le Faucon pélerin (Falco peregrinus), l'Huîtrier-pie (Haematopus ostralegus), le grand Corbeau (Corvus corax), le Goéland marin (Larus marinus), le Cormoran huppé (Phalacrocorax aristotelis), le Pétrel fulmar (Fulmarus glacialis)... Le Bécasseau violet (Calidris maritima) et la Mouette mélanocéphale (Larus melanocephalus) y séjournent très régulièrement en hiver.

Les habitats dunaires et marécageux abritent le Fuligule milouin (Aythya ferina), le Fuligule morillon (Aythya fuligula), le Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus), le grand Gravelot (Charadrius hiaticula), la Bergeronnette printannière (Motacilla flava), le Râle d'eau (Rallus aquaticus), le Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), l'Hirondelle de rivage (Riparia riparia), la Locustelle tachetée (Locustella naevia), le Busard des roseaux (Circus aeruginosus), la Cisticole des joncs (Cisticola juncidis)...

Les vastes secteurs de landes plus ou moins hautes sont le domaine de nidification de l'Engoulevent (Caprimulgus europaeus), de la Bouscarle de Cetti (Cettia cetti), du Busard Saint-Martin (Circus cyaneus), du Courlis cendré (Numenius arquata), du Merle à plastron (Turdus torquatus), de la Fauvette pitchou (Sylvia undata), de la Fauvette babillarde (Sylvia curruca).

Concernant les mammifères, le site abrite ponctuellement des espèces intéressantes de chiroptères : le grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum), le grand Murin (Myotis myotis), le Vespertilion à oreilles échancrées (Myotis emarginatus), le Vespertilion de Daubenton (Myotis daubentonii), le Vespertilion de Bechstein (Myotis bechsteinii) et la Barbastelle (Barbastella barbastellus). Six espèces pour lesquelles les galeries souterraines constituent un des lieux d'hibernation de première importance aux plans régional et national.

Notons également que ce site renferme la Musaraigne bicolore (Crocidura leucodon), assez rare dans cette région.

Commentaires sur la délimitation

Zone de falaises maritimes surmontées de vastes étendues de landes et prolongées par un puissant massif dunaire. Elle renferme de nombreuses espèces animales et végétales d'intérêt patrimonial.