Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 250010771
PRAIRIES HUMIDES EN AMONT D'ARGENTAN

(n° régional : 01000003)

Commentaires généraux

Cette zone correspond à un chapelet de prairies humides situées dans le lit majeur de l'Orne. Elle repose sur des alluvions plus ou moins récentes de la rivière en limite des calcaires du Bathonien de la plaine d'Argentan.

FLORE

Le faible exhaussement de ces prairies par rapport au fil de l'eau de la rivière, les crues lors des hivers pluvieux, la nature alluvionnaire et tourbeuse du sol ainsi que la présence de petits canaux de drainage favorisent un cortège végétal essentiellement constitué de plantes de milieux humides.

Les plantes rares, dont certaines sont protégées au niveau régional (*), sont ici nombreuses : la Laîche queue-de-Renard (Carex vulpina dont la sous-espèce nemorosa), la Laîche blonde (Carex hostiana), la Gentiane pneumonanthe (Gentiana pneumonanthe), la Parnassie des marais (Parnassia palustris*), le Plantain d'eau lancéolé (Alisma lanceolatum), la Renouée douce (Polygonum mite*), le Jonc à tiges comprimées (Juncus compressus), le Scirpe des chaisiers glauque (Scirpus tabernaemontani), la Germandrée des marais (Teucrium scordium), le Triglochin des marais (Triglochin palustre), la Sanguisorbe officinale (Sanguisorba officinalis*), pour laquelle le marais du Mottey constitue le seul site récent en amont d'Argentan.

Les Orchidées sont bien représentées avec l'Orchis négligé (Dactylorhiza praetermissa), l'Epipactis des marais (Epipactis palustris), l'Orchis à fleurs lâches (Orchis laxiflora).

FAUNE

Les relevés entomologiques réalisés sur cette zone ont permis de recenser trois espèces rares d'orthoptères : le Criquet des marais (Chorthippus montanus), le Conocéphale des roseaux (Conocephalus dorsalis) et le Criquet ensanglanté (Stethophyma grossum).

L'avifaune nicheuse est riche et bien représentée par les oiseaux spécialisés des milieux de prairies humides. Parmi eux, mentionnons, le Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) et surtout le Courlis cendré (Numenius arquata) pour lequel ces prairies constituent l'un des principaux sites naturels de nidification de la région.

Commentaires sur la délimitation

Habitats remarquables en grande régression au niveau de l'Europe (prairies maigres de fauche, prairies tourbeuses alcalines) abritant des espèces présentant un fort intérêt patrimonial.