Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 250008491
PRAIRIES ET FRICHES DES QUATRE FAVRILS

(n° régional : 00900001)

Commentaires généraux

Cette zone se présente comme un ensemble de petits vallons de tête de bassin dans un environnement boisé.

Elle rassemble une grande variété de biotopes, des plus humides aux plus secs : des prairies (CC 37) bordées de haies (CC 84.2), des sources (CC 54.1) qui alimentent des rus permanents et des zones marécageuses plus ou moins amples.

Ce territoire, précédemment en situation de quasi-abandon, fait l'objet d’un regain d’activité agricole, principalement d'élevage bovin, ce qui implique un usage de production fourragère (fauche et pâturage) notamment en milieu de zone sur prairie mésophile (CC 38).

Les immenses ronciers signalés en 1992 ont laissé place à une strate arbustive dominée par des saules (Salix sp.).

Enfin, plusieurs fougeraies de Fougère-aigle (Pteridium aquilinum), parfois sur de grandes étendues, font la jonction entre le milieu ouvert et la zone environnante boisée qui est, au moins en partie, une hêtraie (CC 41.1) très riche en bois mort ou sénescent (chablis, chandelles).

FLORE

On notera, pour la zone humide : la rare Valériane dioïque (Valeriana dioica), l’Achillée sternutatoire (Achillea ptarmica), le Gaillet fangeux (Galium uliginosum); en lisière et sous-bois le très rare Polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum), la Véronique des montagnes (Veronica montana), l’Hellébore vert (Helleborus viridis), la Luzule à inflorescences denses (Luzula congesta), le Groseillier rouge (Ribes rubrum), le Daphné lauréole (Daphne laureola), le Trèfle intermédiaire (Trifolium medium), l’If (Taxus baccata).

Quelques beaux spécimens de Poirier sauvage (Pyrus pyraster) sont observés, isolés au milieu des prairies mais également présents dans les haies avec l’Aubépine à deux styles (Crataegus laevigata); et trois orchidées, l’Orchis tacheté (Dactylorhiza maculata), l’Orchis négligé (Dactylorhiza praetermissa) [Annexe B de la Convention de Washington] et la Listère ovale (Listera ovata).

La Linaigrette à large feuille (Eriophorum latifolium Hoppe, 1800), probablement consommée par les bovins, et le Bois-joli (Daphne mezereum L., 1753), présents lors des suivis précédents, n'ont pu être réactualisés en 2012.

FAUNE

Pour les Coléoptères : on notera le Buprestidae Anthaxia nitidula, espèce liée aux lisières naturelles bien développées et complexes (R.Dajoz, 2007) ; l’Anthribidae Platystomos albinus, espèce saproxylique très rare.

Pour les Lépidoptères Rhopalocères : l’Hespéride Thymelicus acteon, la Piéride Aporia crataegi. Pour les Lépidoptères Hétérocères : La Zygène bleue Adscita statices.

Enfin, la présence de pelouses rases pâturées parsemées de buissons et d'arbustes est très favorable à la nidification de nombreux passereaux et notamment à la Pie-grièche écorcheur qui compte moins de dix couples dans l'Orne, à la Fauvette des jardins, à la Fauvette grisette, à l'Hypolaïs polyglotte ou encore à la Locustelle tachetée.

Commentaires sur la délimitation

Biotopes recélant des espèces animales et végétales d'intérêt patrimonial.