Logos SINP

ZNIEFF 250006484
LANDES DE LESSAY ET VALLEE DE L'AY

(n° régional : 00130000)

Commentaires généraux

Les landes de Lessay constituent un ensemble écologique remarquable, à la fois par la biodiversité exceptionnelle, par les étendues en présence, et par le type de paysage offert, caractéristique du domaine atlantique et résultat d'une longue histoire où interviennent conjointement les conditions géologiques, le climat et les hommes.

Les landes de Lessay occupent un plateau constitué par une formation de grès cambriens dits "Grès de Lessay" sur laquelle on observe çà et là des placages de sables pliocènes. Le climat de type atlantique se caractérise par des écarts thermiques faibles, une pluviométrie moyenne (800 à 950 mm) bien répartie et une humidité atmosphérique toujours élevée.

FLORE

La richesse floristique de ce site est d'intérêt national, et même européen pour les tourbières.

On y rencontre plusieurs types de végétation ; tous ceux de sol tourbeux, para-tourbeux et sableux y sont représentés suivant le relief et les variations du degré d'hydromorphie du sol : prairies mésophiles à hygrophiles, landes basses à éricacées, landes hautes à Ajonc d'Europe (Ulex europaeus), landes boisées à pins ou à bouleaux.

Ces landes renferment de très nombreuses espèces végétales extrêmement rares, dont un grand nombre sont protégées au niveau national (**) ou régional (*). Parmi les plus remarquables, citons la Canche des marais (Deschampsia setacea*), le Rossolis à feuilles longues (Drosera longifolia**), le Rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia**), le Rossolis intermédiaire (Drosera intermedia**), l'Illécèbre verticillé (Illecebrum verticillatum*), la Pilulaire à globules (Pilularia globulifera**), la Violette blanchâtre (Viola lactea*), le Lycopode inondé (Lycopodium inundatum**), la Bruyère ciliée (Erica ciliaris*), la Cicendie fluette (Exaculum pusillum*), le Jonc nain (Juncus pygmaeus*), la Littorelle uniflore (Littorella uniflora**), le Flûteau nageant (Luronium natans**), le Bois sent-bon (Myrica gale*), l'Ossifrage brise-os (Narthecium ossifragum*), la Rhynchospore fauve (Rhynchospora fusca*), la Renoncule grande douve (Ranunculus lingua**), le Scirpe cespiteux (Scirpus cespitosus ssp. germanicus*), la petite Utriculaire (Utricularia minor*), le Spiranthe d'été (Spiranthes aestivalis**), l'Illécèbre verticillé (Illecebrum verticillatum*), l'Andromède (Andromeda polyfolia**), espèce typique des tourbières et réintroduite en 1995 après autorisation ministérielle, le Comaret (Comarum palustre), l'Hottonie des marais (Hottonia palustris),la Berle érigée (Berula erecta), l'Utriculaire citrine (Utricularia australis*)...

Notons également l'extraordinaire richesse de la bryoflore, et notamment des espèces rares telles : Dicranum spurium*, Cephaloziella elachista, Bryum klingraeffii...

FAUNE

L'avifaune nicheuse est très riche, avec des espèces remarquables, telles le Courlis cendré (Numenius arquata), l'Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus), le Busard des roseaux (Circus aeruginosus), la Fauvette pitchou (Sylvia undata), le Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos), Le Roitelet triple-bandeau (Regulus ignicapillus), la Mésange huppée (Parus cristatus), la Bouscarle de Cetti (Cettia cetti), la Fauvette babillarde (Sylvia curruca), la Locustelle tachetée (Locustella naevia)...

L'étude assez complète de l'entomofaune a révélé la présence d'une grande diversité d'espèces rares à très rares.

Pour l'ordre des odonates, on notera la présence de l'Agrion à longs cercoïdes (Coenagrion lindenii), du Sympétrum noir (Sympetrum danae)...

Les orthoptères sont nombreux sur cette zone. Beaucoup sont liés aux landes tourbeuses : la Decticelle des bruyères (Metrioptera brachyptera), le Criquet des clairières (Chrysochraon dispar), le Criquet palustre (Chorthippus montanus), le Criquet de la Phalène (Stenobothrus lineatus), le Criquet ensanglanté (Mecostethus grosus), le Tetrix des vasières (Tetrix ceperoi)...

Une espèce peu commune de forficule arboricole a été observée sur cette zone : Forficula lesnei.

Parmi les hémiptères, nous retiendrons également certaines espèces d'intérêt patrimonial comme la Ranâtre (Ranatra linearis) ou Hesperocorixa castanea.

De nombreux papillons inféodés aux landes humides et aux tourbières sont présents ici.

Citons tout d'abord l'Azuré des mouillères (Maculinea alcon), protégé au niveau national, qui est étroitement dépendant de sa plante hôte, la Gentiane pneumonanthe. Au regard de l'état connu des populations de l'Azuré dans le grand ouest, celles des landes de Lessay, tant par le nombre d'individus observés que par celui de la plante hôte, se situent à un niveau très précieux en termes de conservation.

Mentionnons également le Miroir (Heteropterus morpheus), la Noctuelle de la myrtille (Anarta myrtilli), le petit Paon de nuit (Pavonia pavonia), le Bombyx de la ronce (Macrothylacia nubi), le Sphynx de la vigne (Deilephila elpenor), le Thécla de l'Yeuse (Satyrium ilicis), le Sphinx demi-paon (Smerinthus ocellata), le petit Géomètre (Rhodometra sacraria), l'Ancre (Eustrotia uncula).

Le battage des branches basses des bosquets de chênes, bourdaines et saules a permis la capture d'une chrysope peu commune : Notochrysa capitata rarement signalée en France et plus souvent rencontrée en région méditerranéenne.

D'autre part, cette zone renferme le rare Crapaud calamite (Bufo calamita), le Crapaud accoucheur (Alytes obstetricans) et la Rainette verte (Hyla arborea). Depuis 1998, le Triton crêté (Triturus cristatus) bénéficie d'un suivi régulier, ainsi que le Triton marbré (Triturus marmoratus).

Enfin, certaines espèces d'araignées rares ont été recensées dans cette zone : Agalenatea redii, Argyroneta aquatica, Argiope bruennichi, Hyposinga sanguinea…

Commentaires sur la délimitation

Interrelation d'écosystèmes variés engendrant une diversité biologique remarquable révélée par la présence d'espèces animales et végétales rares dont beaucoup sont protégées.